Vivre à la rue tue, le mal-logement tue toute l'année

Depuis le début de l'année 2012, nous avons déjà appris 45 décès. Hommes, femmes, enfant. Cette liste n'étant en rien exhaustive : ce sont les noms qui nous sont transmis par quelques associations, ou glanés dans des brèves...

Depuis le début de l'année 2012, nous avons déjà appris 45 décès. Hommes, femmes, enfant. Cette liste n'étant en rien exhaustive : ce sont les noms qui nous sont transmis par quelques associations, ou glanés dans des brèves...

Ils sont morts, non du froid, mais de vivre à la rue.

vous trouverez leurs noms sur cette liste mise à jour aujourdh'ui : http://mortsdelarue.org/spip.php?article14

Les causes des décès sont diverses : certains étaient malades (cancer des os, pneumopathie, maladie du pancréas...) d'autres ont eu des "morts naturelles soudaines" non précisées. D'autres sont morts par le feu, d'essayer d'avoir chaud....

Les lieux des décès : dans la rue pour certains, dans une cabane, une cave, un squat, à l'hôpital, une  caravane...

Et quand des proches nous parlent d'eux, c'est de vraies personnes qui avaient un visage " il parlait littérature, aimait les poèmes"il n'avait pas de logement, mais passionné de plantes, il avait un local où il faisait des semis et des greffes", "il me faisait confiance, il se livrait à moi", et d'autres paroles parfois plus proches et plus intimes, dont certaines sont déposées sur notre site  http://mortsdelarue.org/spip.php?article13. A cette même adresse, nous proposons des temps et/ou lieux pour les proches en deuil.

Avez-vous vu qu'on parle des gens à la rue uniquement quand il fait froid? Leur nombre aurait doublé depuis moins de 10 ans? et jusqu'où va-t-on aller ainsi? Es-ce supportable?

Depuis le dernier faire-part qui date de mi-novembre dernier, nous avons appris 176 décès...

A bientôt.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.