Le retour aux bonnes valeurs du Moyen Âge: une idée innovante de la Macronie

Macron l’avait promis, le handicap allait être une priorité du quinquennat. Il n’a pas menti. Les personnes handicapées (et les pauvres plus généralement) ont été sa priorité : précariser de plus en plus, régresser en matière de droits et contraindre à la charité, en prenant bien soin de distinguer  parmi cette foule de mendiants les bons et les mauvais, tout comme au moyen-âge.

Je viens de lire sur la page Facebook du quotidien l’Humanité que l’article 28 du projet de Loi de financement de la Sécurité sociale prévoit un nouveau référencement pour que seuls les fauteuils ne dépassant pas 600 euros soient pris en charge par la Sécurité Sociale[1]. Rappelons, toutefois, que la plupart des modèles de fauteuils roulants manuels et électriques n’ont jamais été intégralement pris en charge par la Sécurité Sociale. De plus, contrairement à ce qui est dit dans le post de l’Humanité cité en bas de page, le prix d’un fauteuil manuel léger peut aller bien au- delà de 4000 euros.

Je suis précisément en train d’initier les longues démarches pour acquérir un nouveau fauteuil et le devis présenté par la société à laquelle je me suis adressée est de 11 839,92 euros. Il s’agit d’un fauteuil léger (4 kg contre 14,5 kg. pour les fauteuils coûtant autour de 600 euros), en titane, fait sur mesure. Il faut savoir que lorsque l’on est paraplégique, comme c’est mon cas, la Sécurité sociale ne prend en charge généralement que les fauteuils roulants manuels.

Par ailleurs, la PCH accorde en général une heure par jour d’aide humaine pour les déplacements extérieurs (aide appelée- sans blague- « heure de vie sociale»).

Dans ces conditions, Il vaut donc mieux avoir un fauteuil très léger, que l’on est en mesure de mettre soi-même dans sa voiture, que l’on peut propulser soi-même et qui n’abîme pas trop les épaules qui, inévitablement avec le temps, prennent un coup lorsqu’on se déplace en fauteuil manuel. Il vaut mieux, également, lorsqu’on a une scoliose ou, tout simplement, lorsque l'on passe sa journée sur un fauteuil, que celui-ci soit fait sur mesure et donc parfaitement adapté à sa morphologie.

Je fais partie de celleux qui peuvent avoir accès au fauteuil de son choix sans faire appel à des cagnottes. Étant fonctionnaire de l’État, je bénéficie de l’aide du FIPHFP.

En effet, les employeurs publics d’au moins vingt agents qui ne respectent pas le taux d’emploi de 6% de travailleur.e.s handicapé.e.s doivent verser une contribution annuelle au FIPHFP, laquelle est calculée à proportion des effectifs de travailleurs handicapés manquants. En réalité, je n’ai pas recours à la charité mais, en gros, je bénéficie de fonds versés par l'État pour avoir le droit de discriminer des personnes handicapées à l’embauche. En tant que travailleuse handicapée, je fais apparemment partie des « bons handicapés » et, à ce titre, le fauteuil qui me sert à aller bosser peut -être pris en charge pourvu que le pognon du FIPHFP n’ait pas été détourné pour payer, par exemple, des vigiles, comme ce fut le cas en 2016[2]. Pour les mauvais handicapés, ceux qui ne sont pas productifs, il restera les cagnottes sur les réseaux sociaux, peut-être qu'on  lancera même un Téléthon du fauteuil !

Macron l’avait promis, le handicap allait être une priorité du quinquennat. Il n’a pas menti.

mendiants
Les personnes handicapées (et les pauvres plus généralement) ont été sa priorité : précariser de plus en plus[3] , régresser en matière de droits et contraindre à la charité [4], en prenant bien soin de distinguer  parmi cette foule de mendiants les bons et les mauvais, tout comme au Moyen Age.  Voilà l'idée.

 

[1] https://www.facebook.com/humanite.fr/posts/10157687768898695

[2] https://www.liberation.fr/debats/2016/09/06/si-tu-veux-des-vigiles-a-la-fac-tape-dans-la-caisse-des-handicapes_1486792

[3] Voilà ce qui est prévu, par exemple, pour l’assurance chômage : https://www.mediapart.fr/journal/economie/281019/ce-que-le-gouvernement-fait-aux-chomeurs?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=TRANSAC&utm_content=&utm_term=&xtor=EPR-1013-%5Barticle-offert%5D&M_BT=26887993644

[4]  Gabriel Attal l’explique bien ici. Les asso caritatives, le bénévolat, c’est tout benef !: https://twitter.com/GabrielAttal/status/1189611657296863234

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.