edmey
Quelqu'un d'ordinaire...
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

3 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2022

edmey
Quelqu'un d'ordinaire...
Abonné·e de Mediapart

Au fil de soi

« Finalement, la solitude c’est se lover dans la soie de son âme, devenir chrysalide et attendre une métamorphose qui ne saurait tarder. » Citation de Johan August Strindberg, écrivain, dramaturge et peintre suédois, quelques mots repris de son autobiographie intitulée « Seul » et écrite en 1903.

edmey
Quelqu'un d'ordinaire...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Edmey

Depuis quelques temps, des tourbillons de mots, des cascades de décisions, des pluies de maux déferlent et s’emparent de l’espace public au mépris des lois, de toutes valeurs humaines, sociales, morales... Des informations follement malaxées par certains médias... La détresse s’incruste plus que jamais dans la vie. Rares deviennent les moments heureux qui s’infiltrent agréablement dans les interstices de l’existence.

Elle pense désespérément à ce titre "les matins difficiles" qui lui souffle des interrogations : "Mais, alors, c'est quoi qui nous pousse, qui fait qu'on va de l'avant ? ". Et même si tous les capteurs de rêves ont malencontreusement englouti les mots poétiques et les jours meilleurs, les pages blanches de l’avenir restent de toute façon à écrire.

© Edmey

Profitant de l’arrêt du "mistralou", ce "vent couloir" tant dénigré par Colette et Stendhal : "le vent qui vient gâcher tous les plaisirs que l’on peut rencontrer en Provence", allongée sous un mûrier platane, en recherche de lumière et d’ombre, elle s’était octroyé une pause bienveillante. Invitation délicate chuchotée par une voix venue de l’empyrée céleste : Respirez, Profitez, Rêvez ! Juste le murmure lointain d’une cascade et la frénésie de ses remous viennent rompre le silence fascinant de l’instant éphémère.

Effilant sa vie d’aussi loin qu’elle se souvienne, elle égrène ses petits riens jonchant son enfance, son adolescence, mais aussi ses sublimes étapes ou hésitantes épreuves parsemant sa vie d’adulte. Un grand tout finalement assez cohérent empreint de quelques colères, regrets et doutes mais aussi de douceâtres fiertés.

Indéniablement, ce moment soyeux et frêle de solitude lui permet d’entrouvrir la porte du soi, de panser quelques bosses ou blessures, d’enrouler le fil de la sérénité et du calme, de retrouver un nouveau souffle, de prendre le temps de se lover dans les profondeurs des flots et de retracer son chemin en toute délicatesse et conscience.

© Edmey

Et là, dans cette fragile quête de solitude et d’apaisement, son regard ne peut se détacher des feuilles du mûrier, gourmandise du ver à soie, épopée ardéchoise de la soie et éternel recommencement du cycle de reproduction : parade nuptiale des papillons, ponte des œufs, naissance des chenilles, tohu-bohu du vers à soie, devenant chrysalides vivantes et protégées par les cocons pour continuer la vie de ces extraordinaires insectes retirés de la blaze, dernière peau de mue de la chenille.

De la nymphe chrysalide au papillon, dernière phase d’une naissance explosive. Heureux, peut-être, de connaître enfin l’autre côté du miroir, toujours en quête de nectar et de pollen. Parfois jouet du vent, le papillon butine, vagabonde et cherche à vivre ou à venger pleinement sa métamorphose !

Au fil de l’eau, quelques siècles d’activité industrielle ont fait, de ce territoire, les beaux jours de richissimes patrons et du capitalisme. La défense de l’exploitation d’hommes, de femmes, d’enfants, du respect, de la dignité… reste indéniablement son combat individuel et collectif de tous les jours ! Du coup, la solitude pleine et entière, le long silence, la transmutation… n’entrent aucunement ni dans ses convictions ni dans ses valeurs, persuadée qu’un jour ou l’autre l’espoir reviendra !

© Edmey

Le printemps et l’été ont épuisé leurs rocambolesques journées saisonnières, sempiternel cadeau d’une nature en mal d’harmonie dont l’homme doit pourtant prendre toute sa part de responsabilités.

Désormais, l’automne commence à disséminer ses douces rêveries : les crocus printaniers "aux ailes d’or des elfes et des fées" s’en retourneront en terre devenant colchiques automnaux "aux ailes usées et fanées de trop d'excès de gaies et folles danseries".

Au fil de soi, dans la nuit étoilée, on trouvera toujours quelque part où déposer les fleurs qu'on a semées ou cueillies…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — France
Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations
L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey