Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

296 Billets

4 Éditions

Billet de blog 16 mars 2008

Mauriac et le crime de silence

Le journalisme dit d’investigation, ou tout simplement d’enquête, qu’entend défendre Mediapart fait débat en France, y compris dans la profession. Au hasard de pérégrinations historiennes, voici une réponse inattendue à ses détracteurs…

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Le journalisme dit d’investigation, ou tout simplement d’enquête, qu’entend défendre Mediapart fait débat en France, y compris dans la profession. Au hasard de pérégrinations historiennes, voici une réponse inattendue à ses détracteurs…

Notre crieur de journaux nous ayant précédement emmené, via François Maspero et ses « Cahiers libres » inspirés de Charles Péguy, jusqu’aux années 1950, je ne résiste pas à l’envie de vous faire partager une autre ancienne trouvaille qui remonte à cette même époque.

Il est vrai que je suis de ceux qui persistent à juger ces années essentielles par leur ombre portée sur notre présent. C'est, avec l’effondrement de l'empire colonial, la fin de cette grande France dont nénmoins l’empreinte traumatique persiste dans notre imaginaire. C’est, avec la guerre d’Algérie et la systématisation de la torture, une crise morale dont les leçons universelles sont, hélas, toujours d’actualité avec les errements américains de l’après-11 Septembre. C’est, avec la fin de la Quatrième République, l’avènement, sur fond de guerre civile, d’un présidentialisme institutionnel qui, depuis, n’a cessé de se renforcer et de miner notre culture démocratique alors même que son archaïsme est flagrant.

Alors, cette trouvaille ? Elle concerne le journalisme, ses nécessaires curiosités, ses exigences citoyennes. C’était avant même le début symbolique de la Guerre d’Algérie, avant la Toussaint de 1954. Pourtant, il s’agissait déjà de la colonisation et des crimes qu’elle tolérait, voire initiait, dans un démenti constant des valeurs officielles de la République française. C’est donc une citation, sous la plume d'une conscience qui, sur la question coloniale et sur le scandale de la torture, vit juste plus tôt que d'autres et le dit avec une force qui témoignait d'une grande jeunesse d’âme. Car, en 1954, il n’était plus tout jeune, François Mauriac (1885-1970), puisqu’il s'agit de lui. Académicien depuis 1933, prix Nobel de littérature en 1952, il tenait à l’époque son célèbre « Bloc-notes » dans un nouveau venu de la presse, encore frais et pas rangé, L'Express.

C'est ainsi qu'à la date du 29 mai 1954, après la saisie d'un numéro de l'hebdomadaire, on pouvait lire sous cette plume qui n'était pas vraiment radicale, cette réflexion qui n'a pas vieilli :

« Saisie de L'Express. Je doute s'il existe pour la presse un crime d'indiscrétion. Mais il existe un crime de silence. Le jour du règlement de comptes, nous ne serons pas accusés d'avoir parlé mais de nous être tus. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan