Billet de blog 31 oct. 2012

Bernard, premier mort de froid, 300ème mort de la rue en 2012

Le vent se fait froid, les températures chutent,  ce dimanche 28 octobre  les salles de rédaction sont en effervescence.  Le premier SDF « mort de froid » est au rendez-vous de l’agenda médiatique.

Morts de la Rue Collectif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le vent se fait froid, les températures chutent,  ce dimanche 28 octobre  les salles de rédaction sont en effervescence.  Le premier SDF « mort de froid » est au rendez-vous de l’agenda médiatique.  

Pour dresser le portrait de la première victime les journalistes s’affairent à chercher  indices pour reconstituer les détails  de  son infortune.  Les brèves tombent et s’enchaînent,  journaux nationaux, rédactions régionales,  télévision, web, radios….   On apprend  de proche en proche qu’il avait 59 ans, s’appelait Bernard, qu’il était aussi roux que cultivé, ancien légionnaire, que sa santé était mauvaise, qu’il « buvait un peu trop ».

Ainsi on sait beaucoup, mais trop tard, de la vie de Bernard. Ainsi on nous rappelle qu’en France, si on  doit vivre  dehors, on peut mourir de froid. Mais pas seulement et au risque de froisser les journalistes en mal de scoop, on peut y mourir des suites de violences (agressés dans la rue, brûlé sous sa tente) de manque de soin … la liste est longue.

Bernard est la 300ème personne dont le décès est recensé par le Collectif Les Mort de la Rue depuis le début de l’année 2012.

Perversion médiatique : dans le portrait ainsi brossé, on sait tant de Bernard qu’il a « refusé de partir avec une association ».  Nous supposons alors que, rationnellement sans doute, il aura préféré se bricoler une survie dans la rue. Mais là, on ne dit rien  des raisons de son choix, de l'inhumanité des conditions d’accueil en hébergement d’urgence (les dortoirs surpeuplés, risque de vols, de viols, d'agression..), de la difficulté d’accéder à une offre aussi rare qu’inadaptée....

.

Depuis des années nous dénonçons la mort prématurée des personnes vivant à la rue. Depuis des années nous interpellons  différents gouvernements, pour finalement n’en constater que l’impuissance ou le manque ferme de volonté. Les alternances gauche-droite n’y auront rien changé. L’urgence et la gestion saisonnière restent la norme imposée, avec pour preuve, s’il en fallait,  cette fameuse circulaire ministérielle qui, d'année en année, n'est que le même copié-collé de mesures hivernales.

Pas de volonté ou des décisions bien tardives, alors que les associations dénonçaient dès le mois de juin au nouveau gouvernement les problèmes rencontrés, elles attendaient que des mesures, des anticipations soient entreprises… rien de cela !

Quelle personnalité politique osera réformer un dispositif inadapté ?

On nous annonce à grand renfort de communication une grande conférence pour établir une programmation sur 5 ans. La problématique des sans-abris sera à l’ordre du jour. Mais concrètement au lendemain de cette conférence qu’est ce qui aura changé pour les personnes sur nos trottoirs ?

Alors cet hiver  sera comme tous les autres et beaucoup de Bernard vont se retrouver à la une des journaux malgré eux.

Collectif Les Morts de la Rue

72 rue Orfila 

175020 PARIS

01 42 45 08 01

http://mortsdelarue.org/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai