HANDIVALISE: ON NOUS PREND POUR DES HANDICONS

Une nouvelle plateforme web est née. Son but : proposer des accompagnateurs valides pour des personnes handicapées lors d’un trajet dans le train. Une idée apparemment chouette, qui a toutes ses chances de recevoir l'un de ces prix à l’innovation sociale que décerne le gouvernement aux entreprises qui s’engagent là où il se désengage .

Une nouvelle plateforme web est née. Son but: proposer des accompagnateurs valides pour des personnes handicapées lors d’un trajet dans le train.
Une idée apparemment chouette, qui a toutes ses chances de recevoir l'un de ces prix à l’innovation sociale que décerne le gouvernement aux entreprises qui s’engagent là où il se désengage .
La vidéo de présentation de la plateforme pose d’emblée la question suivante : « A quoi ressemble la vie des personnes handicapées dans les transports?. A cette question, une voix en off, censée être celle de personnes handicapées, au ton dépitée et puéril, répond : « comment je fais pour trouver mon train dans la gare?, comment je fais pour aller au wagon -restaurant ?, comment je fais pour entendre les annonces ? ». Et la réponse au dépit des personnes handicapées est, bien évidemment, la plateforme Handivalise.

Mais de deux choses l’une :

- soit la personne handicapée est capable de se déplacer de façon autonome et sans accompagnateur. Dans ce cas-là, la réponse à ses problèmes est l’accessibilité des gares et des transports de façon à ce qu’elle puisse lire les annonces si elle est malentendante, écouter ou lire en braille les informations nécessaires pour trouver son train lorsqu’elle est malvoyante ou accéder aux wagons- restaurants accessibles lorsqu’elle a des problèmes de mobilité.

-soit la personne handicapée a besoin d’accompagnateur et ce, malgré l’accessibilité des lieux. Dans ce cas, elle est accompagnée d’un auxiliaire de vie que sa PCH ( prestation de compensation du handicap), censée répondre à ses besoins et aux frais liés à son handicap doit lui permettre de payer pour mener une vie autonome et digne.

La plateforme « Handivalise » proposerait ainsi une solution en attendant les vraies réponses qui, il est vrai, on attend toujours , car ni toutes les gares sont accessibles, ni les personnes handicapées bénéficient des aides humaines qui leur permettraient de mener une vie autonome. Il est bon ou plutôt contre-productif d’avoir recours à des solutions « en attendant » ?
Je pense qu'il est clairement contre-productif de favoriser des "en attendant" qui risquent d'être faits pour durer.

Il faut dire, par ailleurs, que le « service » que proposeraient les accompagnateurs valides, présenté comme un acte solidaire symbolisé par l’incontournable petit coeur (eh oui, il faut le petit cœur cucul la praline pour parler de handicap) est payant . Un défraiement volontaire et une commission à la charge de la personne handicapée; un défraiement qui pourrait difficilement être compensé par la très peu souple, très inadaptée et très insuffisante PCH.
Mais, quoi qu’il en soit, payant ou pas, puisque ça s’adresse à des handicapés, ça reste solidaire! Une "solidarité", cependant que seuls les plus fortunés pourraient s'offrir.

Pour nous convaincre, enfin, du bien fondé de l’initiative, les jeunes qui en sont à l'origine nous rappellent son impact social :
- "la mobilité des personnes handicapées", soit.
-"la sensibilisation au monde du handicap". Mais encore ? Elle consiste en quoi cette sensibilisation-service payant ? Puis, il est où le monde du handicap , enfin, le handimonde? Vos trains nous y amènent?

https://www.youtube.com/watch?v=YjN3Mro_pQU

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.