Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

305 Billets

4 Éditions

Billet de blog 12 sept. 2022

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

En défense de l’internationalisme

Plaidoyer pour l’internationalisme et contre l’indifférence, « L’Épreuve et La Contre-épreuve » (Stock) questionne l’absence, notamment à gauche, de solidarité active avec le peuple ukrainien, comme hier avec le peuple syrien, face à l’agression impérialiste russe. En librairie le 14 septembre.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

L’Ukraine aujourd’hui, la Syrie hier : dans leur majorité, les gauches restent inactives face à l’impérialisme russe qui, après être venu au secours d’une des pires dictatures du monde arabe, a envahi un pays européen dans le but d’annexer son territoire et d’asservir son peuple. Depuis bientôt sept mois que dure la guerre d’agression russe, elles se distinguent par leur abstention et leur précaution, sans faire vivre la solidarité internationale par une mobilisation populaire ni donner la parole aux peuples concernés par l’accueil de résistants ukrainiens ou d’opposants russes.

L’Épreuve et La Contre-épreuve, qui paraît mercredi 14 septembre chez Stock, interpelle cette désertion d’un champ d’action qui, pourtant, fut aux origines du mouvement ouvrier : l’internationalisme. Si L’Internationale fut historiquement le chant de référence des luttes portées par les forces de gauche, partis et syndicats, c’est parce qu’elle exprime la conviction que l’émancipation sociale et démocratique passe par la fraternité des peuples contre les dominations politiques et les oppressions économiques. Dès qu’elle abandonne cette exigence, la gauche cède du terrain aux forces qu’elle prétend combattre, épousant des logiques étatiques de puissance et idéologiques d’identité.

L'Épreuve et La Contre-épreuve (Stock, 19,50 €)

C’est au nom de cet idéal que furent menés des combats fondateurs contre les impérialismes guerriers et contre les puissances colonisatrices, que fut défendu le droit des peuples à s’autodéterminer et à se révolter, que furent organisées les solidarités internationales sans frontières pour venir à leur secours. C’est aussi cet idéal qui fonda, dans les combats antifascistes, le rejet des idéologies nationalistes et identitaires, terreau fertile de la xénophobie et du racisme sur lequel prennent inévitablement racine des politiques criminelles de négation, voire d’extermination, de l’Autre, du différent, du dissemblable, du dissident, de l’étrange et de l’étranger.

« L’indifférence est le poids mort de l’histoire », écrivait Antonio Gramsci, alors jeune socialiste, au début du siècle dernier. D’où vient ce poison d’indifférence aux sursauts du monde et au sort des peuples qui tétanise aujourd’hui la plupart des gauches françaises ? Plaidoyer pour son antidote, l’internationalisme, L’Épreuve et La Contre-épreuve remonte aux sources, anciennes et récentes, de ce renoncement, du national-communisme stalinien au national-républicanisme chevènementiste. Dans les deux cas, la gauche, en ses versions radicales ou réformistes, a déserté la solidarité spontanée avec les peuples, leurs soulèvements, leurs luttes et leurs espoirs, au profit d’un repli sur un quant-à-soi national où la politique internationale est réduite au jeu des puissances et des intérêts.

Réquisitoire contre l’alignement sous toutes ses formes, cet essai plaide pour des solidarités internationalistes qui ne soient l’otage d’aucun camp. Être solidaire sans conditions ni réserves de la résistance du peuple ukrainien à l’invasion russe n’empêche pas de combattre les désastres dont sont responsables les puissances qui soutiennent militairement l’Ukraine, les États-Unis au premier chef. Mais jamais ces désastres ne sauraient justifier que l’on abandonne aujourd’hui le peuple ukrainien au joug de la Russie poutinienne comme l’on a abandonné le peuple syrien sous la botte de la dictature des Assad.

L’internationalisme est l’apprentissage d’une politique sensible qui, loin des idéologies froides et des raisons étatiques, fait vivre en pratique le précepte de Terence, dont Marx, cofondateur de la Première Internationale, disait que c’était sa maxime préférée : « Rien de ce qui est humain ne m’est étranger » [Homo sum ; humani nihil a me alienum puto]. Oui rien. Ni le peuple palestinien auquel Israël dénie toujours le droit à vivre souverainement. Ni le peuple ouïghour victime de crimes contre l’humanité commis par la Chine. Ni le peuple ukrainien… Etc. Il s’agit en somme de tenir tous les bouts.

Ce fut l’enseignement de ce moment dreyfusiste du communisme que fut l’Opposition de gauche au stalinisme, autour de Léon Trotsky et de son Odyssée alors qu’il était minuit dans le siècle précédent, face au fascisme et au nazisme dont l’avènement fut précipité par le stalinisme, son aveuglement et ses crimes. Passant outre ses caricatures et ses sectarismes L’Épreuve et La Contre-épreuve veut en réhabiliter l’héritage à l’attention des nouvelles générations, en rappelant combien ce combat à contre-courant a sauvé des principes dans le désastre, porteurs à la fois de radicalité démocratique et de solidarité internationaliste.

Il serait temps que les gauches françaises refusent clairement cette politique hémiplégique ou borgne qui, justifiant de ne pas agir au prétexte d’un « deux poids, deux mesures », abandonne les solidarités élémentaires où s’inventent et se construisent les alternatives aux désordres impérialistes du monde. C’est l’alarme que documente L’Épreuve et La Contre-épreuve en tirant un fil qui va de la guerre ukrainienne aux guerres yougoslaves des années 1990 : plus le camp de l’émancipation déserte l’internationalisme, plus il laisse la voie libre à son ennemi de toujours, le camp de l’inégalité et de l’identité, sous l’alibi du national et de l’impérial.

Car il n’y aura pas de combat vainqueur contre l’extrême droite ici sans victoire là-bas contre la puissance qui porte l’étendard de ces néofascismes, la Russie de Vladimir Poutine. Il n’y aura pas de libération du peuple russe de l’oppression qu’il subit sans défaite de l’impérialisme poutinien. Il n’y aura pas d’avènement d’un monde meilleur, délivré des haines et des guerres, sans expérience humaine, concrète et pratique, des solidarités élémentaires avec les hommes, les femmes et les enfants qui en sont, aujourd’hui, les victimes.

> Actualisation le 3 octobre avec ces vidéos d’entretiens ou de conférences autour du livre (et aussi cet entretien sur le site du "Point") :

À Strasbourg, dans l'enceinte du Parlement européen, le 17 septembre 2022
À TV5 Monde, le 22 septembre 2022
À Regards, le 23 septembre 2022
À C dans l'air, le 27 septembre 2022
À Céret le 21 octobre 2022, à l'invitation de L'envolée

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon