Elena Chamorro
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 sept. 2022

Elena Chamorro
Abonné·e de Mediapart

Les pierres précieuses, d'extraordinaires patrons

« Plus de 175 travailleurs handicapés sont prêts à répondre à vos besoins à un coût défiant l’externalisation... » Il est connu que les « simples d’esprit » sont heureux. Ces personnes affichent donc un sourire béat en permanence. Et cerise on the cake, si tu es un gentil patron qui fait sa BA en embauchant une personne handicapée, l’État te file une ristourne.

Elena Chamorro
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le livre enquête de Thibault Petit, « Handicap à vendre », un directeur d’ESAT ( établissement d’ «aide» par le travail) vantait les avantages de ses travailleurs comme suit :

« Plus de 175 travailleurs handicapés sont prêts à répondre à vos besoins à un coût défiant l’externalisation tout en vous permettant de réduire votre taxe AGEFIPH », « Leurs différences, leurs petits défauts sont, bien souvent dans le domaine du travail de sous-traitance (minutieux, répétitif, taylorisation) un réel avantage », « Ne déviez-vous jamais du travail fixé par votre chef : eux non ».

Dans un article sur ce livre publié dans la revue Dièse, Cécile Morin écrit au sujet des ESAT :  « le patronat du XIXe siècle n’aurait pas parlé autrement de l’intérêt d’employer des enfants dans l’industrie : main d’œuvre quatre fois moins coûteuse que les adultes, particulièrement docile, dure à la peine et pourvue d’une surprenante dextérité ».

J’ai repensé à ce patron et au commentaire de Cécile Morin après avoir écouté les propos de Caroline Mansical dans un entretien pour France 3.

Elle s’exprimait  à propos de l’ouverture prochaine à Aix-en-Provence d’un restaurant présenté comme extraordinaire. Le restaurant va employer, je cite :  « des personnes porteuses de handicap mental» (on ne sait pas, en revanche, si elles porteront leur handicap sur le même plateau que les petits plats qu’elles vont servir).

Comme vous pouvez le constater, les Café Joyeux, que j’ai déjà eu l'occasion d'évoquer dans ce blog, font des émules. Tout comme pour eux, pour le restaurant aixois, l’embauche de personnes handicapées fait partie de l’argumentaire de vente.

L’ interview en question est visible et audible ici à partir de la minute 16. Je retranscris ci-dessous les propos de Caroline Monsincal, porteuse, elle, de ce projet.

La vidéo commence par la voix en off d’une journaliste :

« Ce projet est porté par cette Aixoise qui considère ces personnes comme une chance face au manque de main d’oeuvre dans la restauration »

 Caroline Monsincal  s'exprime ensuite:

« On voit ici comme elles s’épanouissent et donc elles sont assidues, rarement malades, toujours le sourire et, en plus, il y a quand même des aides de l’État qui sont intéressantes, donc, ce serait vraiment une réponse aux problèmes de recrutement ».

Les personnes handicapées mentales seraient ainsi une chance, faudrait-il peut-être dire une aubaine, car elles font un boulot que les valides boudent. On suppose que, contrairement à eux, comme elles s’épanouissent dans ces boulots, elles sont assidues. Une aubaine, on vous dit ! ( Et merci, gentils patrons de leur offrir cette opportunité d’épanouissement ).

Il est connu par ailleurs que les « simples d’esprit » sont heureux. Ces personnes affichent donc un sourire béat en permanence.

Et cerise on the cake, si tu es un gentil patron qui fait sa BA en embauchant une personne handicapée, l’État te file une ristourne.

Donc, patrons gentils et malins, n’hésitez pas : embauchez du handicapé mental dans la restauration, mais n’oubliez pas la recette : concentrez-les tous au même endroit, exotisez-les, essentialisez-les, faites-en un argument de vente. Il y a de grandes chances que tout le monde vous trouve extraordinaires, vous aussi.

P.S. J’oubliais, si les Café Joyeux donnent à  leurs handicapés le sobriquet d’équipiers joyeux, le restaurant aixois les surnomme, lui, les pierres précieuses. Plus qu’une aubaine, ce sont des diamants bruts !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige