Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

296 Billets

4 Éditions

Billet de blog 22 nov. 2019

Affaire libyenne: Mediapart gagne en appel contre Hervé Gattegno

Dans un arrêt rendu le 21 novembre, la cour d’appel de Paris a donné raison à Mediapart face au journaliste Hervé Gattegno qui avait poursuivi en diffamation notre article sur les manœuvres auprès de la presse d’Alexandre Djouhri afin d’étouffer l’affaire Sarkozy-Kadhafi. En le déboutant, elle juge que notre enquête « justifie d’une base factuelle suffisante » et « relève d’un intérêt public majeur ».

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Dans les colonnes de Vanity Fair, puis dans celles du Journal du Dimanche – dont il assume aujourd’hui la direction en même temps que celle de Paris Match –, le journaliste Hervé Gattegno n’a cessé de contester les révélations de Mediapart dans l’affaire libyenne et de mettre en cause l’information judiciaire dans laquelle Nicolas Sarkozy est mis en examen. Épousant la défense de l’ancien président de la République, cette campagne médiatique s’est encore poursuivie l’été dernier (lire ici mon billet en réponse au JDD), au mépris notamment des trois décisions de justice qui, jusqu’en cassation, ont attesté de l’authenticité du document libyen révélé par Mediapart en 2012, confirmant qu’il n’est ni un faux matériel ni un faux intellectuel (1).

Or, s’appuyant sur des pièces de l’instruction judiciaire sur les financements libyens, Fabrice Arfi et Karl Laske ont montré, dans une enquête publiée sur Mediapart le 14 novembre 2016, que cet entêtement ne relevait pas du seul pluralisme journalistique et allait bien au-delà d’une différence d’appréciation entre médias et journalistes. C’est ce que racontait l’article intitulé « Comment Djouhri manœuvre la presse pour étouffer l’affaire libyenne », annoncé en ces termes : « À tu et à toi avec le porte-parole du groupe Lagardère, Ramzi Kiroun, ou le directeur du JDD, Hervé Gattegno, l’intermédiaire Alexandre Djouhri s’est beaucoup dépensé pour orchestrer les démentis ou les contre-offensives médiatiques de l’affaire des finacements libyens de Nicolas Sarkozy ».

Après nous avoir adressé deux droits de réponse (ils sont ici et ), que nous avons intégralement publiés même s’il ne respectaient pas les règles juridiques formelles, Hervé Gattegno décidait, le 14 février 2017, de nous poursuivre du chef de diffamation publique envers particulier. Ce procès inhabituel fait par un journaliste à d’autres confrères (Fabrice Arfi et Karl Laske, auteurs de l’article, et moi en tant que directeur de la publication) s’est conclu, en première instance, par un jugement du 22 janvier 2019 qui condamnait Mediapart, dont notre avocat, Me Emmanuel Tordjman du cabinet Seattle, a immédiatement fait appel tant il ne faisait pas droit à nos arguments. 

C’est ce jugement qui a été infirmé par la cour d’appel de Paris, sous la présidence d’Anne-Marie Sauteraud, avec pour conseillers Sophie-Hélène Chateau et Françoise Petureaux. Relaxant Mediapart et déboutant Hervé Gattegno de toutes ses demandes, cet arrêt de dix-huit pages, en date du 21 novembre 2019, constate que l’article mis en cause « est justifié d’une base factuelle suffisante, fondée notamment sur des procès-verbaux non dénaturés, révélateurs de liens très proches et étroits entre Alexandre Djouhri et Hervé Gattegno, permettant ainsi d’imputer à ce dernier une participation à l’entreprise de désinformation dénoncée ».

« Dans ces conditions, poursuit la cour, et dans le cadre d’un article ayant trait au rôle de la presse et à ses liens avec la justice dans une société démocratique, ce qui relève d’un intérêt public majeur, spécialement au sujet d’une affaire de soupçons de financement électoral illégal, la condamnation des journalistes, poursuivis par un autre journaliste, constituerait une atteinte disproportionnée au droit fondamental à la liberté d’expression, ainsi qu’au droit du public à être informé, garantis par l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales ».

« Compte tenu de ces circonstances, conclut l’arrêt, les limites admissibles de la liberté d’expression n’ont pas été dépassées au cas présent et les prévenus seront renvoyés des fins de la poursuite, le jugement étant infirmé en ce sens ». Auparavant, la cour d’appel avait pris soin de souligner, avec ses propres mots, le caractère diffamatoire de ce que notre enquête imputait à Hervé Gattegno : « S’être laissé manœuvrer, ainsi que d’autres organes de presse, par l’intermédiaire Alexandre Djouhri, dont il était très proche, dans le but d’étouffer l’affaire des financements libyens de Nicolas Sarkozy ».

Et la cour d’ajouter cette analyse : « Une telle participation consciente à une entreprise de désinformation pour protéger un homme politique est manifestement contraire aux règles déontologiques de la profession de journaliste, ainsi qu’à la morale commune ». Une analyse qui se passe de commentaire.

––––––––––

(1) Mediapart a adressé cet été plusieurs droits de réponse au Journal du Dimanche dont les articles, sous la signature de son directeur, Hervé Gattegno, mettaient en cause la rigueur, l’honnêteté et la loyauté de notre travail d’enquête dans l’affaire libyenne. Aucun d’entre eux n’a été publié.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Journal — France
À l’Élysée, le conflit d’intérêts qui passe comme une lettre à la poste
En mars 2020, la présidence de la République a nommé à la tête de son service de la correspondance un ancien du groupe de conseil informatique Capgemini. Le nouveau responsable a immédiatement fait appel à son ancien employeur en tant que consultant.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro