Fasciste ! Le débat républicain est-il mort ?

Cumuler le vide argumentaire avec la violence de forme, la manipulation rhétorique et les oeillères idéologiques, c'est dans l'air du temps. Un air vicié. Pas d'accord ? Allez hop on s'agresse, on s'insulte et surtout surtout on se traite de "facho" en guise de préliminaire, presque un parcours obligé.

Pour dire où on en est !

Un soutien ardent d'Edwy se met au blog !
C'est son premier dit-il. Quand on lit on se prend à espérer que ce soit aussi le dernier...
Cumuler le vide argumentaire avec la violence de forme, la manipulation rhétorique et les oeillères idéologiques, c'est dans l'air du temps.
Un air vicié.
Pas d'accord ? Allez hop on s'agresse, on s'insulte et surtout surtout on se traite de "facho" en guise de préliminaire, presque un parcours obligé.

Loin de nous l'idée de refuser la critique même virulente d'un texte, d'une théorie, d'un positionnement, bien au contraire, nous manquons terriblement de débat d'idées, d'analyse critique, nous devons nous confronter pour enrichir notre réflexion, élargir notre vision, progresser, c'est une des bases de la vie démocratique et quasiment un ADN français.

Mais un minimum d'intégrité intellectuelle, d'idées, de pertinence, de culture, de fond, d'argumentation, de niveau de langage ne nuisent pas.

Ce genre de torchon idéologique où l'anathème, la propagande et l'immonde tiennent lieu ...de tout, et qui avance les pions de l'obscurantisme, masqué sous les oripeaux de la défense des libertés et de la lutte contre l'extrême-droite, nous ne devrions plus le tolérer.

Ci après reprise du laïus et petite analyse critique, un résumé est disponible à la fin pour ceux qui ne veulent pas se polluer l'esprit avec ce genre de prose toxique.
Ca commence très fort :

«Pour éviter que vous ayez besoin de vous laver les yeux à la soude, j'ai lu pour vous la tribune de Céline Pina publiée dans Marianne, concernant la nomination par Emmanuel Macron de Yassine Belattar au conseil présidentiel des villes. Une avalanche de mensonges, de délire paranoïaque, d'affirmations diffamatoires sans le moindre fondement et surtout, plus grave, de propagande islamophobe. »

D'entrée, le ton est tout de suite posé, ça sera à balles réelles et pour l'élégance on repassera... Notons que ces termes presque orduriers ne seront en rien appuyés par la suite par un quelconque argumentaire ou une citation, nous n'aurons pas un exemple factuel de "mensonge" ou de "paranoïa".
« Mensonges, délires, diffamation » on se croirait dans un tweet de Y.Belattar  !

Et d'ailleurs, on n'a pas à attendre longtemps….

Je laisserai à Yassine Belattar le soin de répliquer devant les tribunaux, s'il le souhaite, pour m'attarder sur les conséquences potentielles de cette nouvelle vague haineuse, si nous n'y prenons pas garde.

Gagné ! Au moins on sait d'où parle le monsieur... Et qui il encourage à cette judiciarisation du débat... C'est noté.

«Il serait temps je crois de mettre des mots sur cette pratique bien rodée de la presse française: la propagande islamophobe. Elle sert bien entendu en premier lieu à vendre du papier, et Céline Pina en profite allègrement en surfant sur la vague. Les histrions du Printemps Républicain et de Vivre la République ont toujours un livre à vendre, un article à promouvoir, et s'embourbent allègrement dans ce ramassis de mensonges délibérés qui leur est aimablement offert sur un plateau par l'extrême-droite, par le biais de ses nouveaux alliés, la presse laïciste et prétendument laïque. De laïque ils n'ont que l'adjectif, ne sachant que pratiquer une laïcité dévoyée et haineuse, et, dans la lignée de la loi de 2004, y masquer leur haine des arabes et des musulmans.»

Et nous voilà dans les procédés rhétoriques douteux et les concepts aussi fumeux que pervers. Autant il serait intéressant de lire une critique de fond argumentée du positionnement du Printemps Républicain par exemple, pourquoi pas, autant accuser à répétition de mensonge sans l'ombre d'une preuve laisse quand même pantois. Concernant les points évoqués :

1- Le monsieur trouve donc que « LA presse française », incluant donc Le Monde, Libération, L'Humanité etc est notoirement « islamophobe » ! On note de plus les expressions « bien rôdée », « bien entendu », qui tendent à faire passer comme des évidences, prouvées, actées, reconnues, des éructation très personnelles.

2-«Histrions »  : agressivité et dévalorisation gratuite, sans un argument. Et le CCIF, le PIR c'est quoi alors ?

3-«Toujours un livre à vendre, un article à promouvoir». Comme nombre d'acteurs de la scène médiatique aujourd'hui, y compris Ramadan et Morin, Diallo, Plenel, Meklat etc, c'est le jeu, on peut le déplorer mais il est général.

4-«Extrême-droite, laïciste, laïcité haineuse », bingo total, du Marouane dans le texte, les nouveaux éléments de langage véhiculés par les petits soldats frérots ces derniers temps. Le premier venu, inculte sur tout, parle d'un air docte et convaincu de "laïciste  intégriste". Nous n'aurons pas, bien évidemment, une définition, une explication, une justification. Pensez donc.

5-La loi de 2004, aaaahhh nous y voilà, on sait où on est là ! La fameuse loi considérée comme «islamophobe» par tous les victimaires de service, qui n'ont jamais fait l'effort de se documenter sur les conditions de mise en application de la loi de 1905. Le seul et unique truc à se mettre sous la dent, la seule défaite majeure de tous ces voileurs de femmes et même de fillettes, loi qui du coup concentre leur opposition quasi névrotique puisqu'il n'ont rien d'autre pour essayer de nous faire croire à cette fumisterie de « racisme d'état ».

"Cette haine identitaire ne mènera pas à une société apaisée et pacifique, nous le savons".

On remarque qu'à ce stade il n'y a toujours AUCUN analyse de texte explicite, aucune citation, rien ! L'auteur n'hésite cependant pas à parler de «haine identitaire» avec la plus grande légèreté et au nom d'un "nous" qui voudrait nous emporter insidieusement dans son mauvais trip.

Continuons :
"Nous le savons car nous l'avons déjà vécu : la haine antisémite, qui couvait depuis des décennies en France, explose lors de l'affaire Dreyfus, donnant une légitimité aux tenants à venir du complot juif, avec les conséquences que l'on connaît. Aujourd'hui, l'antisémitisme est retourné à son état originel, à savoir une rancœur mal déguisée par certains, et dont les rares occurrences donnent lieu à chaque fois à une condamnation unilatérale, ce dont on ne peut que se réjouir."

Nous y sommes, en 3 paragraphes, on a touché le fond du ridicule et de la propagande, c'est un record. Cela fait des mois qu'on essaie de nous la vendre celle-là, la comparaison avec « les juifs des années 30 » papati patata, CCIF Style, des mois que l'absence totale de fondement de cette comparaison et son caractère immonde est dit et redit. Rien n'y fait. Quand à la cerise sur le gâteau, le pauvre Dreyfus instrumentalisé, cela sort tout droit de la fine équipe de "Free Tariq Ramadan" et de la follette de Strasbourg.
Belattar, Ramadan, Plenel, le compte est bon, non ?

On a presque envie à ce stade de sourire mais nous ne devrions pas car derrière le grotesque et le vernis faussement antiraciste, il y a du vrai méchant : « les rares occurrences (de l'antisémitisme ) donnent lieu à chaque fois à une condamnation unilatérale »

Les « rares occurrences » ?! Pourquoi pas des « faits isolés » aussi ? 10 morts, des agressions, des dégradations en augmentation exponentielle, des "occurrences" rares ? !!! Et "condamnation unilatérale", ça veut dire quoi exactement ? Rien en fait si on y réfléchit, c'est juste du mauvais français, même si on sent l'idée.

"Il est souvent question "d'idiots utiles" dans ce genre de discours, et effectivement les identitaires peuvent se réjouirent d'avoir des Céline Pina pour mener leurs combats. Je n'ai pas peur de le dire: les laïcards du Printemps Républicain et de Vivre la République, emportant avec eux toute une partie de la gauche dans une tentative d'alliance avec l'extrême-droite, nous mèneront au fascisme, même s'il ne devait s'agir que d'une version « adoucie » du fascisme, modernisée, et dont les conséquences pour les musulmans français seraient sans commune mesure avec celles subies par les juifs européens, ainsi que les tziganes, les homosexuels et les communistes".

Alors là on passe un cap, respect ! "Sans commune mesure" avec les juifs européens etc. En gros le rédacteur nous promet du génocide de grande ampleur ! Et nous parle fascisme toujours sans un argument, et n'a « pas peur de le dire » ! Et bien il devrait. Car fustiger, à raison, les identitaires et se vautrer soi-même dans la caricature  ainsi, c'est risible.
Point de détail, vu où l'on en est, « laïcard », anathème maurassien, ce n'est pas très très extrême-droite.

"On me reprochera, sans aucun doute, d'agiter le spectre du fascisme à tort,"

Oui, un peu !

"et de tracer une malhonnête convergence d'opinions entre Céline Pina et Adolf Hitler ou Charles Maurras : ce n'est nullement le cas ici. Nous sommes heureusement loin des camps d'extermination, mais il ne s'agirait pas d'oublier qu'en 1894, au moment de l'affaire Dreyfus, ainsi que lors de la parution du faux Le Protocole des Sages de Sion en 1901 (et cité par Hitler dans Mein Kampf), nous étions également loin de la Conférence de Wannsee. Il ne faudrait pas faire l'erreur non plus de négliger le contexte de l'époque, et notamment la prolifération des pogroms, bien que les plus violents d'entre eux aient eu lieu en Russie. De notre côté de l'histoire, le contexte n'est pas au meurtre de masse, mais plutôt à la discrimination et à la violence verbale, physique ou symbolique (comme en témoignent les nombreux témoignages recueillis par le CCIF), ainsi qu'au racisme d’État brillamment dénoncé par des journalistes et activistes telles que Rokhaya Diallo, Sihame Assbague ou Widad Ketfi, pour ne citer qu'elles. L'islamophobie se normalise, charriant avec elle une idéologie d'extrême-droite qui ne se cache plus (des déclarations d'Isabelle Morini-Bosc dans TPMP suite à "l'affaire Mennel" à l'utilisation de l'expression honteuse « française de papier » par l'ancienne ministre Nadine Morano).

 La comparaison comme dénonciation, l'opprobre par association à la honte éternelle de l'Europe, n'ont pas lieu d'être, et nous devons nous garder d'y chuter."

C'est pourtant TRES EXACTEMENT ce qui vient d'être fait, une comparaison immonde et sans fondement, Hitler, Mein Kampf, pogroms etc, bref un point Godwin caricatural et méritant de figurer dans le Guiness. Ce paragraphe est tout à fait merveilleux dans son ensemble, le fameux "je ne dis pas cela MAIS..", le cautionnement du CCIF sans distance, la 'brillance" des trois harpies Bondy Bloguées, un festival !

 "Mais cette prudence ne doit pas nous empêcher d'observer des similitudes troublantes, notamment dans la rhétorique utilisée par ces défenseurs de la laïcité. On retiendra par exemple que Céline Pina, dans son article, reprend sans le moindre guillemet l'une des insultes préférées de l'extrême-droite : "islamo-gauchiste". On se rappelle qu'Adolf Hitler, dans ses textes et discours, exprimait sa haine des juifs et de leur prétendu complot mondial, mais également son dégoût de leurs supposés alliés, et principalement les sociaux-démocrates de la République de Weimar".

 Donc il ne faut pas comparer C.Pina à Hitler mais....on le fait quand même, procédé rhétorique connu qui permet d'insinuer tout en se défaussant.

"Selon Céline Pina, le danger islamiste, incarné par Yassine Belattar et sa "proximité avec l'islam politique et les frères musulmans" (accusation diffamatoire dont nous attendons la preuve), se niche dans tous les recoins de la "frérosphère" (terme qui serait risible s'il n'était pas aussi dangereux). Citant des noms qu'elle jette en pâture aux identitaires, elle adhère de facto aux théories conspirationnistes des adversaires auto-proclamés de "l'islamosphère", mises en lumière par Valeurs Actuelles et Le Figaro et défendues depuis des années par les groupuscules les plus honteux que l'extrême-droite "dédiabolisée" tentait de nous cacher, et qui aujourd'hui fleurissent de tous bords.

