«Ennemi de la nation»: ma lettre au CSA, puis au bureau de l’Assemblée nationale

Samedi 17 décembre, j’ai été qualifié d’« ennemi de la nation » sur La Chaîne Parlementaire (LCP) par un intervenant, Frédéric Encel, qui répondait à l’invitation d’un journaliste de cette chaîne publique d’information de l’Assemblée nationale de nommer les « ennemis de l’intérieur ». J’ai saisi le lendemain le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) de cette incitation à la haine et à la violence qui visait aussi les universitaires Alain Badiou et Pascal Boniface. Or LCP n’entre pas dans son domaine de compétence mais relève du bureau de l’Assemblée nationale, que j’ai donc saisi, le 21 décembre.

Voici donc ma nouvelle lettre, adressée au bureau de l’Assemblée nationale, suivie de la lettre précédente, adressée au président du CSA :

Mesdames et Messieurs les membres du bureau de l’Assemblée nationale,

En tant que simple citoyen et journaliste professionnel, directeur de publication du journal en ligne Mediapart, je vous saisis en vertu de l’article 45-2 de la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication. Il énonce en effet que La Chaîne Parlementaire (LCP) ne relève pas de l’autorité du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) que, ignorant cette disposition, j’avais d’abord saisi des faits ici relatés. Son président, Olivier Schrameck, m’a donc fait savoir que je devais me tourner vers vous, la même loi énonçant que le bureau de l’Assemblée nationale « fixe et contrôle » les conditions d’application de la réglementation audiovisuelle à la chaîne LCP.

Samedi 17 décembre 2016, sur la chaîne d’information publique de l’Assemblée nationale, La Chaîne Parlementaire (LCP),  dans l’émission « Entre les lignes » diffusée à 12 heures, puis rediffusée à 19 heures, j’ai été qualifié d’ « ennemi de la nation » par l’un des invités, Frédéric Encel, avec l’approbation de l’animateur, Frédéric Haziza, lequel a même suggéré cette formulation en évoquant, dans sa question, des « ennemis de l’intérieur ».

Cette incitation à la haine visait aussi deux universitaires renommés, le philosophe Alain Badiou et le géopolitologue Pascal Boniface.

Elle a été, de plus, diffusée largement sur les réseaux sociaux sur le compte Twitter officiel de la chaîne @LCP, sous forme de teaser de l’émission, à 8h52 le même samedi 17 décembre, soit trois heures avant sa diffusion, dans la formulation suivante, accompagnée d’un extrait vidéo : «  - @FredericEncel : “@edwyplenel, Alain Badiou et @PascalBoniface sont des ennemis de la nation” #ELL ».

Dans l’époque troublée que traverse notre pays, ce propos, proféré sans aucune contestation sur la chaîne de la représentation nationale, n’est pas une simple opinion, mais un appel à la violence, sinon au meurtre. Par définition, l’ennemi, c’est celui contre lequel on est en guerre et qu’il faut donc annihiler, soumettre ou vaincre. Qualifier un citoyen français d’ « ennemi de la nation », c’est aussi réclamer son exclusion de la communauté nationale. 

Vous n’êtes pas sans savoir que ces formules – « ennemi de la nation », « ennemi de l’intérieur » – ont toujours été le refrain des forces les plus obscures de notre histoire nationale, lors de toutes les grandes crises morales qui ont ébranlé la République, que ce soit pendant l’affaire Dreyfus, l’entre-deux guerres ou la guerre d’Algérie. 

Ce fut notamment le langage tenu par l’Action Française et son chef, Charles Maurras, et, plus généralement, par l’extrême droite xénophobe et raciste, à l’adresse de diverses personnalités politiques, parlementaires et ministres.

Je ne m’abaisserai pas à répondre à de telles infamies qui, jamais, ne m’empêcheront de continuer à servir les idéaux d’une République démocratique et sociale, défendant l’égalité des droits pour toutes et tous, sans distinction d’origine, d’apparence, de croyance, de sexe, etc. Ma requête n’est donc en rien personnelle. Elle concerne la déontologie du débat public audiovisuel, notamment sur la chaîne de télévision qui devrait refléter l’éthique de discussion et de délibération propre à la représentation nationale.

