Mediapart reçoit le prix du meilleur site d'information 2010

Mediapart a reçu, cette semaine, le Grand Prix des Médias 2010 dans la catégorie “Meilleur site d'information”.

Prix CBNews: et le meilleur site d'information est... © Mediapart

Mediapart a reçu, cette semaine, le Grand Prix des Médias 2010 dans la catégorie “Meilleur site d'information”. C'était la douzième édition de cet événement organisé par CBNews, hebdomadaire d'information sur le monde de la communication, ses contenus éditoriaux et ses enjeux économiques. L'an passé, nos confrères et amis de Rue89 avaient reçu ce prix.

Présidé par le directeur et fondateur de CBNews, Christian Blachas, le jury regroupait, outre cinq journalistes de l'hebdomadaire, un aréopage de dix-huit professionnels représentant la diversité de la profession, de ses secteurs comme de ses métiers, du directeur des programmes de Europe 1 au directeur de l'information de RTL, en passant par le directeur des projets d'Arte, le directeur délégué de TF1 productions ou le directeur d'Alternatives économiques, sans oublier des journalistes de France 3, M6 ou Canal+, le PDG des Inrockuptibles, le président de Ringier France ou le patron de Daily Motion (la liste des membres du jury est à lire ici).

Mediapart était en rude compétition avec Le Point.fr, Le Nouvelobs.com, Le Monde.fr et TF1 News. Il a pourtant été choisi, sans trop de difficulté, semble-t-il. Rendant compte du choix du jury, CBNews écrit que Mediapart «a clairement gagné la première partie de son pari: exister dans le paysage médiatique». «Le site, poursuit l'hebdomadaire, est parvenu à émerger et même, parfois, à faire l'actualité grâce à ses scoops ou son traitement ingénieux de certains sujets d'actualité (par exemple, le débat sur l'identité nationale). Mieux, alors que la profession ricanait lors de son lancement de la stratégie payante du site, tout le monde aujourd'hui (et notamment les éditeurs de presse) ne jure que par l'idée qu'il faut faire payer l'info pour la bonne raison qu'elle a un coût.»

«Si Mediapart a remporté ce titre de meilleur site d'information, continue CBNews, c'est parce que le jury a considéré que ce site a prouvé, tout au long de l'année, qu'il était possible de publier des informations d'excellente qualité sur Internet. De même, Mediapart démontre que le mur supposé du payant n'est pas un frein aussi fort que cela dans l'installation d'une marque. En effet, en deux ans, Mediapart est devenue une marque média synonyme de scoops, d'intelligence journalistique et de prises de position dans le débat public. Cette performance a séduit le jury, qui s'est prononcé pour Mediapart et a salué sa qualité. “Le rôle d'un site de journalistes est de donner des informations, qu'elles soient exclusives ou originales dans le traitement et les angles. C'est ce que fait Mediapart. Il faut l'encourager”, a même déclaré un membre du jury. Ce même membre allant jusqu'à proposer que le site remporte le Grand Prix des Médias 2010

C'est finalement Le Groupe Le Monde qui a reçu cette distinction plus générale, tandis que La Montagne recevait le Grand Prix dans la catégorie Meilleur quotidien, la matinale de France Info dans la catégorie Nouvelle émission radio, Canal+ pour la Meilleure chaîne TV, Europe 1 pour la Meilleure radio, etc. (tous les prix sont à découvrir ici). Intervenant en avant-dernier, juste avant les dirigeants du Groupe Le Monde, lundi 7 juin, lors de la soirée de remise des prix, j'ai remercié le jury au nom de toute l'équipe de Mediapart pour son audace.

Après tout, distinguer cette presse indépendante qui s'invente sur le numérique, à contre-courant des préjugés et des fatalités, dans une totale liberté à l'égard du pouvoir politique et des puissances économiques, n'allait pas forcément de soi. J'en ai profité pour inviter la profession, en ces temps de crise abyssale de la presse d'information, à être solidaire d'aventures comme la nôtre qui s'efforcent de défendre la valeur du journalisme, de ses métiers et de ses contenus, comme enjeu démocratique. Et j'ai terminé en ayant une pensée confraternelle pour Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, nos deux confrères de France 3 otages en Afghanistan, dont le sort incertain est hélas entouré d'une trop grande indifférence.

Reste que c'est à vous, lecteurs de Mediapart, que nous devons ce succès: si, par vos abonnements et votre fidélité, vous n'aviez pas été au rendez-vous de notre aventure, nous n'aurions jamais parcouru tout ce chemin en deux ans. Reste aussi, sinon surtout, que ce pari est encore loin d'être gagné. Aujourd'hui distinguées et reconnues, la réussite éditoriale de Mediapart et la pertinence de son modèle commercial ne se traduisent pas encore par le seul succès définitif et durable: une réussite économique garantissant notre survie et notre indépendance.

Notre situation est aujourd'hui paradoxale: pour beaucoup, et cette récompense en témoigne, nous avons déjà réussi alors que, pour nous, un bon bout de chemin reste à faire, en doublant au minimum notre nombre d'abonnés (25.000 aujourd'hui, avec un chiffre d'affaires en 2009 de 1,4 million d'euros) afin d'atteindre au plus vite l'équilibre, puis la rentabilité.

L'independance est utile, l'indépendance a un prix, n'avons-nous cessé de répéter et de démontrer depuis le début, en 2008, de notre aventure. Face à la crise qui mine la presse quotidienne, désespère ses rédactions et ruine sa fonction démocratique, il nous faut absolument prouver que cette indépendance est aussi profitable. Autrement dit que le journalisme n'est pas un luxe, condamné à vivre au crochet de mécènes, mais une richesse, celle de la liberté.

Cela dépend d'abord de nous, bien sûr, de la qualité de notre travail, de nos informations, de nos enquêtes, reportages et analyses. Mais cela dépend surtout de vous, lecteurs et abonnés, qui, par votre enthousiasme communicatif, peuvent faire les 50.000 abonnés dont Mediapart a besoin pour être définitivement libre.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.