Billet de blog 6 déc. 2018

Manif lycéenne à Marseille : "nous sommes dans la misère ! Macron démission !"

Aux cris de «lycéens en colère, on ne va pas se laisser faire… Marseille debout ! Soulève-toi ! » un cortège d’environ mille deux cents manifestants s’est rassemblé devant la fac Saint Charles, vers 10 h 30 ce jeudi 6 décembre, à deux pas de l’extension TGV de la gare Saint-Charles, bloquant tout trafic routier.

Philippe LEGER
A travaillé comme journaliste. Retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le cortège défile sur la Canebière. Deux jeunes filles dénoncent l’augmentation phénoménale du coût des études universitaires (photo modifiée pour préserver l'anonymat) © Philippe Léger


Toute proche, la gare routière était déserte… Et ses guichets, victimes d’une providentielle « panne d’électricité », étaient fermés.« Je voulais me rendre en car à Manosque me confie un retraité, je prendrai le tgv… s’il part! »
Des voyageurs semblaient errer comme des âmes en peine dans l’enceinte de la gare SNCF, tandis qu’à l’extérieur, devant la fac Saint-Charles, brandissant des pancartes dans la lumière vive et la fumée des fumigènes, les lycéens protestaient contre leur condition d’existence :« nous sommes en colère : nous sommes dans la misère ! » Entrecoupés par de puissantes explosions, probablement de grenades... 

Des lycéens rejoignent la fac Saint Charles en passant devant l'extension Tgv de la gare © Philippe Léger


Revenant sur ses pas, le cortège est repassé devant la gare peu après 11 h 15, a descendu le boulevard National en direction de la Canebière, terminus Vieux-Port. La police a bloqué la circulation automobile pour laisser défiler en toute sécurité les jeunes manifestants.

Aux cris de «lycéens en colère, on ne va pas se laisser faire ! » un cortège d’environ mille deux cents manifestants descend vers le boulevard National, direction Vieux Port via Canebière. © Philippe Léger
Des militants CGT, en nombre, ont semblé constituer un service d’ordre efficace, aucun incident à relever. © Philippe Léger

Des militants de la CGT, en nombre, ont semblé constituer un service d’ordre efficace, aucun incident à relever. On remarquait aussi la présence de professeurs, mais aussi de papis et de mamies, probablement d’anciens soixante-huitards, tout heureux d’accompagner les "minots" à leur première manif !

On remarquait aussi la présence de professeurs, mais aussi de papis et de mamies © Philippe Léger

Aux cris de « Macron démission », les jeunes manifestants brandissaient des pancartes s’élevant contre la réforme du bac et la sélection sociale de « Parcoursup », la nouvelle plateforme d’orientation gouvernementale qui « privatise l’enseignement public.» Le prix d'une année d'études devient hors de portée de la plupart des familles françaises.
Manifestement, la promesse de bourses ne rassurent pas nos futurs étudiants. Ils ne veulent pas « d'un système à l'américaine.»

Une manifestation plutôt sage © Philippe Léger


La foule hurlait :  « Macron… Démission ! »
À Marseille aussi, on connaît le chômage, les emplois précaires ou mal payés, les familles ont du mal à boucler les fins de mois.
Contrairement au jour précédent, nous n’avons relevé aucun incident lors du passage du cortège*. Les CRS suivaient avec quelques véhicules. Rue Nationale, une dizaine de policiers en a jailli et rejoint l’arrière du cortège à petites foulées mais en se tenant toujours à distance. Manifestement des consignes de retenue ont été données et « on ne déplore la mort d’aucune octogénaire voulant fermer ses volets.» Le décès tragique de cette vieille dame tranquille et appréciée a laissé des traces dans les esprits.
À Marseille, samedi prochain, la journée s'annonce à haut risque comme dans la capitale.
* Des journalistes du journal Le Monde et de La Provence ont signalé des incidents devant le lycée Victor-Hugo, durant cette journée de jeudi, après le départ du cortège, donc en marge de la manifestation de ces lycéens.  « Des voitures ont été retournées et brûlées, tout comme des poubelles sur lesquelles des jeunes cagoulés lancent des aérosols pour provoquer des explosions. »
La veille, « le véhicule d’un livreur a été dévalisé devant le lycée Saint-Charles » (Journal La Provence).
Pour notre part, nous avons relevé pour le mercredi 5 décembre 2018 auprès d’agents de sécurité : « vers 10 h, devant le Lycée Saint Charles, où défilait un grand nombre de lycéens, des casseurs ont affronté une vingtaine de CRS à la hauteur du Casino Supermarchés 56 bd. Camille Flammarion à Marseille (1e). Pierres contre grenades lacrymogènes ; vitrines cassées et grosse frayeur pour les clients et le personnel de l'établissement. Pas de blessé. Aucune interpellation. Juste des vitrines brisées»

Le Casino Supermarchés 56 bd. Camille Flammarion à Marseille (1e), victime collatérale des affrontements entre les forces de l'ordre et des casseurs. © Philippe Léger

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart