Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

302 Billets

4 Éditions

Billet de blog 7 déc. 2012

En Espagne, Mediapart s’associe à infoLibre

InfoLibre verra le jour début 2013. C’est, en Espagne, un projet ambitieux de nouvelle presse indépendante, numérique et participative, prolongée par un mensuel imprimé. Ses valeurs sont les mêmes que celles de Mediapart et son modèle économique s’en inspirera en grande part. Notre partenariat sera à la fois éditorial et financier.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart
© 

InfoLibre verra le jour début 2013. C’est, en Espagne, un projet ambitieux de nouvelle presse indépendante, numérique et participative, prolongée par un mensuel imprimé. Ses valeurs sont les mêmes que celles de Mediapart et son modèle économique s’en inspirera en grande part. Notre partenariat sera à la fois éditorial et financier.

Annoncé depuis une semaine sur les réseaux sociaux (ici sur Twitter, là sur Facebook), le projet infoLibre peut être découvert sur le blog animé par son équipe fondatrice (c’est ici). Son principal initiateur est Jesús Maraña, journaliste réputé et professionnel confirmé (sa biographie est là), qui fut le directeur du quotidien Público jusqu’à sa fermeture en février 2012. Rassemblant des journalistes issus notamment, mais pas seulement, de Público, d’El Pais et de la RTVE (le service public audiovisuel), il s’agit d’un projet de presse radicalement indépendant et totalement novateur.

InfoLibre sera un journal numérique au service du droit de savoir des citoyens et, par conséquent, soucieux de remettre l’enquête au cœur de la pratique professionnelle. Inspiré de l’expérience française de Mediapart, il n’en sera pas le décalque, adaptant au contexte espagnol des principes et des pratiques que nous partageons. C’est ainsi que, tout en défendant le prix de l’information et de son indépendance, infoLibre associera une zone payante réservée à ses abonnés à d’autres contenus libres d’accès. De plus, ce journal numérique sera présent tous les mois en kiosques, avec un mensuel imprimé, Tinta Libre (tinta signifie « encre » en espagnol).

L’équipe fondatrice d’infoLibre est venue à notre rencontre au printemps dernier, réfléchissant, comme nous l’avions fait en 2007, au moyen de résister à la crise qui, en Espagne aussi, ruine le journalisme, son dynamisme éditorial, son indépendance économique et sa responsabilité démocratique. On chiffre à 8.800 le nombre de journalistes qui ont perdu leur emploi en Espagne depuis le début de la crise, ce qui, dans ce pays, fait de la presse le deuxième secteur le plus touché après l’immobilier (lire par exemple notre enquête sur la crise d’El Pais). Dans notre esprit, Mediapart a toujours été un laboratoire ouvert à la profession, sans frontières ni secrets, afin que, face à ce véritable séisme, elle trouve des réponses inventives et créatrices sur le terrain de la valeur de l’information, de sa qualité, de son indépendance et de son public.

© 

Tel fut l’esprit de nos conversations qui ont facilement abouti à la décision d’être partenaires, éditoriaux et financiers, dans une confraternité qu’illustre la similitude de nos logos évoquant les crieurs de journaux. InfoLibre proposera à ses abonnés une sélection en langue espagnole des articles de Mediapart, lequel proposera à son tour certains de ses articles en espagnol (comme c’est déjà le cas en langue anglaise) et des traductions en français d’articles d’infoLibre. Selon l’actualité, ses enjeux européens et internationaux, ce partenariat est évidemment destiné à se développer et à s’approfondir.

Afin de manifester sa solidarité avec ce projet espagnol de nouvelle presse indépendante, face à une crise sans frontières de la presse dans son modèle traditionnel, Mediapart a également accepté d’être présent au premier tour de table d’infoLibre. Nous en serons actionnaires dans une proportion qui ne devrait pas dépasser 10% du capital, nos amis espagnols nous proposant en retour de siéger à leur conseil d’administration. Outre les journalistes fondateurs d’infoLibre, l’autre actionnaire qui soutient cette aventure est une maison d’édition indépendante, Edhasa, et son président, Daniel Fernández.

© 

C’est dans la perspective du lancement d’infoLibre que le Manifeste de Mediapart vient de faire l’objet d’une belle édition espagnole, chez Edhasa justement, précédée de deux contributions, l’une de Daniel Fernandez, l’autre de Jesús Maraña. J’étais cette semaine à Madrid, mardi 4 décembre, pour la présenter en leur compagnie. Cette visite a donné lieu à de nombreux entretiens et comptes-rendus (une synthèse ici sur le blog d’infoLibre), notamment dans El Mundo et El Pais, ainsi que sur l’agence Europapress ou, en français, sur lepetitjournal.com (qui se définit comme « le média des français et francophones à l’étranger »).

Voici les vidéos des trois interventions successives de cette conférence de presse autour de Combate por una prensa libre, celles de Daniel Fernandez, de Jesús Maraña, puis la mienne.  

© Hildy Johnson
© Hildy Johnson
© Hildy Johnson

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine