Elena Chamorro
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2019

INTIMITÉ FORCÉE. Un exemple de validisme attitudinal

Elena Chamorro
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

INTIMITE FORCÉE. Un exemple de validisme attitudinal

 « Mais ton fils, il est de ton mec ?

-Euh … quoi ?  Euh, oui, oui.

-Mais de son propre sperme ? »

 Ce n’est pas un ami intime qui m’a posé cette question. Ce n’est même pas un ami. C’est le moniteur de ski avec  qui je prenais une leçon qui me l’a posée. J’étais sanglé dans une coque de ski, sur un télésiège. Je pouvais difficilement le recadrer, lui répondre sèchement ou  partir en claquant la porte mais quand bien même je n’aurais pas été acculée, j’aurais peut-être répondu la même chose et aurais réagi de la même façon. Ce n’était pas la première fois qu’une connaissance, voire un inconnu, franchissait inopinément la frontière de la bienséance. A vrai dire, cela m’était  arrivé plusieurs fois  mais en dépit de cela, j’étais  souvent frappée de sidération. Les agressions, je ne m’y fais pas.

 Erving Goffman, dans Stigmate, fait allusion aux conversations que des inconnus engagent avec les individus stigmatisés et  au cours desquelles les premiers posent des questions intrusives. Selon  Goffman, l’individu stigmatisé a le sentiment que ces questions relèvent d’une curiosité morbide. Cela ne serait alors qu’une question de ressenti, une perception potentiellement faussée de la part du stigmatisé sur les agissements du « normal »?

La blogueuse américaine Mia Mingus, dans son blog Leaving Evidence, a forgé, quant à elle,  le concept d’intimité forcée dont les questions intrusives ne seraient qu’une modalité. En relation à l’intimité forcée, elle évoque à très juste titre  les notions de consentement et de viol.  Mia Mingus  nous livre l’optique du sujet  qui parle de son vécu, contrairement à Goffman qui, extérieur à ce vécu nous pose en sujet, voire en objet dont on parle depuis l’optique du « normal ». Pour ma part, tout comme Mia Mingus, j’assimile ces questions au viol : le viol de mon intimité ; cela explique certainement la sidération dont j’étais frappée quand ces questions agressives  arrivaient.

Certains se diront en me lisant : « mais elle  peut toujours ne pas répondre ! Puis, ça arrive à tout le monde que de tomber sur des gens qui posent des questions indiscrètes ! ». Oui, mais à la différence près que les individus non stigmatisés, pour reprendre le terme de Goffman, ne sont confrontés à ce genre de situation que de façon incidente. Les individus stigmatisés, eux, et ce quel que soit le stigmate,  le sont de façon permanente . Dans le cas de la personne handicapée, la situation de dépendance qui s’établit parfois dans l’interaction  avec la valide encourage encore plus celle-ci à  transgresser les frontières de l’intimité. Cette situation particulière peut forcer également le consentement de  la personne handicapée.

Je repense à une anecdote qui illustre mon propos. C’était au Québec. Un employé du camping a eu l’amabilité de déblayer le chemin de gravier  qui conduisait à mon bungalow. Il y est ensuite entré et m’a proposé de l’aide pour descendre la vaisselle qui se trouvait dans des placards beaucoup trop hauts. Il m’a aidée à déplier les draps. Cette relation aidant-aidée, cette intimité soudaine dans cet espace intime que j’ai acceptées naïvement ont suffi pour qu’il franchisse le pas:

« C’est un accident ?

- Quoi donc ? Euh, oui, oui.

 -Il y a eu des morts ? »

La relation de dépendance, cependant, n’explique pas à  elle seule ce type de conduite de la part de certains  valides à notre égard. Elle s’explique aussi parce que nous sommes, dans le regard validiste, des objets de curiosité. Nous avons de tout temps été montrés en tant que tels. Par le passé ce fut, entre autres, dans les freak show. À présent, ce sont , entre autres, des émissions où des animateurs, entourés de psychologues, invitent, toute sortes de  personnages curieux,  et surtout des personnes handicapées qui livrent des parcelles de leur intimité peut-être dans l’espoir, bien sûr déçu, d’obtenir par la suite un regard banalisé  et respectueux de leurs personnes. Au premier chef des sujets qui suscitent la curiosité se trouve notre sexualité, ce prétendu tabou :

J’étais hospitalisée, incapable de me lever par mes propres moyens. L’infirmière est venue me prodiguer des soins et m’aider à faire ma toilette. Mon fils avait trois ans. J’ai su quelque temps après qu’elle avait cherché sans succès à avoir des enfants. Elle s’est retournée pour attraper quelque chose. Elle y est allée :

« Ton fils, c’est une insémination artificielle ou une FIV » ?

Il était exclu que deux handicapés se soient reproduits par des moyens naturels, d’autant plus que, elle, valide, était dans l’incapacité de le faire. Elle voulait savoir certainement aussi si mon handicapé de mec bandait ( question qui m’a été souvent posée, soit dit en passant).

« C’est par sodomie. C’est louche, je sais ».

Puis, amusée par sa mine déconcertée, j’ai ajouté :

 « Les médecins ne comprennent pas encore  comment ça a pu  être possible ».

 Les agresseurs, il ne  faut pas s’y faire mais il faut apprendre à s’en défaire. 😉

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch