Adhésion en masse au Mouvement Radical Social-Libéral à Marseille

Pas moins d'un demi-millier de Marseillais du Club Lisette Narducci viennent de rejoindre le Mouvement Radical Social-Libéral.

Vue partielle de l'Assemblée Générale © Philippe LEGER Vue partielle de l'Assemblée Générale © Philippe LEGER

L'Assemblée Générale du "Club Lisette Narducci", qui s'est tenue au Centre d'animations et de loisirs Les Martégales, le samedi 17 mars 2018, a voté à l'unanimité l'adhésion collective du Club au Mouvement Radical Social-Libéral.
En tenant compte de cette adhésion collective, pas moins de 500 Marseillais du Club Lisette Narducci ont rejoint le Mouvement Radical Social-Libéral, né en 2017 des retrouvailles entre Radicaux valoisiens et socialistes, comme le rappelle dans la vidéo Lisette Narducci (maire des 2e-3e arr. de Marseille).

Un peu d'histoire
Le Parti républicain radical et radical-socialiste (plus communément appelé "Parti radical") est un parti politique français, fondé en 1901 et mis en sommeil en 2017 au profit du "Mouvement Radical Socialiste-Libéral".
Au cours des temps, le grand fleuve radical a vu ses eaux se partager et prendre différents noms. Tumultueuses à l'origine, elles ont failli se perdre dans les sables mouvants de la Ve République ; elles ressurgissent aujourd'hui affaiblies mais apaisée. Les Radicaux ne veulent plus faire tourner le moulin des autres mais moudre leurs propres grains. Le Mouvement Radical Social Libéral se veut "un parti alternatif" (vidéo).

Sous la Ve République
En 1972, le Parti Radical a opéré une scission entre PRV (Parti Radical Valoisien) et PRG (Parti Radical de Gauche).
Les Valoisiens désignent les membres restés fidèles au Parti Radical historique. Pourquoi cette épithète ? Parce qu'ils se réunissent place de Valois, tout simplement.
Les Radicaux Socialistes fondent le Parti Radical Socialiste, adhèrent au programme commun de la gauche et soutiennent la candidature unique de François Mitterrand à l'élection présidentielle de 1974. C'était le but de la scission.

Les mues du PRG
En 1973, il prend le nom de MRG - Mouvement des Radicaux de Gauche.
De 1994 à 1995, sous l'ère de Bernard Tapie, celui de "Parti Radical". On ne pouvait faire plus dépouillé.
De 1995 à 1998, celui de PRS - Parti Radical Socialiste.
En 1998, il redevient le PRG - Parti Radical de Gauche.

Naissance du Mouvement Radical Social-Libéral
En 2017, la famille radicale a décidé de reconstituer son unité au sein d'un nouveau mouvement, le Mouvement Radical Social-Libéral, probablement inspiré par le succès du mouvement "En Marche" d'Emmanuel Macron.
Selon Lisette Narducci, "les Radicaux ne veulent plus jouer le rôle de supplétifs. Ils sont totalement déterminés à être indépendants... Ils restent fidèles aux valeurs de Liberté, d'Égalité, de partage, de justice sociale... Le rassemblement exige qu'ils soient les premiers dans la recomposition du paysage de la politique française. Leur socle commun : l'Europe, l'Education et la Jeunesse... Justice et Liberté... toutes les valeurs du radicalisme. "

Redistribution des cartes à Marseille ?
Les Radicaux semblent avoir tiré les enseignements de la redistribution générale des cartes opérée en 2017 : des gens venus de différents horizons politiques ont décidé de travailler main dans la main pour le bien de la France et de l'Europe. Comme la situation l'exige. Et comme leur ont fait savoir les Français en 2017, à la Présidentielle comme aux Législatives.
La question est maintenant de savoir comment les cartes seront redistribuées aux élections municipales 2020, notamment à Marseille...

Discours de Lisette Narducci © Philippe LEGER

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.