euromed.png
Elles sont venues d'Italie, du Liban, de Grèce, de la Jordanie, de France, de Palestine... toutes Euro-Méditerranéennes ! Le jeune femme à l'extrême droite porte un maquillage pour la danse qu'elle s'apprête à interpréter.

Ouverture officielle de la journée de l'Europe 2015 à Marseille. Sur le podium, de gauche à droite : Michèle Rivasi, députée européenne ; Cyril Robin Champigneul, chef de la Représentation régionale de la Commission européenne en France ; Fatima Orsatelli, conseillère régionale ;  Stéphane François, président national de l'association Eurocircle; Maliza Said Soilihi, conseillère municipale déléguée auprès de l'adjointe aux Relations Internationales et Européennes. © Photo : Philippe LEGER Ouverture officielle de la journée de l'Europe 2015 à Marseille. Sur le podium, de gauche à droite : Michèle Rivasi, députée européenne ; Cyril Robin Champigneul, chef de la Représentation régionale de la Commission européenne en France ; Fatima Orsatelli, conseillère régionale ; Stéphane François, président national de l'association Eurocircle; Maliza Said Soilihi, conseillère municipale déléguée auprès de l'adjointe aux Relations Internationales et Européennes. © Photo : Philippe LEGER

Pour les centaines de spectateurs de la place Villeneuve de Bargemon, la fête a commencé dès 14 h avec le groupe Bamba Groove, une pépite musicale et dansante, mêlant à la tradition Gnawa des sonorités modernes aux couleurs métissées.
En bonus sur la scène de la Mairie : un superbe « happening » de ces 30 jeunes femmes, toutes euro-méditerranéennes, d'Egypte, de France, de Grèce, d'Italie, de Jordanie et de Palestine.
Grâce à l'association Eurocircle, elles participent à Marseille depuis le 7 mai (jusqu'au 16 de ce mois) à l'échange interculturel FamFip, en partie financé par le programme Erasmus+ dans le cadre des échanges interculturels de jeunes. « Foster Youth Women Mobility in the Mediterranean Area to Promote Employability ».
Le but de cet échange est d'« encourager l’accès à la mobilité internationale des jeunes femmes en méditerranée afin de favoriser leur insertion socio-professionnelle ».

Mikado.png
Ce jeune couple japonais semble très intrigué et amusé par ce jeu de mikado géant

 Un programme varié et haut en couleurs
Ce concert était un préambule à la cérémonie officiel d'ouverture. La députée européenne Michèle Rivasi, Cyril Robin Champigneul, chef de la Représentation régionale de la Commission européenne en France, la conseillère régionale Fatima Orsatelli, l'élue de la Ville Maliza Soilihi et Stéphane François qui préside l'association Eurocircle, la cheville ouvrière de cette manifestation à Marseille, se sont succédé sur le podium pour évoquer le contexte historique qui a préludé à la construction européenne. Et transmettre son message de paix et de tolérance, toujours d'actualité dans un monde instable et dangereux 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Et pour rappeler les défis que cette Europe doit aujourd'hui relever : la démographie et les migrations, la sécurité alimentaire, la croissance verte durable avec des emplois et des échanges commerciaux décents, le changement climatique...

famille6066.png
La fête de l'Europe est très appréciée des familles marseillaises

Puis jusqu'à 20 h, la fête a déployé son faste avec des concerts, danses, des jeux et ateliers créatifs, interactifs, causeries, graffiti, performances participatives, une caravane numérique, une performance théâtrale, des stands institutionnels et associatifs, des ballades en mer, un échange citoyen... 
L'Europe était à la fête chez la doyenne des villes françaises. Il y en avait pour tout les âges et tous les goûts. Demandez le programme ! Il est ici.

cem6027.png
Stand associatif. De gauche à droite : Monique Beltrame, présidente du Comité Européen Marseille ; Roberta Alberotanza, ancienne directrice de l'Institut Culturel Italien à Marseille 

En déambulant sur la place Bargemon, le public a pu trouver de l'information et de la documentation sur l’Europe et ses programmes jeunesse, sur les associations européennes de Marseille et sa région.
Cette année, les organisateurs et leurs partenaires (liste) ont focalisé sur le développement, au programme de l'année 2015 de l'UE**.

