Billet de blog 14 janv. 2022

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Friche-EPSAN à Hoerdt : vous êtes consulté, mais c'est eux qui décident !

Le collectif «Non à la nouvelle zone industrielle de Hoerdt » réagit dans un communiqué suite à la réunion publique de lancement de la consultation en vue de modifier le PLU local destiné au projet de ZAC sur la friche-EPSAN, qu'il conteste. Une réunion qui s'est déroulé mardi 11 janvier dans la salle culturelle de Hoerdt. Pour le collectif : la méthode et la manière n'y sont pas.

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un patrimoine bâti et une végétation abondante que les opposants ne voudraient pas voir disparaitre, malgré des garanties sur 8 bâtiments et 80 arbres. © collectif Non nouvelle ZI Hoerdt

Mardi 11 janvier avait eu la réunion de concertation sur la modification de Plan local d’urbanisme (PLU) de Hoerdt liée au projet sur la friche de l’ancien hôpital de l’EPSAN. Une « concertation », disons plutôt une « présentation du projet », car le projet ne changera pas !

– aller vers : 
Déclaration de projet emportant mise en compatibilité du plan local d’urbanisme de la commune de Hoerdt

Malgré le fait que ces lieux appartiennent à des acteurs publics :

  • 17 ha à l’EPSAN (la friche de l’ancien hôpital) ;
  • 20 ha au département (les terres aujourd’hui cultivées entre la friche et l’autoroute A35 ;

ils ont fait l’objet de manœuvres économiques dans une opacité décisionnelle que nous dénonçons, sans jamais inclure les citoyens à la réflexion. Dans d'autres villes, les citoyens sont inclus lorsqu'il s'agit de penser l'avenir de lieux qui ont une histoire forte, c'est une volonté politique. Ici un beau jour, on apprend que les dés sont jetés, que c’est vendu, circulez, il n’y a rien à redire.

Les citoyens sont finalement invités à une concertation. La communauté de communes leur demande leur avis, mais en réalité, ça ne changera rien. Tout est déjà décidé pour eux. Monsieur Riedinger, président de la Com Com et maire de Hoerdt, nous a expliqué mardi, que les élus avaient le pouvoir décisionnaire parce qu’ils étaient nos représentants issus d’une élection représentative. Vous comprenez, c’est ça la démocratie.

Seulement nous, nous contestons la méthode.

Nous sommes inquiets pour ce site, pour ces étranges décisions prises dans le dos des citoyens, pour ce manque d’idées pour un lieu historique, un lieu de commun, et les champs environnants. Inquiets que le mot "friche" soit un passe-droit pour artificialiser comme avant. Nous ne sommes pas « opposants » mais vigilants. Nous voulons simplement exercer notre devoir de citoyennes et citoyens responsables qui voient que des champs ont été sacrifiés en 2018 pour une deuxième zone à Hoerdt qui ont poussé sans prévenir, et que 3 ans après ça recommence pour une troisième zone sur des champs.

Oui le projet est bien ficelé, il y a des arbres, de la compensation (c'est obligatoire aujourd'hui)… on a compris. On a compris, même si de nombreuses études montrent que la compensation n'est quasi jamais vérifiée dans les faits et ne remplace jamais ce qui a été détruit (1). Mais dans la séquence « éviter-réduire-compenser… », le premier terme est « éviter ». Et nous pensons qu’il aurait pu être évitable de bétonner des champs.

Oui une petite partie des bâtiments sont gardés, oui c’était difficile, oui oui… on a compris ! Mais on a aussi on a compris que le seul mot d’ordre est « ECONOMIE », comme si le seul moyen de faire de l’économie était de bétonner des champs de manière irréversible (au lieu de réutiliser des endroits déjà artificialisés). Des champs que l’on détruit pour vos plans business à court terme. Des champs qui sont d'ailleurs eu même une source d'économie, depuis des siècles... l'économie existe au-delà des zones d'activités...

– lire aussi :
Aménagement de l'ancien hôpital de Hoerdt : tout est déjà acté !

Mais vous comprenez, même si on bétonne il y aura quelques arbres préservés, d’autres plantés mais qui mettront 30 ans pour être majestueux, en attendant, ils seront jeunes, faibles, auront peine à pousser, et puis les bâtiments respecterons un nuancier de couleurs… alors, une fois encore circulez !


(1) "Dans 80 % des cas, les mesures de compensation ne permettent pas d'éviter une perte de biodiversité" voir étude "La compensation de la biodiversité : Certitude de la perte nette mais incertitude du gain net" : https://www.sciencedirect.com/.../pii/S0006320718315805...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne interne de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Migrations
Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal
Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 
par Céline Martelet
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Le Conseil européen a finalement adopté un texte de compromis. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte