Dis, quand reviendront-ils ces doux parfums du temps ?

« Qu’est-ce que la vie ? Un délire. Qu’est-ce que la vie ? Une ombre, une illusion, et le plus grand des biens ne compte guère. Oui, toute la vie est un songe, et les songes eux-mêmes, que sont-ils ? Songe ! » nous disait Calderon de la Barca dans sa pièce de théâtre « La vie est un songe » : des interrogations partagées entre illusion, réalité, jeu, songe, irréalité, rêve…

Depuis un an, sans crier gare, les ivresses de notre vie d’antan, les lumières intenses, espoirs de libertés et de rêves se sont évaporées.

Dis, quand reviendront-elles ces terribles vérités du passé,

ces belles sensations du présent,

ces délicieuses fragrances de l’aventure et de l’avenir ?

Remous © Edmey Remous © Edmey

En 1968, nous disions : "Métro, boulot, dodo, ça suffit". Depuis fin 2019, les verbes "Masquer, tester, isoler, éloigner, confiner, interdire, punir, contrôler, amender, attester, arrêter, hospitaliser, décéder…  vacciner et … " sont devenus les tourbillons quotidiens des informations, des conversations : ces mots amers lancés à la volée pour mieux nous contraindre.

Aujourd’hui, ce monde terne où les liens sociaux et humains sont absents s’impose à nous comme seule vie offerte par ses maîtres du monde, du temps, de l’horloge et de l’existence.

Faire face à ces chamboulements imposés demande forces, caractère, communication et présence du corps entier dans cet espace éventé afin que chacun de nos interstices et de nos replis résiste en profondeur aux assauts multiples…

Dis, quand reviendront-elles nos indignations, nos résistances,

nos colères communes

afin de construire un monde responsable, respectueux, digne, heureux ?

Saurons-nous tout simplement (ou encore) être des humains libres et aptes à choisir le tempo de notre vie ?

"Le temps passé, le temps perdu ne se rattrapent jamais" dit-on… Alors, peut-être, est-il nécessaire de poursuivre notre marche en profitant de ces instants "carpe diem" de plus en plus rares ("Carpe diem quam minumum credula postero"/"Saisir le jour, faire le moins confiance possible à demain")… pour respirer, se détendre, vider notre esprit ! Plus que jamais, humons la houle du large, respirons la flore odorante, regardons, écoutons, communiquons, soyons nature sans artifices…

 

Infini © Edmey Infini © Edmey

 

"… Le risque est grand

De se diluer dans l’infini

D’y perdre jusqu’à notre conscience

Qui reste jusqu’à ce jour

Notre seul parlant témoin pensant… "

Guy PIQUE

 

 La fonte des masques

 (un recueil de poésie sorti en novembre 2020)

"Poursuite d’un travail d’exploration de l’être humain".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.