Billet de blog 29 sept. 2021

Alerte rouge sur la flambée des prix de l'énergie : Et si on parlait d'écologie ?

Depuis quelques jours, l'oeil des médias est focalisé sur les hausses du prix des énergies. C'est un vrai problème social qui pèse sur les ménages français, affecte leur pouvoir d'achat et augmente la précarité énergétique. À côté de ça, nous avons une urgence climatique qui oblige à des changements si nous voulons donner une chance aux générations futures. Dilemme !...

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les hausses du prix des énergies sont dans l'oeil des médias en cette fin de septembre 2021 © capture écran

Dans un billet de blog, j'évoque la problématique de la hausse des prix de l'énergie et des conséquences sur les ménages français versus, des dividendes des fournisseurs d'énergie avec un Etat passif/complice.

 A lire ici :

© Bruno Dalpra

« Alerte rouge » titre le journal dans la capture en tête de l'article : 

  • Gaz : +57%
  • Gazole : +22,7%
  • Électricité : +10% en février ?

Ces hausses sont dans l'œil des médias et ça fait réagir. Tout le monde en parle, râle... et puis d'ici quelques jours une autre actu va venir remplacer la précédente. Le regard va se détourner du problème sous-jacent que dénonce ATTAC ou l'Observatoire des multinationales à pointer l'enrichissement de quelques-uns : les Pinault, Arnault, Dassault, Drahi ou encore Bettencourt grâce à leurs entreprises côtés au CAC40 par rapport au reste de la population. Un phénomène que la crise du covid a mis plus en lumière, dénoncé par des militants éclairés, sans pour autant susciter un mouvement social d'importance à cette injustice. Monsieur et madame tout le monde, détournés par des contres feux allumés par l'État et relayés dans une presse appartenant aux mêmes milliardaires cités précédemment en exemple occupé à dénoncer le pass sanitaire et l'obligation vaccinale, sans pour autant faire infléchir le gouvernement. Une France plongée dans la division savamment alimentée par un président cynique qui en profite.

Et si tu viens parler d'écologie à certains, tu risques le lynchage... Les Français ont globalement compris qu’il y a un problème climatique sans pour autant admettre qui faille des changements dans leur mode de vie. Toute la complexité de la nécessité de mesures écologiques, accompagnés d'autres sociales, tout en devant affronter un monde économique des multinationales où la mondialisation plombe les 99% au profit des 1%.

Ce qui est certain, c’est que le climat sera l’un des grands invités de la présidentielle de 2022.

Mais attention à ne pas tomber dans le piège des pales copies. Tous les candidats vont vous parler d'écologie et vous prétendre être plus écologiste que les écologistes eux-mêmes. Seulement, mettre en place un programme résolument tourné à résoudre l'urgence climatique et sociale ne revient pas à savoir choisir la bonne poubelle pour ses déchets. L'écologie politique est foncièrement contre le libéralisme économique et donc contre le modèle libéral qui permet aux multinationales de fabriquer des dividendes sur le dos des contribuables, sans contrepartie imposée par l'Etat. 
Pour soutenir le pays, il faut une économie qui permettent aux sociétés de prospérer tout en redonnant à ses salariés un juste salaire, bon pour le pouvoir d’achat et donc, bon pour soutenir cette même économie. Nous avons besoin d’un partage plus équitable, notamment en commençant par diminuer le temps de travail.

L’écologie politique c’est aussi tout un programme sociétal où nous avons besoin de radicalité pour faire face aux urgences liées au dérèglement climatique tout en accompagnant par des mesures sociales.

L’écologie politique c’est également des valeurs, plus de démocratie participative, etc.

En avril 2022, faites le bon choix !
Et aux jeunes qui sont préoccupés par le climat et qui trouvent que les dirigeants du monde n’en font pas assez : inscrivez-vous sur les listes électorales et votez… votez pour le candidat qui sait vous entendre et qui pourra impulser le changement !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan