Billet de blog 22 mai 2008

Sylvain Bourmeau
journaliste, producteur de La Suite dans les Idées (France Culture), et professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Journaliste à Mediapart

Jean-Pierre Vernant, l'hommage des amis

Un peu plus d’un an après sa mort, le 9 janvier 2007, ses amis saluent Jean-Pierre Vernant – anthropologue et historien de la Grèce, résistant et intellectuel engagé. Bref entretien avec l’historien et éditeur Maurice Olender, à l’initiative de cet hommage qui se tiendra samedi 24 mai.

Sylvain Bourmeau
journaliste, producteur de La Suite dans les Idées (France Culture), et professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Journaliste à Mediapart

Un peu plus d’un an après sa mort, le 9 janvier 2007, ses amis saluent Jean-Pierre Vernant – anthropologue et historien de la Grèce, résistant et intellectuel engagé. Bref entretien avec l’historien et éditeur Maurice Olender, à l’initiative de cet hommage qui se tiendra samedi 24 mai.

Comment avez-vous imaginé cette journée d'hommage à Jean-Pierre Vernant et pourquoi avoir choisi de la nommer «Vernant Dedans Dehors» ?
Avec François Vitrani, qui dirige la Maison de l'Amérique latine, nous avons intitulé cette journée « dedans dehors» - formule que Jean-Pierre Vernant (1914-2007) utilisait volontiers. Comme le Collège de France, où il était professeur, lui consacre un colloque en octobre 2008, où il sera principalement question des travaux de l'helléniste, nous avons pensé mettre l'accent ce samedi 24 mai sur le rayonnement de l'œuvre et souligner de manières diverses ce que peuvent être des liens nécessaires entre le « dehors » et le « dedans ».
Qui veut séparer le savant de l'homme engagé dans la cité se tromperait. Plus d'une fois Vernant a dit combien il ne fallait ni dans sa trajectoire ni dans son œuvre séparer le résistant et le militant du savant. Dans « Entre mythe et politique », il écrit qu'il ne faut pas plus isoler l'érudit dans sa bibliothèque de l'homme public : «dans la démarche du savant comme dans les choix du militant, les deux pôles opposés du mythe et du politique n'ont jamais cessé de se nouer ». Autrement dit, si on sépare le chercheur du résistant « ni l'helléniste ni le militant ne trouvent leur compte ». Une précision : Vernant se sert de la formule, «dedans dehors», notamment pour signaler, à tel ou tel moment, le type de rapport qu'il entretient avec le Parti Communiste.

Quatre moments structurent la journée, autant de facettes d'un même homme ?

Oui, quatre moments pour deux scansions : poétique et politique. Le matin, plutôt le politique (avec la résistance, le communisme, la transmission des valeurs intellectuelles de l' engagement, les pétitions, les appels....) ; l'après midi , le poétique, non seulement en raison de la parole des poètes présents, mais parce qu'il y sera question aussi de l'écriture de Vernant, de psychanalyse, de cinéma, de peinture, de littérature et d'amitié (concept également politique pour les anciens). Les exposés (voir ici le programme de la journée) montreront combien poétique et politique sont chez Vernant à la fois distincts et pourtant reliés, en vases communicants.
Un autre point encore pour illustrer ce thème «dedans dehors» et ce que vous désignez comme «les facettes» de l'homme. A diverses étapes de son œuvre, notamment en compagnie de Françoise Frontisi, François Lissarrague et Alain Schnapp, Vernant s'est interrogé sur les liens entre le visible et l'invisible en regardant et étudiant les figures chez les anciens. Or, ce qui lui est apparu (il ne faut pas oublier qu'il est philosophe de formation et historien des religions) c'est que les dieux grecs, visibles par leurs corps apparents, posent d'emblée la question de leur part invisible. Une figure divine peut, comme un masque, montrer pour cacher, désigner pour dérober. A ce propos, dans un bel entretien avec Claude Frontisi et François Lissarrague (publié en 2006 dans Perspective N° 1, la revue de l'INHA), Vernant pose la question suivante : « Comment est-ce qu'il peut y avoir en quelque sorte expérience de l'invisible à travers du concret visible?»
Vernant s'interroge encore, de manière à la fois discrète et incisive : « Le fond de toutes les images, c'est cet incroyable paradoxe qui est le paradoxe de l'esprit humain : comment je peux rendre présent à la pensée et à la vision sensorielle quelque chose (qu'il s'agisse d'un souvenir, d'un rêve ou d'une image) dont, dans le mouvement même où je le rends présent, la fonction est de me le présenter comme absent. C'est ça mon problème, si je peux dire, épistémologique... »
Lire Vernant aujourd'hui (et les jeunes le lisent) peut être aussi une manière de s'interroger sur ces liens, souvent inextricables, entre le politique et le religieux, entre le dedans et le dehors. Puis encore de réfléchir sur ce que peut signifier cette fonction paradoxale d'une tension imaginaire, jamais apaisée, entre ce qui figure de l'absent et ce qui apparaît comme du présent.

Maurice Olender est historien maître de conférence à l'EHESS, dernier ouvrage publié : La Chasse aux évidences, Galaade, 2005.

Vernant, Dedans Dehors, samedi 24 mai de 10 h à 19 h à la Maison de l'Amérique Latine, Paris

Programme complet à télécharger.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal — Discriminations
Dans les hôpitaux de Strasbourg, l’aumônerie musulmane a la portion congrue
Les différentes aumôneries des Hôpitaux universitaires de la capitale alsacienne disposent de moyens humains et matériels très disparates, qui laissent le sentiment d’une inégalité de traitement. Côté musulman, l’unique salariée a été privée de son bureau individuel.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat