MORTS ÉVITABLES MAIS ACCEPTABLES. QUAND CECI EXPLIQUE CELA

Lorsque ce mauvais film catastrophe que nous sommes en train de vivre sera fini, certains seront scandalisés, après coup, qu’on ait pu dire qu’il y avait des morts évitables mais acceptables, qu’on ait pu prioriser certaines vies.

Il faudra alors se rappeler de tout ce qui contribue à construire l’imaginaire qui veut qu’une vie avec handicap ne vaut pas d ‘être vécue, qu’une vie de qualité n’est pas compatible avec un handicap, que, sans guérison, la vie d’un enfant malade ne vaut pas le coup.

Il faudra alors se battre avec plus de force que jamais contre toutes les campagnes de sécurité routière, tous les Téléthons qui véhiculent le message que nos vies ont moins de valeur.

Il faudra aussi se battre contre tous les films qui nous donnent un rôle secondaire, contre tous ceux qui nous instrumentalisent pour mettre le valide au centre, pour lui raconter que sa vie, comparé à la nôtre est toujours plus heureuse. Tous les films qui racontent que notre vie n’est que souffrance et que, somme toute, si nous mourons, nous arrêtons de souffrir. Tous les Avant toi, dont le titre prend à présent tout son sens.

Quelques textes pour aller plus loin sur la question :

https://clhee.org/2016/06/22/avant-toi-ce-sera-sans-nous/

http://clhee.org/…/17/rebelotte-la-securite-routiere-remet…/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.