Elena Chamorro
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 avr. 2016

HANDIVALISE: ON NOUS PREND POUR DES HANDICONS

Une nouvelle plateforme web est née. Son but : proposer des accompagnateurs valides pour des personnes handicapées lors d’un trajet dans le train. Une idée apparemment chouette, qui a toutes ses chances de recevoir l'un de ces prix à l’innovation sociale que décerne le gouvernement aux entreprises qui s’engagent là où il se désengage .

Elena Chamorro
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une nouvelle plateforme web est née. Son but: proposer des accompagnateurs valides pour des personnes handicapées lors d’un trajet dans le train.
Une idée apparemment chouette, qui a toutes ses chances de recevoir l'un de ces prix à l’innovation sociale que décerne le gouvernement aux entreprises qui s’engagent là où il se désengage .
La vidéo de présentation de la plateforme pose d’emblée la question suivante : « A quoi ressemble la vie des personnes handicapées dans les transports?. A cette question, une voix en off, censée être celle de personnes handicapées, au ton dépitée et puéril, répond : « comment je fais pour trouver mon train dans la gare?, comment je fais pour aller au wagon -restaurant ?, comment je fais pour entendre les annonces ? ». Et la réponse au dépit des personnes handicapées est, bien évidemment, la plateforme Handivalise.

Mais de deux choses l’une :

- soit la personne handicapée est capable de se déplacer de façon autonome et sans accompagnateur. Dans ce cas-là, la réponse à ses problèmes est l’accessibilité des gares et des transports de façon à ce qu’elle puisse lire les annonces si elle est malentendante, écouter ou lire en braille les informations nécessaires pour trouver son train lorsqu’elle est malvoyante ou accéder aux wagons- restaurants accessibles lorsqu’elle a des problèmes de mobilité.

-soit la personne handicapée a besoin d’accompagnateur et ce, malgré l’accessibilité des lieux. Dans ce cas, elle est accompagnée d’un auxiliaire de vie que sa PCH ( prestation de compensation du handicap), censée répondre à ses besoins et aux frais liés à son handicap doit lui permettre de payer pour mener une vie autonome et digne.

La plateforme « Handivalise » proposerait ainsi une solution en attendant les vraies réponses qui, il est vrai, on attend toujours , car ni toutes les gares sont accessibles, ni les personnes handicapées bénéficient des aides humaines qui leur permettraient de mener une vie autonome. Il est bon ou plutôt contre-productif d’avoir recours à des solutions « en attendant » ?
Je pense qu'il est clairement contre-productif de favoriser des "en attendant" qui risquent d'être faits pour durer.

Il faut dire, par ailleurs, que le « service » que proposeraient les accompagnateurs valides, présenté comme un acte solidaire symbolisé par l’incontournable petit coeur (eh oui, il faut le petit cœur cucul la praline pour parler de handicap) est payant . Un défraiement volontaire et une commission à la charge de la personne handicapée; un défraiement qui pourrait difficilement être compensé par la très peu souple, très inadaptée et très insuffisante PCH.
Mais, quoi qu’il en soit, payant ou pas, puisque ça s’adresse à des handicapés, ça reste solidaire! Une "solidarité", cependant que seuls les plus fortunés pourraient s'offrir.

Pour nous convaincre, enfin, du bien fondé de l’initiative, les jeunes qui en sont à l'origine nous rappellent son impact social :
- "la mobilité des personnes handicapées", soit.
-"la sensibilisation au monde du handicap". Mais encore ? Elle consiste en quoi cette sensibilisation-service payant ? Puis, il est où le monde du handicap , enfin, le handimonde? Vos trains nous y amènent?

https://www.youtube.com/watch?v=YjN3Mro_pQU

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener