Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

303 Billets

4 Éditions

Billet de blog 7 déc. 2012

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

En Espagne, Mediapart s’associe à infoLibre

InfoLibre verra le jour début 2013. C’est, en Espagne, un projet ambitieux de nouvelle presse indépendante, numérique et participative, prolongée par un mensuel imprimé. Ses valeurs sont les mêmes que celles de Mediapart et son modèle économique s’en inspirera en grande part. Notre partenariat sera à la fois éditorial et financier.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

InfoLibre verra le jour début 2013. C’est, en Espagne, un projet ambitieux de nouvelle presse indépendante, numérique et participative, prolongée par un mensuel imprimé. Ses valeurs sont les mêmes que celles de Mediapart et son modèle économique s’en inspirera en grande part. Notre partenariat sera à la fois éditorial et financier.

Annoncé depuis une semaine sur les réseaux sociaux (ici sur Twitter, là sur Facebook), le projet infoLibre peut être découvert sur le blog animé par son équipe fondatrice (c’est ici). Son principal initiateur est Jesús Maraña, journaliste réputé et professionnel confirmé (sa biographie est là), qui fut le directeur du quotidien Público jusqu’à sa fermeture en février 2012. Rassemblant des journalistes issus notamment, mais pas seulement, de Público, d’El Pais et de la RTVE (le service public audiovisuel), il s’agit d’un projet de presse radicalement indépendant et totalement novateur.

InfoLibre sera un journal numérique au service du droit de savoir des citoyens et, par conséquent, soucieux de remettre l’enquête au cœur de la pratique professionnelle. Inspiré de l’expérience française de Mediapart, il n’en sera pas le décalque, adaptant au contexte espagnol des principes et des pratiques que nous partageons. C’est ainsi que, tout en défendant le prix de l’information et de son indépendance, infoLibre associera une zone payante réservée à ses abonnés à d’autres contenus libres d’accès. De plus, ce journal numérique sera présent tous les mois en kiosques, avec un mensuel imprimé, Tinta Libre (tinta signifie « encre » en espagnol).

L’équipe fondatrice d’infoLibre est venue à notre rencontre au printemps dernier, réfléchissant, comme nous l’avions fait en 2007, au moyen de résister à la crise qui, en Espagne aussi, ruine le journalisme, son dynamisme éditorial, son indépendance économique et sa responsabilité démocratique. On chiffre à 8.800 le nombre de journalistes qui ont perdu leur emploi en Espagne depuis le début de la crise, ce qui, dans ce pays, fait de la presse le deuxième secteur le plus touché après l’immobilier (lire par exemple notre enquête sur la crise d’El Pais). Dans notre esprit, Mediapart a toujours été un laboratoire ouvert à la profession, sans frontières ni secrets, afin que, face à ce véritable séisme, elle trouve des réponses inventives et créatrices sur le terrain de la valeur de l’information, de sa qualité, de son indépendance et de son public.

Tel fut l’esprit de nos conversations qui ont facilement abouti à la décision d’être partenaires, éditoriaux et financiers, dans une confraternité qu’illustre la similitude de nos logos évoquant les crieurs de journaux. InfoLibre proposera à ses abonnés une sélection en langue espagnole des articles de Mediapart, lequel proposera à son tour certains de ses articles en espagnol (comme c’est déjà le cas en langue anglaise) et des traductions en français d’articles d’infoLibre. Selon l’actualité, ses enjeux européens et internationaux, ce partenariat est évidemment destiné à se développer et à s’approfondir.

Afin de manifester sa solidarité avec ce projet espagnol de nouvelle presse indépendante, face à une crise sans frontières de la presse dans son modèle traditionnel, Mediapart a également accepté d’être présent au premier tour de table d’infoLibre. Nous en serons actionnaires dans une proportion qui ne devrait pas dépasser 10% du capital, nos amis espagnols nous proposant en retour de siéger à leur conseil d’administration. Outre les journalistes fondateurs d’infoLibre, l’autre actionnaire qui soutient cette aventure est une maison d’édition indépendante, Edhasa, et son président, Daniel Fernández.

C’est dans la perspective du lancement d’infoLibre que le Manifeste de Mediapart vient de faire l’objet d’une belle édition espagnole, chez Edhasa justement, précédée de deux contributions, l’une de Daniel Fernandez, l’autre de Jesús Maraña. J’étais cette semaine à Madrid, mardi 4 décembre, pour la présenter en leur compagnie. Cette visite a donné lieu à de nombreux entretiens et comptes-rendus (une synthèse ici sur le blog d’infoLibre), notamment dans El Mundo et El Pais, ainsi que sur l’agence Europapress ou, en français, sur lepetitjournal.com (qui se définit comme « le média des français et francophones à l’étranger »).

Voici les vidéos des trois interventions successives de cette conférence de presse autour de Combate por una prensa libre, celles de Daniel Fernandez, de Jesús Maraña, puis la mienne.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste