LIEUX COOLS, LIEUX PAS COOLS, MÊME COMBAT

capitol
A quoi ressemble ton samedi après-midi si tu es en fauteuil et que tu décides de te rendre à une conférence qui est organisée dans une librairie ( réputée cool) ?

Ca ressemble à ça :

Tu fais 30 bornes depuis chez toi, tu trouves un parking (payant) à proximité du lieu. Tu sonnes à la borne avant d’y entrer et tu demandes s’il y a un ascenseur. Tu précises que tu es en fauteuil. On te dit oui, il y a un ascenseur mais « je ne vous garantis pas qu’il marche ».
Tu descends au -1, tu sors ton fauteuil de la voiture, tu trouves l’ascenseur et tu constates qu'il ne dessert que les étages d'en dessous. Comme tu as l’esprit Koh-Lanta, tu te dis : "j’emprunte la rampe prévue pour les voitures". Un gars qui est dans le coin te pousse pour monter. Tu sautes un trottoir et tu arrives à la libraire. Il y a une marche. Un gars qui passe par là t’aide à la monter. La libraire t’explique qu’ils n’ont pas le droit de faire une rampe car la Mairie (de Marseille) ne les autorise pas à empiéter sur le trottoir ( cool mais, entre autres solutions, il y a aussi des rampes amovibles). Elle t’explique ensuite qu’elle est désolée ( malaise-mais très passager. Elle s'en remettra-) mais que la conférence a lieu à l’étage et qu'ils ont un ascenseur (waow!) mais que  l’ascenseur est en panne. Tu demandes si le public et le conférencier ne peuvent pas descendre (tu es gonflée, toi!). Elle appelle le directeur (qui est-sincèrement- navré). Il accepte de déplacer le public en RDC ( bieeen !) mais finalement, il ne peut pas déplacer 50 personnes et il te propose, devine quoi, de te monter en poids ( merci mais non). Tu lui demandes depuis quand son ascenseur ne marche pas. Il te dit, « en fait, je me suis fait arnaquer par le mec qui l’a installé ». Son ascenseur ne marche peut-être pas pas depuis des lustres. Il n’a peut-être jamais marché mais on le comprend, des z’andicapés, il doit pas en avoir qui viennent  à sa librairie. Tu dis au mec qu’il aurait dû communiquer sur cela lorsqu’il a annoncé son événement car là, il a organisé un événement qui s’adresse à un certain public mais qui exclut un certain autre et que la moindre des choses est de l’assumer et d’avoir le détail de prévenir les gens qui, ne pouvant pas monter des marches, sont susceptibles de se déplacer ( il est-sincèrement- navré). Tu lui demandes ensuite de prendre les mesures nécessaires pour réparer son ascenseur et pour s’acheter une rampe amovible (car tu es en droit de le lui exiger). Tu es presque certaine (quelle mauvaise foi!) que si tu retournes dans un an, rien n'aura changé. Ah, mais tu as une idée!, tu rentres chez toi et tu te mets à faire une proposition au sujet de cette libraire sur make-org pour la grande cause handicap lancée par Sophie Cluzel( tu déconnes?). Oui, tu déconnes. En fait, tu fais ta thérapie sur twitter ( twithérapie) car ces aventures quotidiennes (très humiliantes ) te minent et que Twitter est plus sympa et moins cher qu’un psy ( et plus efficace, non?). Ce n'est pas, somme toute,  un ascenseur en panne qui te mine. C'est la résistance généralisée à envisager la diversité des corps, à répondre à la diversité des besoins ( validisme) et le combat contre le validisme  n’est pas que fatigant. Il est  aussi destructeur .

#Discrimination #validisme

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.