Une récente campagne électorale américaine a montré, s’il en était besoin, le désastre démocratique du déchaînement médiatique de la violence verbale et des discours haineux, dans le dénigrement de toute vérité des faits. A l’orée de la campagne présidentielle française, je suis stupéfait de constater que cet abaissement de la vie publique a droit de cité sur la chaîne télévisuelle supposée incarner l’Assemblée nationale et son pouvoir législatif.

Dans l’attente des suites que vous donnerez à ce courrier, je vous prie de croire, Mesdames et Messieurs les membres du bureau de l’Assemblée nationale, à l’expression de mes salutations républicaines,

Edwy Plenel, le 21 décembre 2016

Monsieur le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel, cher Olivier Schrameck,

En tant que simple citoyen et journaliste professionnel, directeur de publication du journal en ligne Mediapart, je saisis par la présente l’instance de régulation que vous présidez.

Samedi 17 décembre 2016, sur la chaîne d’information publique de l’Assemblée nationale, La Chaîne Parlementaire (LCP),  dans l’émission « Entre les lignes » diffusée à 12 heures, puis rediffusée à 19 heures, j’ai été qualifié d’« ennemi de la nation » par l’un des invités, Frédéric Encel, avec l’approbation de l’animateur, Frédéric Haziza, lequel a même suggéré cette formulation en évoquant, dans sa question, des « ennemis de l’intérieur ».

Cette incitation à la haine visait aussi deux universitaires renommés, le philosophe Alain Badiou et le géopolitologue Pascal Boniface.

Elle a été, de plus, diffusée largement sur les réseaux sociaux sur le compte Twitter officiel de la chaîne @LCP, sous forme de teaser de l’émission, à 8h52 le même samedi 17 décembre, soit trois heures avant sa diffusion, dans la formulation suivante, accompagnée d’un extrait vidéo : «  - @FredericEncel : “@edwyplenel, Alain Badiou et @PascalBoniface sont des ennemis de la nation” #ELL ».

Dans l’époque troublée que traverse notre pays, ce propos, proféré sans aucune contestation sur la chaîne de la représentation nationale, n’est pas une simple opinion, mais un appel à la violence, sinon au meurtre. Par définition, l’ennemi, c’est celui contre lequel on est en guerre et qu’il faut donc annihiler, soumettre ou vaincre. Qualifier un citoyen français d’ « ennemi de la nation », c’est aussi réclamer son exclusion de la communauté nationale.

Vous n’êtes pas sans savoir que ces formules – « ennemi de la nation », « ennemi de l’intérieur » – ont toujours été le refrain des forces les plus obscures de notre histoire nationale, lors de toutes les grandes crises morales qui ont ébranlé la République, que ce soit pendant l’affaire Dreyfus, l’entre-deux guerres ou la guerre d’Algérie. Ce fut notamment le langage tenu par Charles Maurras, pour l’Action Française, à l’adresse d’un ministre de l’intérieur de la Troisième République qui fut votre grand-oncle, Abraham Schrameck.

Je ne m’abaisserai pas à répondre à de telles infamies qui, jamais, ne m’empêcheront de continuer à servir les idéaux d’une République démocratique et sociale, défendant l’égalité des droits pour toutes et tous, sans distinction d’origine, d’apparence, de croyance, de sexe, etc. Ma requête n’est donc en rien personnelle. Elle concerne la déontologie du débat public audiovisuel dont le CSA est le garant, tout comme les textes qui le régissent lui imposent de veiller au pluralisme de l’expression des courants d’opinion et à l’honnêteté de l’information.

Une récente campagne électorale américaine a montré, s’il en était besoin, le désastre démocratique du déchaînement médiatique de la violence verbale et des discours haineux, dans le dénigrement de toute vérité des faits. A l’orée de la campagne présidentielle française, je suis stupéfait de constater que cet abaissement de la vie publique a droit de cité sur la chaîne télévisuelle supposée incarner l’Assemblée nationale et son pouvoir législatif. 

Dans l’attente des suites que vous donnerez à ce courrier, je vous prie de croire, M. le président du CSA, cher Olivier Schrameck, à l’expression de mes salutations cordiales, 

Edwy Plenel, le 18 décembre 2016

Copie à Marie-Eve Malouines, directrice de LCP-AN

Rectificatif (le 20 décembre 2016) : victime des attaques antisémites de l’Action Française, Abraham Schrameck n’était pas le grand-père, comme indiqué dans la version  initiale de ce courrier, mais le grand-oncle du président du CSA. J’ai donc réparé cette erreur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.