mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 24 juil. 2016 24/7/2016 Édition du matin

La violence du FN contre la liberté de la presse

« Je vais te tuer » : c’est ainsi qu’un proche de Marine Le Pen s’est adressé, en la menaçant physiquement, à notre consœur Marine Turchi, qui suit l’extrême droite à Mediapart. Loin d’être anecdotiques, ces faits ne sont pas sans rapport avec l’interdit proclamé par le Front national à l’encontre de notre journal en ligne, au mépris du respect du pluralisme de la presse.

« Je vais te tuer » : c’est ainsi qu’un proche de Marine Le Pen s’est adressé, en la menaçant physiquement, à notre consœur Marine Turchi, qui suit l’extrême droite à Mediapart. Loin d’être anecdotiques, ces faits ne sont pas sans rapport avec l’interdit proclamé par le Front national à l’encontre de notre journal en ligne, au mépris du respect du pluralisme de la presse.

Vendredi 30 janvier, vers 16 heures, Marine Turchi et Karl Laske se rendent, dans le seizième arrondissement de Paris, au siège des diverses sociétés d’Axel Loustau, le trésorier de « Jeanne » le micro-parti personnel de la présidente du FN. Ils sonnent, entrent, demandent à parler aux dirigeants et déposent leurs cartes de visite après qu’on leur ait répondu qu’ils étaient absents. Cette démarche s’inscrit dans notre enquête au long cours sur la part d’ombre financière de l’extrême droite et, plus précisément, sur des virements et des sorties d’argent en liquide qui intriguent la justice (lire notre dernier article ici).

Ayant fait chou blanc, les deux journalistes de Mediapart s’en vont prendre le métro le plus proche, porte de Saint-Cloud. C’est en arrivant sur la place qu’ils sont soudain entourés et admonestés par un groupe de quatre à cinq personnes, parmi lesquelles Axel Loustau. Mais le plus virulent et le plus menaçant est Olivier Duguet, prédécesseur de ce dernier en tant que trésorier du micro-parti de Marine Le Pen, poste qu’il a occupé de 2010 à 2012 avant de devoir laisser sa place quelques mois avant sa condamnation pour escroquerie à Pôle Emploi, révélée par Mediapart (lire notre enquête ici).

Le groupe se précipite alors sur les deux journalistes de Mediapart. Excités, ses membres refusent toute explication. C’est alors qu’Olivier Duguet va foncer comme un fou furieux sur Marine Turchi, cherchant à l’agresser physiquement, en la tutoyant et en lui lançant : « Je vais te tuer !… Je vais te retrouver !… Je vais t’attendre en bas de chez toi !… »

Ses acolytes ne s’interposent pas, et c’est Karl Laske qui, protégeant Marine, réussit à faire repli à l’intérieur d’une brasserie dont ils finiront par sortir alors qu’Olivier Duguet était finalement maîtrisé par ses amis. Plutôt que de s’excuser pour cette violence et de condamner le comportement de son camarade, Axel Loustau expliquera, plus tard, à nos deux journalistes ceci : « Il faut nous comprendre, on est harcelés à cause de vos articles… Et mon ami est un peu nerveux… »

Marine Turchi et Karl Laske ont signalé les faits, dans une déposition au commissariat du onzième arrondissement qui est aussitôt remontée comme un signalement au parquet de Paris. Dans l’attente de l’enquête préliminaire qu’il ne manquera pas de diligenter, Mediapart et ses journalistes étudient les suites judiciaires à donner. Car ce n’est évidemment pas un incident isolé mais l’énième illustration de la culture de violence politique propre au parti d’extrême droite, sur fond d’intolérance vis-à-vis de la liberté, que ce soit celle de penser différemment ou celle d’enquêter librement.

Depuis maintenant trois ans, le Front national et sa présidente ont donné une consigne officielle de boycott à l’égard de Mediapart dont les enquêtes indépendantes dérangent les dirigeants d’un parti peu transparent sur ses finances. Elle se traduit aujourd’hui par des menaces de mort proférées devant un groupe de proches de la présidente du FN, sans que ces derniers y trouvent à redire. De plus, elles n’ont pas été proférées par n’importe quel cadre du FN mais par un homme de confiance du premier cercle de Marine Le Pen, puisqu’il fut le trésorier de son micro-parti jusqu’à la présidentielle de 2012.

Le Front national n’est pas seulement un parti dont l’idéologie et le programme contestent le socle de la République, sa promesse d’égalité des droits, sans distinction d’origine, de culture, de croyance ou de condition. Il est aussi une formation dont les cadres dirigeants prisent la violence comme mode d’expression, voire d’action. S’il en était besoin, la mésaventure subie par Marine Turchi et Karl Laske en fait la démonstration.

Solidaire de ses journalistes, Mediapart demande solennellement à Marine Le Pen de condamner sans ambiguïté aucune ces agissements et, dans le même mouvement, de lever l’interdit professionnel qu’elle a énoncé envers notre journal.

Lire aussi : un communiqué de la Société des Journalistes de Mediapart

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Nous ne sommes pas capables de descendre dans la rue, pour dénoncer, tout

ce qui se passe, on attends la guerre, ou les vacances pour ceux qui peuvent

en avoir, Bonsoir

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Edwy Plenel

Journaliste, président de Mediapart
Paris - France

Le blog

suivi par 1598 abonnés

Les carnets libres d'Edwy Plenel

À propos du blog
En complément de mes articles dans le Journal de Mediapart, ce blog mêle divers registres. Des résonances subjectives où je m’exprime à titre personnel. Des informations complémentaires, droits de suite ou explications de texte, où je réagis à des interpellations de lecteurs. Enfin, ce que l’on appellerait dans les hauts parleurs des gares des « avis de service » où je fais le point sur l’actualité de Mediapart, qu’elle soit éditoriale ou économique.