Plaidoyer pour l'Utopie

De Thomas More à Jean Grave en passant par Charles Fourier, le roman utopiste est apparu comme un moyen de penser l’avenir. Par le récit et par les idées, imaginer une autre société, de nouvelles formes d’organisation qui font table rase des trônes, des despotes et des institutions en vigueur.

utopie

Il nous faut d’abord revenir sur l’étymologie du terme « Utopie » créé par Thomas More en 1516 dans son ouvrage éponyme. Utopie vient du grec « topos » le lieu en grec et le préfixe « u » signifiant la négation. L’utopie, c’est donc le non-lieu, l’endroit qui n’existe pas car dans un monde sans existence. L’imaginaire des possibles est sans frontière.

Table rase des règles qui semblent inaliénable pour l’Homme, des lourds passés et des constructions sociales. Quand s’ouvre la page de l’ « Utopie », s’ouvre la page de la révolution, c’est à dire un changement rapide et brutale.

Rapide et brutale, pour le lecteur qui tombe dénue face à une société inconnue, parfois incongrue pour certains. Une société qui casse les codes, qui ne ressemble à aucune autre car elle sort des cadres pour se fixer dans un ailleurs.

Elle nous offre ainsi un champ des possibilités infinie et nous permet de penser la société sous l’aune d’un regard neuf, de constater les travers qui découlent d’un système qui paraît acquis et immuable.

L’utopie, c’est penser la société en dehors de celle qui nous enferme. Car l’utopie a bien une règle, c’est celle d’offrir un ailleurs idyllique, rêvé, une société idéalisée où il fait bon vivre. Que ce soit une Utopie qui surgisse dans le réel comme avec Georges Eeckhoud dans « Escale-Vigor » ou une utopie déjà présente et que le lecteur découvre à travers le héros.

Jean Grave, "Terre Libre"

terre-libre

Dans cet ouvrage, c’est suite au naufrage d’un navire d’ouvriers déportés que se crée sa société idéale. Une société égalitaire, libertaire et fraternelle.

En effet, ils arrivent naufragés sur une île déserte et doivent tout faire. Partant de zéro, ils ont le choix de décider de leurs moyens pour survivre, se développer et fonder une colonie prospère. Ils prennent les décisions tous ensemble, chacun a voix au chapitre pour donner ses idées et décider des projets de leur colonie. Jean Grave dans « Terre Libre » ne propose pas un système de décision par la majorité ou par l’unanimité mais par celle du nombre d’adhérents à l’idée permettant sa faisabilité. C’est-à-dire que si un projet n’atteint pas l’unanimité mais qu’il y a assez de convaincu pour le mettre en place, alors celui-ci doit exister.

Dans la lignée déjà tracée des socialistes utopiques, Jean Grave souhaite donner des formes concrètes à une autre forme d’organisation sociétale pour que celle-ci passe de la fiction à la réalité. Il souhaite nous proposer une possibilité d’organisation anarchiste applicable au réel, pour que celle-ci nourrisse nos réflexions et démontrent la crédibilité d’un projet qui a souvent été vu comme fou et « utopiste ».

Car le terme d’utopie est encore souvent malmené. Que ce soit par des politiques de tout bord criblant d’ « utopie » les projets de leurs adversaires politique, comme ce fut le cas du projet de revenu universel prôné par Benoît Hamon ou dans le sens commun. Combien de fois avez-vous entendu dire « mais c’est utopique » ? Car le changement fait peur, car c’est l’ouverture vers l’inconnu ; vers quelque chose qu’on ne peut maîtriser car on ne connaît pas aussi bien cet objet à venir que celui qu’on vit actuellement.

Le terme est donc devenu de nos jours un terme péjoratif. Un terme réservé aux rêveurs, à ceux qui souhaiteraient voguer vers d’autres horizons, que ce soit politiquement ou non. L’Utopiste devient le pestiféré, le doux rêveur qui est un fardeau pour la société car il vit plus dans l’imaginaire que dans le réel. Mais le rêveur n’est-il pas celui qui a toujours créé le changement ? Les républicains ; n’est-il pas alors des rêveurs quand ils s’interrogeaient sur la société et proposaient d’autres modèles de gouvernance ? Des rêveurs qui se sont pourtant installés au pouvoir et qui ont renversé l’idée que la république était impossible.

Tous ceux qui ont lutté contre le capitalisme en réclamant plus de droit aux ouvriers, en bannissant le travail des enfants, en réclamant les congés payés. N’étaient-ils pas à l’origine des utopistes ? Transformer par la lutte les idées en action, comme la philosophie des lumières par la révolution. Tous ceux qui en général se sont battus pour leurs idées, leurs convictions, pour plus de droit et de pouvoir pour tous, c’est-à-dire de liberté d’action, sont apparus comme des utopistes. Comme Louise Michel qui s’est battue pour défendre la cause des femmes, comme Simone Veil et l’avortement, comme Badinter et la peine de mort. Combien sont apparus comme des utopistes ?

L'utopie, le rêve comme moyen d'action

Le changement n’aurait jamais pu exister sans les rêveurs, sans tous ceux qui proposaient de dépasser les schèmes de leur temps. Les utopistes fixent l'horizon  et voguent inlassablement vers lui, toujours vers le progrès, vers une société plus juste sans abandonner malgré les récriminations, malgré les critiques, ils luttent dans un vaste combat pour l'avenir.

Et même si ils n'arrivent jamais au bout de leur traversée, ils auront au moins traverser des étapes en proposant, en débattant et en échangeant toujours. Les idées ne sont pas faites pour être oubliées dans un coin de sa tête mais pour être partagées aussi folles soient-elles, pour amener à la réflexion et nourrir le champ des possibles.

Il n'y a qu'à constater le travail des socialistes utopistes, on peut être sceptique de nos jours sur leur travail, sur leur paternalisme mais on ne doit pas oublier que c'était révolutionnaire à l'époque de débattre de la question ouvrière, de ses conditions et de l'amélioration de ces dernières.

Familistère de Guise (02), symbole de l'application de l'utopie socialiste en pratique Familistère de Guise (02), symbole de l'application de l'utopie socialiste en pratique

De ces utopies sont nés des projets tel les phalanstères de Fourier, des expériences dans le réel pour faire vivre l'utopie en dehors de la théorie. Beaucoup de ces projets ont été inféconds mais comme de nombreuses tentatives de communauté socialiste ou libertaire. Pourtant il ne faut pas abandonner, l'échec n'est pas une fin en soi mais la richesse d'une expérience. Échouer n'est pas grave. Il faut savoir tomber pour mieux se relever et retenter, reproposer.

Penser l’impossible, c’est déjà faire apparaître sa réalité tangible. Agir, c’est la faire exister. Alors pourquoi l’utopie d’aujourd’hui ne deviendrait pas la société de demain ?

« L’utopie n’est pas l’irréalisable, mais l’irréalisé. » -Théodore Monod.

Pour approfondir :

http://une-histoire-de-lutopie.edel.univ-poitiers.fr/

« Quitter son point de vue. Quelques utopies anarcho-littéraires d’il y a un siècle » Caroline Granier ; Editions du monde libertaire, 2007, 117p.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.