Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

302 Billets

4 Éditions

Billet de blog 6 nov. 2017

L’humanité n’est pas assignée à résidence

En librairie cette semaine, Le devoir d’hospitalité est un manifeste de la solidarité avec les migrants, réfugiés et autres exilés. Publié chez Bayard à un prix modique (3,50 euros), il résume l’engagement constant de Mediapart sur cette question.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Ce sont les éditions Bayard qui en ont eu l’idée, après avoir lu sur Mediapart mon parti pris du 15 août dernier (le retrouver en français, anglais et espagnol). Leur démarche est de conviction, tant la solidarité avec les migrants est une cause commune que nous partageons avec ce groupe de presse, éditeur notamment du quotidien catholique La Croix. En 2004, Bayard avait ainsi publié une somme, Le livre de l’hospitalité, formidable travail collectif sous-titré L’accueil de l’étranger dans l’histoire et les cultures.

Un manifeste de la solidarité

Ce petit livre d’intervention offre donc une version largement augmentée de l’article qui l’a inspiré. Son propos est de démontrer que le réalisme est du côté des solidarités qui ouvrent la voie d’une humanité partagée, alors que l’inconscience est le fait des politiques qui nous ferment à un monde commun. Il s’agit donc d’abord d’un texte de soutien à Cédric Herrou et à tous ses semblables, dont l’engagement sauve l’essentiel. Mais, au-delà des urgences, ce manifeste souligne combien l’accueil du lointain nous enseigne le souci du prochain, convoquant une longue tradition qui unit cultures polythéistes, religions monothéistes et lumières humanistes.

« L’éthique est hospitalité », a tôt énoncé Jacques Derrida. Toute l’œuvre de ce philosophe majeur du siècle passé est habitée par cette question de l’accueil inconditionnel de l’autre, où se joue, concrètement, la responsabilité que nous confère notre liberté. Il y revient sans cesse. Ici : « Les lois de l’éthique sont toujours les lois de l’hospitalité : l’hospitalité n’est pas une question éthique parmi d’autres. » Ou là : « L’hospitalité est l’éthicité même, le tout ou le principe de l’éthique. » C’est bien pourquoi toute cette humanité de réfugiés, de migrants, d’exilés, qui, de nos pourtours méditerranéens, vient à nous, Européens, constitue l’épreuve morale de notre temps, ce moment où, de notre réponse, dépend notre salut.

De même qu’hier, un peuple qui en opprimait un autre ne pouvait être libre, un peuple qui, aujourd’hui, ne sera pas au rendez-vous des solidarités élémentaires avec l’étranger qui cherche asile ne saura plus, demain, les défendre pour lui-même. Pédagogie du chacun pour soi, de l’égoïsme, de l’apathie et de l’insensibilité, ce renoncement essentiel entraîne en effet une abdication générale. Car la question migratoire nous pose celle de l’universalité de la condition humaine, celle-là même dont la Déclaration française des droits de l’homme de 1789 fut le premier énoncé.

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits », a depuis proclamé la Déclaration universelle de 1948, après que le fracas des nationalismes européens eut mis le monde entier en péril. Or, parmi ces droits, il y a celui « de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État », ainsi que celui « de quitter tout pays, y compris le sien ». L’égalité des droits inclut la liberté de migrer. C’est-à-dire de pouvoir échapper à la fatalité du lieu de naissance et à la part d’injustice de ce hasard. L’humanité n’est pas assignée à résidence. Elle a le droit fondamental de se déplacer en quête de justice, de bouger à la recherche du bonheur, de cheminer par souci de dignité, bref de faire mouvement pour mieux vivre.

Placée en exergue de ce manifeste de l’hospitalité, une phrase de Frantz Fanon l’énonce admirablement : « Il ne faut pas essayer de fixer l’homme puisque son destin est d’être lâché. »

J’ai évoqué ce livre dans deux émissions de télévision diffusées dimanche 5 novembre, la première sur Canal Plus (« Clique Dimanche » de Mouloud Achour), la seconde sur BFM (« Et en même temps » d’Apolline de Malherbe). Voici les vidéos :

Clique Dimanche du 5 novembre 2017
Sur BFMTV le 5 novembre 2017

*Le devoir d’hospitalité, Bayard, 40 pages, 3,50 €.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart