Horizon gâché, paradis perdu, féerie envolée ?

« La vie sans poésie et la vie sans infini, c’est comme un paysage sans ciel... on y étouffe » disait Henri-Frédéric AMIEL, écrivain, dans son « journal intime » publié en 1882 et ajoutant « Chaque paysage est un état d’âme ».

Plage Mer du Nord © Edmey Plage Mer du Nord © Edmey

Depuis la nuit des temps, cette grande Dame déploie les plis de sa pèlerine satinée, ses dentelles d’écume, ses flots vaporeux, ses lames d’ébène ou ses vagues houleuses. Elle distille ses grains de folie, à la volée, dans le "va et vient" des marées, rythmant la clepsydre invisible de la Flandre flamingante.

Tantôt bercée par le doux zéphyr, tantôt ballotée par le vent du Nord ou de Belgique, embrumée parfois, réchauffée par le soleil léger ou ardent, cadencée par les bruines, les ondées et les tempêtes, la Mer du Nord éclabousse le rivage de ses richesses ou de ses malheurs, reflue sous la bonté d’une douce larme ou sous l’ivresse de la férocité. L’inséparable voûte des cieux y réfléchit ses lumières et couleurs autant que sa grisaille et ses courroux.

Sa beauté fascine inlassablement les flâneur.euse.s et emporte chacun.e dans le tourbillon des rêves, caresses de la vie, du cœur et de l’âme. Parfois, elle dissimule ses tourments, gouffres de l’abîme et feux de l’enfer de peur d’effrayer ses admirateurs et admiratrices.

La Côte d’Opale attire par ses grandes plages de sable fin, ses coquillages parsemés, son climat iodé et vivifiant, ses oyats sculpteurs de buttes, son mélange de dunes boisées, de pannes humides et de dunes sèches, le tout d’une importante valeur écologique, ses digues de promenades, ses vols de mouettes messagères. Les plages de Malo à Bray-Dunes rayonnent de charme sauvage, de silence apaisant, de grandeur infinie, de découvertes étonnantes, de clichés insolites, de mémoires de la grande guerre…

Pas un seul instant, la Manche ne soupçonne la destinée que ses puissants détracteurs lui entrevoient dans les années prochaines !

De cette immensité, de cette harmonie angélique et de cette belle féerie, ne restera-t-il que le baiser osé d’Alain SOUCHON ?

 

Miroir Plage © Edmey Miroir Plage © Edmey

 

D’Hercule à l’Oie Bernache en passant par Jupiter, la Belgique et l’Europe

Un parc éolien offshore (46 éoliennes de 300 m de hauteur, équivalent de la Tour Eiffel, à 10 km du littoral) devrait être construit dans cette zone, visible depuis la plage de Malo jusqu’à la frontière belge.

Pressenti d’abord à un autre endroit où les paysages avaient déjà subi les affres des installations : centrale nucléaire, 14 sites Seveso, terminal méthanier … l’emplacement modifié de ce parc a été dévoilé lors de la sortie de l’enquête publique fin 2020.

Ce parc serait construit sur une zone protégée Natura 2000 et sur l’axe migratoire le plus important d’Europe, non loin de la réserve naturelle du Platier d’Oye façonnée depuis plusieurs siècles.

L’association « Le Clipon », contre ce projet, a très peur pour les oiseaux de passage et particulièrement pour cette Oie Bernache majestueuse qui a failli ne plus exister dans les années 1970 et qui pourrait, là, disparaître complètement.

Un collectif « Vent Debout » a été créé pour contrer ce projet dévastateur.

Le gouvernement belge, quant à lui, travaille à un recours au titre des règles internationales de navigation maritime et aérienne que ce parc ne respecterait pas. Le vice-Premier ministre belge évoque une "atteinte grave à la souveraineté nationale" de la Belgique.

La Commission Particulière du débat public devrait rendre son compte rendu, en restitution publique, en févier 2021.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.