ekeland
Mathématicien et économiste
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2020

Lettre aux présidents de sociétés savantes sur le racisme antinoir.

Aux Etats-Unis, les sociétés savantes et les institutions les plus prestigieuses s'interrogent sur le racisme antinoir et les violences policières. Ce mouvement a été relayé dans le monde entier, sauf en France. Pourquoi ? Croit-on vraiment que cela ne nous concerne pas ?

ekeland
Mathématicien et économiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce 10 juin est une journée internationale de grève pour marquer la volonté des universitaires et des chercheurs de lutter contre le racisme antinoir dans leurs rangs. Le mouvement est parti des Etats-Unis sous les hashtags #ShutDownAcademia, #ShutDownSTEM,  et  partout dans le monde les institutions les plus prestigieuses se sont interrompues pour marquer leur solidarité.  Partout, sauf en France. Pourquoi ? Croit-on vraiment que cela ne nous concerne pas ? J'ai adressé aux présidents des deux sociétés savantes auxquelles j'appartiens, la SMAI (Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles) et la SMF (Société Mathématique de France) la lettre suivante. L'AMS (American Mathematical Society) et SIAM (Society for Industrial and Applied Mathematics) sont les sociétés correspondantes aux USA.

Le 2 Juin, la présidente de l’AMS écrivait à tous les membres de la Société pour marquer le soutien de celle-ci au mouvement populaire qui se développe aux Etats-Unis contre le racisme antinoir et les violences policières. A cette occasion, elle écrit « We must accept the shared responsibility of changing our world for the better, and examining our own biases as part of that ». Le 3 Juin, la présidente de la SIAM faisait de même et écrivait : « We recognize that we are all accountable for making change happen, and we offer our solidarity to those who are deeply impacted, especially our Black colleagues, students, and staff in the SIAM community ». Le 4, le directeur de l’IAS de Princeton parlait au nom de l’institution : «  At IAS, we all must stand together against racism—in the U.S. and in all parts of the world—and, in our work, strive to be leaders in understanding and dismantling the ways that discrimination and injustice are perpetuated. « 

Je regrette que ni la SMAI, ni la SMF, ni aucune de nos prestigieuses institutions n’aient jugé bon de prendre une initiative de ce genre. Il y a pourtant bien des raisons de le faire. Le racisme antinoir et les violences policières ne sont pas l’apanage des Etats-Unis, la France en a largement sa part. Je rappelle que la répression violente contre les gilets jaunes a été condamnée par une résolution du Parlement Européen, et que dans son dernier rapport le défenseur des droits, Jacques Toubon, dénonce l’emploi d’armes « non léthales » (ce qui veut dire qu’elles ne tuent pas nécessairement, mais qu’elles peuvent laisser de très graves séquelles) contre des manifestants pacifiques et l’impunité des forces de l’ordre.

Quant au racisme antinoir, nous le constatons tous les jours dans nos universités. En cinquante ans de carrière, j’ai rencontré en tout et pour tout trois professeurs d’université noirs – un en France, un aux Etats-Unis, un au Canada. Par contre, chez les appariteurs, les vigiles, et ceux qui nettoient nos bureaux la nuit, ils sont là, et l’habitude fait qu’on ne les remarque même plus.

Je vous rassure : il n’y a pas que chez les matheux ! Je me souviens d’avoir discuté avec un collègue économiste. Je lui disais : « Est-ce que tu connais un professeur d’université noir? ». La réponse a été: « Mais qui tu verrais? ». Si nous en sommes au point qu’un professeur ne se rende pas compte que c’est justement là le problème, qu’il n’y a personne parce qu’il n’y a pas de candidat, et qu’il n’y a pas de candidat justement parce qu’il n’y a personne, c’est vraiment que nous sommes malades, et beaucoup plus malades que les Etats-Unis. Eux, au moins, savent qu’il y a un problème et s’en préoccupent.

Je pense que la SMAI, et la SMF, et les autres sociétés savantes françaises, devraient prendre exemple sur l’AMS, et proclamer comme elle que « Nous devons accepter notre responsabilité collective de changer le monde en mieux, et pour cela de remettre en question nos propres préjugés ». En particulier, je demande qu’elles se saisissent de la question de la sous-représentation des noirs parmi les enseignants du supérieur. Peut-on la mesurer? Après tout, je ne peut faire état que d’une expérience personnelle, et il faudrait l’étayer par des données statistiques. Comment lutter contre elle ? Les racines du problème plongent certainement très loin, et y remédier demanderait sans doute que l’on intervienne dès le lycée et les classes préparatoires. Il est urgent de lancer une enquête.

Je regrette que la communauté mathématique française n’ait pas suivi l’exemple de nos collègues américains, et ne se soit pas mobilisée comme eux le 10 juin, suivant l’appel #ShutDownAcademia. Ecoutons au moins leur appel : il faut lutter contre les violences policières et le racisme antinoir. Et si on ne l’a pas fait avec eux, faisons le après eux. C’est urgent ! Le déni n’est plus possible.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française