Abracadabrantesque !

Chiche !!! une petite pointe d’humour, un peu de fiction moqueuse, facile et simplissime tirée d’une histoire vraie bien ch’ti… un petiot divertissement dans ce monde devenu fou !

Coq abracadabrantesque ! © Edmey Coq abracadabrantesque ! © Edmey
Au petit matin, parcourant un journal en ligne, son attention est soudainement attirée par un article anodin. Happée dans cette lecture inhabituelle et un peu abracadabrantesque (pour reprendre ce mot lu en son poème « le cœur volé » d’Arthur Rimbaud en 1871), elle a cependant une envie irrésistible de connaître la chute de l’histoire : une fin inattendue et drolatique, lui esquissant un petit sourire narquois.

Elle le connait pourtant bien cet inconnu et elle sait pertinemment qu’il ne faut pas le déranger dans ses habitudes. Il est maître en son royaume et c’est là qu’il s’éclate vraiment. Bien entouré, parfois même trop bien choyé, il ne sait plus où donner de la tête, il affole ! Il ne supporte pas la concurrence, ni la résistance. La galanterie et le romantisme sommeillent en lui et il aime chouchouter l’élue ou les élues de son cœur, un ravissement précieux qu’elle.s ne refuse.nt jamais !

Ce personnage est symbole de fierté et de vigilance depuis le Moyen Age après avoir été celui de la moquerie consécutif à un malentendu latin. Vaillance et courage, hardiesse et audace, héroïsme et virilité en font une figure de la nation adulée des rois de France qui, un jour, lui préfèrent pourtant le lys.

Pendant la révolution française, les révolutionnaires se l’approprient à nouveau. Il devient l’emblème du peuple en colère d’une France qui renait de ses cendres. Combattant, criant et dénonçant, on lui reconnait volontiers et peut-être à son corps défendant le statut de lanceur d’alerte. Son effigie continue à rôder un peu partout même si Marianne est venue lui ravir la place !

Ah, oui, justement, il se souvient de Marianne, icône de la liberté et de la démocratie, symbole républicain de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Mais il vient d’apprendre ses déboires : on ne la respecte plus et elle est soumise, il le craint, à un bien triste avenir !

Peu à peu, les droits instaurés, les lumières et les idéaux acquis disparaissent et Marianne se retrouve bien dépourvue. Il avait bien vu les changements de vie de ses logeurs et l’absence de visites d’admiratrices et admirateurs : "confinement, couvre-feu, re confinement, re couvre-feu… très peu pour moi", s’était-il finalement écrié. A l’aube du jour suivant, gonflant son poitrail à en perdre la raison, il lança son premier pic sonore, un "cocoricooo !" puissant, traduisant un cri d’émancipation "liberté, liberté chérie, me voilà !" Il prit alors la poudre d’escampette, laissant sur place l’ensemble du poulailler médusé.

Le coq, puisqu’il s’agit de lui, s’enquiert d’un endroit où il pourrait vivre en mettant de côté toutes servitudes et obligations. Philosophe, il élit domicile sur les berges d’une rivière traversant une petite commune du nord. Il renoue avec l’audace, reprend possession de la nature et surtout sa liberté de circuler librement.

Mais, peu à peu, insciemment, il perd son essentiel : son horloge biologique. C’est ainsi qu’oubliant, l’aube, le jour, le crépuscule, il pousse ses niveaux sonores dans la nuit profonde. Téméraire, peut-être perdu, se rapprochant des habitations, il lance des cocoricooos à n’en plus finir réveillant habitants, animaux, voisinages mécontents.

Cet oiseau revêtu d’un beau plumage, fin bluffeur, est traqué depuis les premiers jours de novembre 2020. A ce jour, il court toujours en liberté dans la localité… selon ses habitudes et repères surtout la nuit, déjouant tous les pièges !

 

Freedom de Williams Pharrell 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.