 Une partie de la gauche française aurait adhéré par aveuglement au "totalitarisme politico-religieux" (dixit Céline Pina) que représentent Mennel, Yassine Belattar, Rokhaya Diallo, l'association féministe Lallab, Edwy Plenel, Pascal Boniface et Jean-Louis Bianco. Nous ne sommes plus très loin du terme de "collabo" fréquemment utilisé par les trolls fascisants de Twitter."

 «Conspirationnistes », « groupuscules les plus honteux » .. .Donc voir Ensemble faire la pub de Ramadan, Autain tenir conférence avec Marouane Muhammad, Lallab en tournée avec Coexister, Bianco cautionner un partisan du voilement des fillettes dans ses interventions etc, c'est du « conspirationnisme » ? Ou faire remarquer que Y.Belattar a animé le dîner de gala et la collecte de fonds de la crème de l'islam radical ?

"Dans le contexte actuel de montée des nationalismes européens, nous ne pouvons plus nous offrir le luxe d'ignorer ce constat. Il reste cependant un pas qui n'a pas encore été complètement franchi par Céline Pina, Vivre la République et le Printemps Républicain, c'est l'alliance avec la droite catholique réactionnaire, vivier originel de l'islamophobie française, comme elle était celui de l'antisémitisme du XIXe siècle."

Donc le pas qui n'est pas franchi, on en parle quand même ? Histoire d'ajouter le procès d'intention aux procédés malhonnêtes précédents

"Les tenants du ni-ni, ardents défenseurs d'une laïcité qui n'existe que dans leurs fantasmes paranoïaques,"

Les fantasme paranoïaques, c'est simplement la société française d'il y a 35 ans, tout simplement. Liberté de conscience pour tous, pas de pollution permanente du débat par la religion, et d'ailleurs on ne connaissait pas celle du copain, du voisin, du collègue. Et c'était bien.

"ne peuvent bien entendu s’accommoder d'une proximité avec Civitas et la Manif pour tous. Leur prétendue ascendance directe de l'esprit des Lumières volerait en éclat s'ils se mettaient à soutenir les élucubrations des identitaires civilisationnistes."

Bah alors, ils sont identitaires ou pas le PR et VLR ? Faudrait savoir ! Et "prétendue ascendance", un argument peut-être, ou il faut accepter le prêt-à-penser ?

"Mais le jour où les cathos ultras auront compris qu'il leur suffira d'enlever la croix de leur compte Twitter et d'arrêter de crier "un papa, une maman", pour se retrouver de facto dans le camp des républicains laïcistes islamophobes (de gauche et de droite), ce jour-là, le danger sera immense."
«De gauche et de droite » Ce n'est plus l'extrême droite alors ? Et "l'immense danger" c'est donc les 1000 intégristes de Civitas ?

En fait pour vous éviter de vous "laver les yeux à la soude", je vais vous résumer cette profession de foi aussi confuse que venimeuse, elle tient en quelques mots, pas la peine de faire un blog : 

Diallo, Assbague, Belattar, Lallab, Plenel, Boniface, Bianco

En résumé, dire que Y.Belattar fait le lit de l'islamisme (ce qui n'est pas notre position, au passage) c'est vade retro satanas, fascisme, extrême-droite et tutti, mais comparer Céline Pina à Hitler, là on peut sans problème. Sans rire. Le ridicule ne tue pas.

En fait les petits idéologues qui s'obstinent dans une grille de lecture datant de quarante ans et obsolète, sans vouloir comprendre que le monde a changé, et qui veulent nous faire gober que LE danger, le seul l'unique c'est l'extrême droite de papa, sont dangereux.
Aussi dangereux que ceux de l'autre camp qui veulent nous faire croire que l'intégrisme ne peut être qu'islamique.

De façon générale, l'anathème et l'insulte en guise de débat, c'est la mort de la pensée et c'est bien plutôt là que le fascisme insidieusement mais dangereusement fait son nid.
Quand à nous raconter le jour même de l'invasion d'Afrin par Erdogan que le danger fasciste en France c'est ....VlR, il faut quand même oser.



 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.