 

Eurocircle.png
Marie (directrice adjointe) et Simon d'Eurocircle

expression_libre.png
Atelier d'expression libre

La déclaration de Robert Schuman du 9 mai 1950 est considérée comme l'acte fondateur de l'Union européenne. Elle est célébrée à Marseille et dans les 28 pays de l'Union... En tout, des milliers d'événements auxquels participent des centaines de milliers de citoyens. 
Cette fête à la dimension de notre continent est aujourd'hui plus qu'un symbole institutionnel... L'Europe que l'on célèbre ce jour-là est surtout celle de la culture et des échanges. 
Marseille a fait figure de pionnière en la célébrant sur une place publique, il y a plus de 20 ans, grâce à la "Coordination Logistique et Technique de la Journée de l'Europe", une association 1901 créée spécialement pour commémorer sur un mode festif l'acte fondateur de l'Union Européenne.
Le Comité Européen Marseille, fondée par des membres de la précédente association, a transmis le relai à l'ONG marseillaise Eurocircle à la fin du 20e siècle.

Eurocircle3.png
Membres de l'équipe d'Eurocircle

C'est donc désormais sous l'égide d'Eurocircle que l'événement se perpétue sur une place publique à Marseille. C'est grâce à cette ONG, reconnue pour son sens de l'organisation et son efficacité, qu'une Europe jeune, dynamique, enthousiaste, généreuse et solidaire, euro-méditerranéenne, s'est exprimée une fois de plus à Marseille ce 9 mai 2015. Une auberge espagnole avec un cœur énorme où chacun a apporté et donné ce qu'il a de meilleur, avec le soutien des institutions et grâce aux aides de l'Union Européenne que les élus du Conseil Régional Paca gèrent en quasi totalité depuis 2014*. 
Cette année, le développement a été le thème central de la manifestation. Et puis, quelle bonne idée d'avoir invité ces 30 jeunes femmes, originaires de pays des deux rives de la Méditerranée !

 Photos et vidéos : Philippe Léger

Vidéos en bas de page

Échange citoyen à l'Hôtel de Ville

echange_citoyen.png
De gauche à droite : Annick Priano ; Cyril Robin Champigneul ; Michèle Rivasi ; Stéphane Pouffary.

Pour l'édition 2015, le bureau d'Information du Parlement européen à Marseille avait programmé un échange citoyen autour du développement
Dans la salle des mariages de l'Hôtel de Ville, le public a dialogué avec Michèle Rivasi, députée européenne du Sud-Est, énergique et convaincante, avec Cyril Robin Champigneul, chef de la Représentation régionale de la Commission européenne en France, ainsi qu'avec 2 acteurs impliqués dans le développement, Stéphane Pouffary, fondateur et président d'honneur de l'association Énergies 2050 et Annick Priano, Présidente d'Artisans du Monde Marseille, deux spécialistes du développement dotés d'un solide bon sens. 
Les orateurs, tout en faisant le point sur l'engagement de l'Europe en faveur de l'éradication de la pauvreté dans le monde, ont souhaité que davantage d'Européens s'engagent dans des actions pour le développement. Les échanges, basés sur les questions de la salle, étaient modérés par Jacques Soncin, journaliste et consultant politique.
Ils ont fait apparaître l'intérêt du public en faveur du développement des échanges économiques et la lutte contre la pauvreté ; d'autres questions ont porté sur les droits humains, malmenés dans des pays partenaires commerciaux de l'UE, ainsi que sur le problème, récurent et dramatique, de l'immigration clandestine, objet d'un commerce juteux et sans état d'âme piloté par des mafieux. 


Ayotzinapa.png
Une délégation mexicaine affichait les portraits des étudiants disparus de l'École normale d'Ayotzinapa

Une délégation mexicaine a participé à cet échange citoyen de Marseille de manière tout à fait inopinée, autant dire opportuniste... mais c'était pour une cause légitime. 
Une commission de l'École normale d'Ayotzinapa parcourt l'Europe depuis le 16 avril (jusqu'au 19 mai) « pour exiger la présentation en vie de 42 étudiants disparus ». Elle demande à l'Europe de soutenir la demande des familles qui réclament auprès de leurs autorités "des enquêtes sur la responsabilité de l'armée mexicaine et de la police fédérale dans la disparition forcée de leurs enfants : 43 étudiants de l'École normale.
Cette demande montre le poids et l'importance de l'UE dans le monde, dont sont loin d'avoir conscience tous les Européens.
Pancarte autour du cou affichant le portrait d'une victime, les délégués ont voulu rester debout au fond la salle. Une présence muette et imposante. À l'image des étudiants disparus, toujours dans la mémoire de leurs proches et des Mexicains.
« Comment l'Europe peut-elle dire qu'elle est une Europe de liberté et de solidarité quand elle continue à signer des traités avec des pays criminels, à exiger le respect des droits de l'homme comme préalable à la signature de ces traités... quand ces pays ont montré qu'ils ne les respectaient pas ». L'unique question posée par son porte-parole mettait en accusation nos autorités, à l'en croire « plus soucieuses d'affaires que de défense des droits humains". 

« Démocratie et droits de l'homme » : un nouvel instrument destiné aux acteurs de la société civile
Dans sa réponse, Cyril Robin Champigneul a mis en avant « la difficulté de sanctionner un pays sans porter atteinte à sa population, ajoutant qu'en principe, l'aide est légitime, car elle permet d'élever son niveau de vie... Elle lui permet de prendre son destin en main. C'est bon pour la démocratie. »
Tout en reconnaissant que les problèmes soulevés par toute gouvernance qui viole les droits humains préoccupent sérieusement les autorités européennes, le chef de la Représentation régionale de la Commission européenne en France précise qu'elles viennent de doter l'UE d'un nouvel instrument, « Démocratie et droits de l'homme », avec un budget annuel de 1 milliard d'euros (3 milliards en tout pour la période) ». « Cet instrument, devrait permettre de s'adresser directement aux acteurs de la société civile... »

Les Européens apportent des aides importantes aux pays les plus pauvres de la planète
Cyril Robin Champigneul a montré l'importance des aides de l'UE*** pour les populations les plus pauvres de la planète.
« Grâce à l'action des Européens, on recense 1,4 millions d'enfants scolarisés en primaire. Pas moins de 7 millions de personnes ont eu accès à l'eau potable... »
Au Mozambique, a-t-on appris, « l'UE représente 10% de l'aide au développement... Sans compter que beaucoup de pays européens accordent une aide qui représente 7% à 20% (elle varie en pourcentage selon les pays donateurs) de l'aide totale accordée au Mozambique. En tout, ce pays perçoit de l'Europe (UE + les États) 50% des aides... la masse critique pour faire levier sur son développement. »
Pour la Commission européenne, la question migratoire est importante. « Il s'agit, selon Cyril Robin Champigneul, de prendre le contrôle de ses flux, de se mobiliser, de secourir ceux qui en ont besoin, de lutter contre les passeurs... Mais il faut avoir une politique de plus longue portée qui intègre l'aide au développement avec une vision positive de l'immigration, d'une immigration légale, car l'Europe en a besoin. Une immigration organisée avec les pays d'émigration...»

Annonce d'une nouvelle politique migratoire en Méditerranée : des quotas et plus de solidarité 
Le Chef de la Représentation de la Commission européenne en poste à Marseille a demandé au public d'être attentif à l'actualité. De fait, hier mercredi, pour répondre à l'urgence de la situation en Méditerranée la Commission européenne a présenté un plan ambitieux axé sur une politique migratoire plus solidaire entre Etats membres.
(Ndr : Si l'on en croit des journalistes accrédités auprès des institutions européennes, 
« la Commission veut imposer des quotas » afin que chaque pays participe à l’accueil des demandeurs d’asile.)

Une fête de l'Europe 2015 joyeuse avec un moment de réflexion intense  sur le développement
La fête de l'Europe à Marseille 2015 laissera chez ses participants le souvenir d'une fête joyeuse et solidaire, avec un contenu riche et haut en couleurs mais aussi celui d'un moment de réflexion intense sur les problèmes de développement.
Prochains rendez-vous : le vendredi 15 mai. Eurocircle s’est associé au Théâtre La Cité pour présenter le fruit d’une rencontre entre ces 30 jeunes femmes de la Méditerranée qui ont animé avec enthousiasme la fête de l'Europe et l’auteur-metteur en scène Alessandra Badéa. Entrée gratuite mais il est indispensable de réserver auprès du théâtre de la Cité (resa@theatrelacite.com ou tel : 04 91 53 95 61. 
Le mardi 26 mai 2015, le Comité Européen Marseille propose une réflexion sur « les chemins escarpés de l'Europe » à la Cité des Associations. Entrée libre Philippe LEGER

* en partie avant cette date.

** Ce programme se décline sur 12 thèmes (1 par mois)

Janvier : « L'Europe dans le monde » ; 
février : « Éducation » ; 
mars : « Femmes et filles » ; 
avril « Santé » en avril ; 
mai « Paix et sécurité » ; 
juin : « Croissance verte durable, emplois et commerce décents » ; 

juillet : « Enfants et jeunes » ;  
août : « Aide humanitaire » ; 
septembre : « Démographie et migration » ;  
octobre :« Sécurité alimentaire » ; 
novembre « Développement durable et action climatique » ;  
décembre : «Droits de l'Homme et  gouvernance ».

*** Le budget de l'Union Européenne (500 millions d'habitants) s'élève en 2014 à € 142,6 milliards, soit 1,06% du revenu national brut. (http://www.jumelage-voiron.com/budget-lunion-europeenne/)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.