La colère des associations de défense des mal et non logés

Le collectif des associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans abri et mal logées fait part de sa colère. Le chantier du gouvernement, qui visait à ce que «d'ici deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir», a été selon ces 31 associations (Fondation Abbé Pierre, Emmaüs, Collectif des morts de la rue, etc) «perdu de vue».

Le collectif des associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans abri et mal logées fait part de sa colère. Le chantier du gouvernement, qui visait à ce que «d'ici deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir», a été selon ces 31 associations (Fondation Abbé Pierre, Emmaüs, Collectif des morts de la rue, etc) «perdu de vue». Dans un texte rendu public ce mercredi matin, elles dénoncent «un décalage insupportable entre les ambitions lancées début 2008 et la frilosité voire l'inertie et le repli observés aujourd'hui», alors même que «la nouvelle phase de crise économique en renforce l'impérieuse nécessité».

Parmi les sujets d'inquiétude, qui sont développés dans cette note, les associations mentionnent notamment le non-respect du principe d'accueil inconditionnel. Comme chaque année, la sortie de l'hiver s'est accompagnée d'une remise de personnes à la rue. Par aillleurs, l'accueil des migrants et demandeurs d'asile est inapproprié. En termes de prévention, les actions qui devraient être menées pour éviter les expulsions n'ont été mises en place que dans un tiers des départements, et encore: les moyens ne permettent pas de réaliser les ambitions affichées. Face aux fermetures de lits d'hôpitaux, rien n'a été proposé aux personnes vivant à la rue et souffrant de troubles psychiques...

En conclusion, le Collectif demande que le chantier dit de la Refondation soit «replacé au rang de priorité nationale» et qu'il «bénéficie de moyens à la hauteur des ambitions affichées en 2008 et des engagements pris par le gouvernement».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.