Billet de blog 27 oct. 2021

La neutralité carbone : attention, vaste tromperie commerciale en bande organisée !

Tout part d'un article dans l'édition Nice-Matin du 26 octobre 2021 où la société commerciale Aéroports de la Côte d’Azur sponsorise une publication titrée « un aéroport neutre en carbone, ça veut dire quoi ? ». De cet publi-article, le « collectif citoyen 06 » tire la sonnette d’alarme sur les mensonges où les réacteurs de la désinformation tournent à plein régime et ils ne sont pas seuls !

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mise à jour le 27 octobre 2021 à 13h55

La société commerciale Aéroports de la Côte d’Azur a sponsorisé une publication titrée « un aéroport neutre en carbone, ça veut dire quoi ? », paru dans l'édition du 26 octobre 2021 du journal Nice Matin. Parmi les images d'illustration, cette image très "verte", mais qui ne l'est pas ! © Nice Matin

L’article pointé par le Collectif citoyen 06, alimente son visuel avec l’image ci-dessus, laissant travailler le subconscient des lecteurs avec cette magnifique vue d’un avion depuis le centre d’une forêt d’arbres...

POURQUOI AEROPORT DE LA COTE D’AZUR MENT ?

Un aéroport neutre en carbone est possible selon comment on regarde ce qui définit cette certification. C’est une question importante puisque nous allons y avoir régulièrement droit dans les années à venir. En effet, s’annoncer “neutre en carbone” fait partie de la grande valse du greenwashing des entreprises et des Etats. Les annonces pleuvent : après celui de Nice, c’est l’aéroport de Lyon qui vient d’annoncer sa neutralité carbone ! Un monde merveilleux où tout le monde est vert, bienveillant, et surtout neutre en carbone, commente le site Bonpote.

Le plus fort dans ce tour de magie, c’est qu’un aéroport neutre en carbone arrive à l’être… en ne comptant pas les émissions du trafic aérien. Belle exemple d’une pirouette écologique du monde de l'aéronautique qui voudrait nous faire croire qu’un aéroport peut devenir éco-responsable grâce à sa neutralité carbone fixé comme objectif. 
Seulement, ce n'est pas parce qu'un produit, une technologie ou un bâtiment génère moins de CO2 et tend à atteindre la neutralité carbone qu'il est pour autant écologiquement bon pour notre environnement.

– aéroport de Nice, les premiers concernés en parlent le mieux :
Un aéroport neutre carbone, ça veut dire « vaste tromperie commerciale » !

– plus technique, le site Bonpote démonte l’argumentaire :
Aéroport neutre en carbone : pourquoi c’est du greenwashing

LA NEUTRALITE CARBONE C’EST QUOI ?

Quand un État ou une entreprise souhaite « atteindre la neutralité carbone », cela ne signifie pas zéro émission de CO2 pour 2050 - comme en témoigne la taxe carbone ou le crédit carbone. Selon la définition du Parlement Européen, la neutralité carbone, c’est « l’équilibre entre les émissions de carbone et l'absorption du carbone de l'atmosphère par les puits de carbone ». Autrement dit, lorsqu’une organisation s’engage à l’atteindre, elle peut continuer à émettre du carbone de manière durable, voire en émettre davantage…

– pour en savoir plus, rendez-vous ici :
Neutralité carbone : définition, objectifs et enjeux

FAUX ET USAGE DE FAUX

Atteindre la neutralité carbone c'est le nouveau terme à la mode pour se donner l'impression d'agir pour l'environnement alors qu'en réalité, c'est une juste une mascarade pour poursuivre son business. Et toutes les multinationales largement responsables du réchauffement climatique s'y engouffrent. Leur petit manège va fonctionner un temps, mais leur duperie ne restera pas cachée des réalités scientifiques. L’argent n’achète pas tout.

Pour reprendre l’exemple de l’aéroport de Nice, dans sa propagande diffusée sur son site, l’entreprise prend l’exemple de l'aéroport du Golfe de Saint-Tropez, « neutre carbone » depuis 2018 et vante que celui-ci « parviendra dès 2020 à ne plus émettre un seul gramme de gaz à effet de serre grâce à une nouvelle réduction de ses émissions et à l'installation de puits de carbone lui permettant d'absorber in situ les 23 tonnes eq ». La tromperie sur cette info, c’est que les émissions de CO2 de son trafic aérien n’est pas considérée dans les calculs. C’est-à-dire que le scope 3 n’est pas compté. Un grand classique de greenwashing des entreprises.

Vous comprendrez très vite pourquoi en visualisant son poids par rapport au scope 1 et 2. Définition et explications ci-dessous grâce à ce graphique :

© Ademe

– pour des informations complémentaires :
Base carbone - catégories et bilans GES organisation

– limite de la comptabilité carbone :
Quelles sont les limites de la comptabilité carbone

La notion de neutralité carbone est reprise un peu partout comme dans le BTP. Là aussi, même si les objectifs sont profitables aux utilisateurs/trices à l'utilisation sur toutes les nouvelles constructions depuis 2021, quid des constructions antérieures. Depuis cette année, les nouveaux bâtiments seront BEPOS (ou bâtiment à énergie positive) avec l'obligation « d'atteindre et maintenir une bonne qualité d'air intérieur, tout en évitant les surchauffes même durant les épisodes de canicule », explique CTB dans son article « Le parc des bâtiments français sera neutre en carbone en 2050 ».

Pour autant, là aussi, la neutralité carbone est un moyen commercial de dire que les entreprises tiennent compte des objectifs fixés par les accords de Paris de 2015. Dans la réalité, les projets immobiliers grignotent toujours un peu plus encore des espaces agricoles et naturels, artificialisant les sols. Sans compter que le choix des matériaux et leur provenance, ne les rendent pas pour autant écoresponsables avec un bilan carbone désastreux (extraction, provenance, transport) qui contribue au réchauffement climatique.

ATTENTION !

La neutralité carbone est un objectif à mettre en oeuvre, mais attention à la vaste tromperie commerciale en bande organisée, à la tête desquelles on retrouve de nombreuses multinationales dont le rapport à l'environnement est plus que discutable !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel