Parti pour Croatan - Michel Vézina

Croatan c’est le nom donné à la Colonie perdue, au XVIe siècle, par un équipage anglais qui, retournant sur une île où avaient été laissés des colons, ne trouve qu’une inscription sur un tronc « Gone to Croatan ». Entre Québec et Cuba, Paris et Croatan, la cuisine et l’écriture, les amis et la solitude, sa chérie et la liberté.

9791095630128
Paru le 26 avril 2018

 

Livre broché de 232 pages - 15

 

ISBN : 979-10-95630-12-8

 

Extrait en téléchargement gratuit

 


4ème de couverture

On devient vite une bête étrange sur le chemin de l’autonomie. Même les proches se mettent à nous faire sentir que nous sommes, au mieux, des illuminés, sinon des exclus. C’est le prix de la disparition, j’imagine. Il faut commencer par s’extraire. Se retirer. Raturer. C’est comme écrire. Il faut commencer par sa propre démolition, son propre refus.
Depuis quelque temps, je coupe les liens, je largue les amarres. Je pars à la dérive, hors du réel. Et je laisse une petite pancarte sur l’île maintenant déserte de mes illusions sociales : « Parti pour Croatan ».
Vouloir changer de manière de parler du monde… changer de façon d’envisager le récit de la vie avant de changer la vie elle-même.
Michel Vézina

« Une caravane dans les bois, une source à proximité, un panneau solaire et quelques batteries, un boucan pour cuire les viandes, les nuits éclairées à la paraffine ou au kérosène, et une chiotte sèche sous les arbres, pour l’aisance. » Ces carnets, forme hybride entre la chronique, le journal intime, l’introspection et le dialogue, nous engagent dans un voyage avec l’auteur, avec simplicité, clairvoyance, humour et dans un style parfaitement maîtrisé.


L'auteur

Michel Vézina est écrivain et chroniqueur. Il a fondé les éditions Coups de tête en 2007, puis Tête première en 2012, avant d’en quitter la direction littéraire pour devenir libraire ambulant, tant au Québec qu’en France. Michel aime les bonnes choses de la vie : alcools durs, tabac blond, drogues douces, bouffes gargantuesques, femmes brillantes, films délirants, théâtre visionnaire, cirque dément et voyages infinis.


Collection Des réels

Ecrire le réel pour combler les vides… des traces brutes, une ivresse dans la quête de soi et des autres. Ecrire le réel c’est reprendre la route, s’imaginer, s’inventer qu’importe, c’est suivre ses propres traces mais pouvoir en apprécier la forme, la profondeur et la texture… c’est s’y plonger tout entier. Des récits de vie qui se tiennent au bas du ventre comme des poids de souvenirs… qui rappellent à l’épreuve, au goût de vivre, à l’autre… au commun. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.