El hadji Cissé
Essayiste - Enseignant
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2019

DÉCATHLON : A FOND LES VOILES

La raison du plus grand nombre est toujours la meilleure : un équipementier s’apprêtait à remplir ses rayons d’un produit voilé. Des agités, en nombre, survinrent qui cherchaient querelle. Qui te rend si hardi de vouloir troubler notre laïcité…

El hadji Cissé
Essayiste - Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De l’histoire d’une collecte d’urine taxée ou de toilettes publiques payantes, dont l’empereur Vespasien (0009-0079) serait à l’origine, nous est venue la populaire expression : « l’argent n’a pas d’odeur ». Question de philosophie domestique : peut-on se faire des tunes en toutes circonstances ? Réponse triviale : au-dedans de ce que la loi fixe comme frontière, tout se vend, tout s’achète, tout s’échange, c’est le marché qui fait la loi. Car l’économie n’est morale ni immorale, elle est amorale. Aussi remarque-t-on, même lorsque nous nous empêtrons dans les questions de mœurs et de coutumes, que l’odeur de l’argent n’est jamais bien très loin : le port du voile nous en offre parfois des illustrations assez parlantes…

    La dernière en date, c’est l’affaire du hijab du running de l’enseigne Décathlon. Les commerciaux du distributeur d’article de sport et de loisir avaient flairé l’opportunité pécuniaire que pouvait offrir la mise en rayon de cette déclinaison sportive du voile islamique, un marché apparemment suffisamment lucratif pour permettre de briser quelques tabous et faire bouger une ou deux lignes sociétales…

    Patatras ! Dès la présentation en ligne du produit sur le site decathlon.fr pour une commercialisation prévue à la mi-mars 2019, la foudre anti-voile, pour ne pas dire plus, s’est abattue sur la France virtuelle. La masse agissante (souvent minoritaire) de l’Internet identitaire s’est ruée sur les réseaux sociaux pour mitrailler Décathlon d’invectives de toutes sortes. En voici deux ou trois que j’ai pu croiser dans un article du Monde publié le 26 février : « Bande de pourris […] vous trahissez les valeurs de la République […] honte à vous […] vous contribuez à l’invasion islamiste, vous finirez avec cette racaille dans les fours en Pologne », « Décathlon renie donc les valeurs de notre civilisation sur l’autel du marché et du marketing communautaire »… Excusez du peu !

    Assez vite, la polémique déborde le réseau pour s’installer dans les médias conventionnels. Un déferlement partisan, virulent parfois, envahit le pays jusque, et encore, dans sa sphère politique. Le 26 février donc, le directeur de la communication de l’équipementier, au micro de RTL, renonce (non sans avoir rappelé : « Notre service client a reçu plus de 500 appels et mails depuis ce matin. Nos équipes dans nos magasins ont été insultées et menacées, parfois physiquement. ») à la commercialisation du hijab du running.

    Le distributeur d’article de sport et de loisir est pragmatique, le risque est trop grand. Sauver la tête de quelques joggeuses en les voilant ne vaut pas la peine de mettre en péril la santé et la vie d’une entreprise qui nourrit des centaines et des centaines de bouches. On a déjà assez de « gilets jaunes » dans les rues de France et de Navarre.

    L’argent a eu le premier mot, il aura eu, comme c’est souvent le cas, le dernier. Qui a dit que l’argent a une odeur ? Peu importe qui, car avec ou sans odeur, il demeure un révélateur puissant, l’un des plus grands, de ce qui se trime dans nos infrastructures sociales. Il vient de nous démontrer à quel point notre société occidentale, la française en particulier, est allergique, non pas au voile, mais à l’idée que des personnes saines d’esprit puisse avoir un référentiel (même spirituel) en dehors de ceux homologués par le catéchisme laïciste. Mais qui peut en vouloir à celui qui est allergique ? L’allergie est une affection qui vous tombe dessus, à votre insu. Et la désensibilisation prend du temps. Il va falloir s’armer de patience...

 Elhadji Samba Khary Cissé

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille