La liberté de l’information contre l’absolu de l’opinion

En écho à la cabale contre Mediapart à propos de l’affaire Ramadan, voici une réflexion sur la liberté et l’indépendance des médias parue cette semaine en Grèce (dans Efsyn) et en France (dans Politis).

Efsyn (abréviation de Efemerida ton Syntakton, soit « Le journal des rédacteurs », quotidien avec lequel Mediapart a travaillé lors de l’opération OpenEurope) m’a demandé un texte sur l’indépendance de la presse à l’occasion de son cinquième anniversaire. Il vient de paraître dans un numéro spécial de quarante pages (à découvrir ici) alors même que j’en ai donné une version plus développée à Politis, pour son dernier numéro, lui aussi consacré à l’indépendance des médias.

Je le republie ici, en invitant nos lecteurs à acheter en kiosques ce numéro de Politis dont les contributions sont fort riches. Si l’on en doutait, on comprend combien cette indépendance irréductible dérange au spectacle de l’actuelle campagne contre Mediapart, lancée et alimentée presque chaque jour par un ancien premier ministre, Manuel Valls, peu connu pour son souci des libertés et son respect du pluralisme.

Les Unes des numéros spéciaux de Politis et de Efsyn Les Unes des numéros spéciaux de Politis et de Efsyn

La démocratie, ce n’est pas le droit de vote. Une démocratie qui ne serait que cela – le droit de choisir ses dirigeants – peut produire une tyrannie douce où le peuple désigne par intermittence ses maîtres avant de retourner en servitude. Car, s’il est aveuglé par les propagandes partisanes et les idéologies dominantes, les mensonges des pouvoirs étatiques ou des puissances économiques, l’électeur peut voter, sans le savoir, pour son pire ennemi ou son pire malheur.

Autrement dit, une démocratie véritable suppose le respect d’un droit plus fondamental : le droit de savoir. Ce droit c’est celui d’être informé, librement, sérieusement, rigoureusement. Savoir tout ce qui est d’intérêt public, c’est-à-dire : tout ce qui est fait au nom du peuple souverain, tout ce qui a des conséquences sur nos vies quotidiennes, tout ce que voudraient cacher les intérêts privés qui gangrènent l’intérêt public, tout ce que cherchent à dissimuler les appareils partisans qui veulent conquérir le pouvoir, bref tout ce qui fera de chacun d’entre nous un citoyen libre dans ses choix et autonome dans ses décisions. 

C’est pourquoi, plus que jamais, il nous faut des médias indépendants, c’est-à-dire des médias qui ne vivent que du soutien de leur public, sans dépendre de l’État, du Capital ou d’un Parti. Des médias au service de l’intérêt général qui sachent rendre compte de leur travail et qui veillent à construire une relation de confiance avec la société. Des médias sans aucun fil à la patte, qui ne cèdent jamais à l’autocensure et qui s’efforcent de révéler ce qui dérange, y compris leurs propres lecteurs. En somme, des médias qui acceptent de penser contre eux-mêmes en veillant au respect et à la qualité d’un débat pluraliste.

Des médias, surtout, d’information, attachés à produire ces vérités de fait, sur le présent comme sur le passé, sans lesquelles il n’est pas de connaissance véritable. Car l’opinion ne fait pas l’information, et c’est même tout le contraire : défendre la raison contre la croyance, c’est accepter humblement que nos convictions soient sans cesse confrontées à la réalité, y compris celle qui dérangera nos points de vue les plus affirmés. Autrement dit, il ne suffit pas de croire que l’on pense politiquement juste pour informer vrai. C’est, souvent, tout l’inverse : l’histoire de la gauche, au XXe siècle, dans ses variantes autoritaires comme réformistes, abonde d’exemples où des pouvoirs qui s’en réclamaient ont cherché à étouffer les vérités qui dérangeaient. 

Ce fut évidemment le cas avec les dictatures, qu’il s’agisse du stalinisme soviétique et de ses satellites, des régimes issus des indépendances coloniales ou de pouvoirs autoritaires incarnés par la domination absolue d’un leader incontesté, réduisant la volonté de tous à la soumission au désir d’un seul. À tel point que les courants antiautoritaires, notamment l’opposition de gauche au stalinisme, n’hésitaient pas à brandir l’enjeu de « La Vérité » en titre de leurs publications qui défendaient alors, totalement à contre-courant, des vérités inaudibles par les militants communistes les plus sincères (l’imposture des procès de Moscou, l’existence du Goulag concentrationnaire, les mensonges sur les réussites économiques, etc.).

Mais ce fut aussi le cas de gouvernants socialistes, notamment lors de la perdition qui vit la SFIO précipiter la fin d’une République en sombrant dans la guerre coloniale et en assumant la torture. Minoritaires, les opposants d’alors avaient pour arme l’information sur les disparus, les camps, les exécutions sommaires, etc. Tout comme, dans un contexte moins dramatique, le tournant néolibéral des années 1980 sous la longue présidence de François Mitterrand (1981-1995) s’accompagna d’un journalisme de complaisance, entravant les vérités qui en dévoilaient la part d’ombre, que ce soit dans des affaires d’État (Greenpeace, Cellule de l’Élysée), des dossiers de corruption (Affaire Péchiney), des guerres secrètes (la Françafrique jusqu’au génocide rwandais de 1994) ou des enjeux mémoriels (Vichy et l’Algérie).

Défendre la démocratie, sa refondation nécessaire, voire sa réinvention souhaitable, face au présidentialisme mortifère qui, en France particulièrement, l’étouffe de sa toute puissance autoritaire, c’est la défendre dès maintenant en soutenant une presse d’information pluraliste et indépendante. C’est d’autant plus nécessaire à l’heure de la révolution numérique. Ses bouleversements technologiques, économiques, sociétaux, etc. sont gros de potentialités démocratiques nouvelles, d’accès et de partage, de discussion et de relation. Mais, en même temps, ils démultiplient le débat d’opinion au détriment de la qualité de l’information. Le risque existe, dès lors, que les faits deviennent relatifs, étouffés par les convictions, les croyances ou les préjugés.

Défendre une presse indépendante, c’est donc aussi défendre l’exigence de raison en démocratie : celle d’un débat informé dont les vérités factuelles, aussi dérangeantes soient-elles parfois, sont l’assise fondamentale. Sinon, la démocratie risque de s’effondrer un jour sur elle-même, faute d’avoir veillé à la qualité de son écosystème.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.