Billet de blog 30 sept. 2021

Et si on parlait d’écologie : la sobriété, un pilier de la transition écologique

En Alsace comme ailleurs en France et au-delà, la (sur)consommation de l'inutile ou comment pousser à nous faire acheter ce que nous n'avons pas vraiment besoin, est un phénomène symptomatique de notre société, orchestré par un système au service de multinationales dont l'argent à plus d'intérêt pour quelques-uns que l'obligation de devoir freiner...

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Changer le système, une idée souvent évoqué dans les luttes environnementales comme ici, sur celle contre le GCO, en juin 2021, devant le Tribunal administratif de Strasbourg © Bruno Dalpra

Mise à jour le 3 octobre 2021 à 20h29

Et si on parlait d'écologie ? En Alsace comme ailleurs en France et au-delà, la (sur)consommation de l'inutile ou comment pousser à nous faire acheter ce que nous n'avons pas vraiment besoin, évoqué brièvement dans « Alerte rouge sur la flambée des prix de l'énergie : Et si on parlait d'écologie ? », est un phénomène symptomatique de notre société orchestré par un système au service de multinationales dont l'argent à plus d'intérêt pour quelques-uns que l'obligation de devoir freiner notre consommation, tout en modifiant nos comportements, pour sauver notre Terre où nous vivons tous et toutes.  

La sobriété(1), un pilier de la transition écologique. Reporterre, le quotidien de l'écologie, consacre quatre articles sur cette question qui dérange notre petit confort personnel, sans vraiment se rendre compte que ce petit confort personnel est entretenu par des sociétés qui conditionnent nos modes d'achat.
Mettre en place des mesures écologiques, tout le monde ou presque, a compris l'importance de s'y mettre. Mais dès lors vous devez bousculer votre organisation de vie, beaucoup développe une résistance savamment entretenue par les multinationales qui savent faire du lobbying pour influencer nos dirigeants politiques à ce que rien ne change ou presque. L'un des derniers exemples en date est la prometteuse Loi climat et résilience, promis par Emmanuel Macron en juin 2020, devant reprendre 147 des 149 propositions du travail collectif issu de la Convention citoyenne pour le climat et qui une fois arrivée au Parlement, ressort avec peine 10 % des 147 propositions reprises tel-quelles.

Un nombre grandissant d’experts et d’institutions exigent la mise en place d’une sobriété pour économiser l’énergie, introduit Hortense Chauvin dans son enquête. “Pourtant la sobriété reste dans l’angle mort des pouvoirs publics. Sans transformations profondes de nos modes de vie, la France pourra-t-elle être à la hauteur des enjeux environnementaux ? ” poursuit-elle… « […] Une démarche prometteuse, mais marginalisée. »

ICI, DANS L’ENQUETE, ON NOUS EXPLIQUE COMMENT LA SOBRIETE ENERGETIQUE SE HEURTE AUX NORMES SOCIALES QUI POUSSENT A CONSOMMER TOUJOURS PLUS ALORS QUE POUR LE CLIMAT, IL EST NECESSAIRE DE FAIRE DES ECONOMIES D’ENERGIE ET DE CHANGER NOS COMPORTEMENTS.


[1/4 Pour le climat, économiser l’énergie est indispensable] Le débat sur la politique énergétique se focalise en France sur une question secondaire : nucléaire ou renouvelables ? Car l’enjeu crucial est celui de la consommation énergétique. Et on ne pourra pas enrayer le changement climatique sans une politique déterminée pour économiser l’énergie et transformer nos modes de vie.

Volet 1 : Pour le climat, économiser l’énergie est indispensable


[2/4 Les économies d’énergie méprisées par les politiques] Pourtant indispensables à la transition écologique, les économies d’énergie restent à la marge dans les politiques publiques françaises. Privilégiant les solutions technologiques, nos dirigeants font perdurer la société de consommation.

Volet 2 : Les économies d’énergie méprisées par les politiques


[3/4 Comment les normes sociales nous poussent à trop consommer] Difficile de mettre en place une véritable sobriété sans remise en cause de nos modes de vie. Viser plus de profit, acheter toujours plus ou multiplier les publicités qui nous y poussent nuisent aux économies d’énergie.

Volet 3 : Comment les normes sociales nous poussent à trop consommer


[4/4 Sobriété énergétique : la solution oubliée]
Habitat, alimentation, transport, vie quotidienne : les pistes sont nombreuses pour intégrer la sobriété énergétique dans notre société. Nous y vivrions bien, voire mieux selon les experts. Voici les différents scénarios élaborés

Volet 4 : Vélo, télétravail, colocation… Bienvenue dans une ville sobre


(1) La sobriété en écologie vise à diminuer la consommation d'énergie et de ressources naturelles. En ce sens, la sobriété est complémentaire de l'éco-efficience et de l'éco-effectivité, selon Wikipédia.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants.
par Caroline Boudet
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — France
La FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné