Ça bouge dans le monde musulman !

Voile islamique et violences islamistes... Echanges curieux (et instructifs ?) avec la rédaction de Médiapart.

Voici mon premier courrier à la rédaction, daté du 4 décembre 2015.

Bonsoir,

Dans le courant de la semaine dernière, le cheikh recteur de l'université d'Al-Azhar, la plus haute autorité de l'islam sunnite, a annoncé que le port du voile par la femme musulmane ne faisait pas partie du dogme de l'islam, que c'était seulement une coutume traditionnelle.

Vous en avez sûrement entendu parler. Ou alors votre professionnalisme est sévèrement pris en défaut.

Si vous en avez parlé, je n'ai rien vu sur le sujet dans Médiapart. Auriez-vous la gentillesse de m'envoyer la référence du ou des articles que vous y avez consacrés ?

Si vous en avez entendu parler et que vous ne l'avez pas traité, je trouve que c'est un ratage grave, et en particulier en ces temps graves que traverse la France. Le sujet remue le monde musulman en terre d'islam comme en Occident, où la déclaration du cheikh en question lui a valu queques félicitations et beaucoup d'injures.

Il y a quelque temps, vous avez également raté un discours du maréchal-président Al-Sissi, devant un parterre de hauts responsables religieux et civils, à l'université d'Al-Azhar. Il a beau êre un despote inqualifiable, le chef de l'Etat du deuxième plus grand pays musulman de la planète après l'Indonésie a martelé au cours de son discours que l'islam avait besoin d'une révolution interne, et que 1,2 milliard de musulmans ne pouvaient prétendre assasiner le reste de l'humanité pour imposer leur foi.

Je vous ai signalé en son temps ce discours, en vous traduisant l'essentiel des propos d'Al-Sissi. Sans réaction de votre part. Sans même un accusé de réception, et encore moins une explication de votre silence.

En vous souhaitant bonne continuation,

Elias Awad

J'ai reçu la réponse suivante, le 7 décembre 2015.

Cher Monsieur,

Vous l'aurez remarqué, Mediapart n'a pas de rubrique Religion et n'a pas vocation à pratiquer l'exégèse des propos des uns et des autres relatifs aux pratiques de l'islam, pas plus que nous ne le faisons pour d'autres religions.

En revanche, le Club permet à tous nos abonnés de s'exprimer librement, de partager informations et opinions. Ainsi je vous invite à faire connaître les nouvelles qui vous semblent importantes grâce à votre blog.

Au plaisir de vous lire

Ce à quoi, à mon tour,  j'ai fait la réponse suivante, le 7 décembre 2015.

Cher Monsieur qui me répondez pour Médiapart,

Vous vous êtes relu ?!

Je suis resté un instant interdit en lisant votre réponse ! Qu'ils aillent se faire f - - - - -, me suis-je dit tout d'abord !

Mais j'ai lu sur Médiapart trop de choses intéressantes – sans doute pas écrites par vous – pour me résoudre à laisser tomber devant cette fin de non-recevoir ! Je ne me résous pas, en effet, à admettre qu'à Médiapart, un journaliste doué d'un minimum d'intelligence de l'actualité ait pu penser une seconde que mon message avait pour sujet la religion ou l'"exégèse des propos des uns et des autres relatifs aux pratiques de l'islam" !

Médiapart se fait forcément l'écho des soubresauts qui agitent le monde musulman, ne serait-ce que parce qu'ils résonnent en France et ailleurs en Occident. Pourtant, si je suis la logique de votre réponse à mon message, le voile islamique et la violence islamiste ne sont pas des sujets susceptibles de préoccuper la rédaction de Médiapart, puisque Médiapart n'a pas vocation à pratiquer l'exégèse des uns et ses autres relatifs aux pratiques de l'islam !

Surtout par les temps que nous traversons depuis déjà des années.

Il n'a jamais été question dans mon esprit, bien évidemment, d'attendre que Médiapart consacre un article à chacune des deux infos ci-dessus. Mais de les mentionner au détour d'un article ou d'une analyse, ne serait-ce que pour signaler que "ça bouge" dans le monde musulman.

Au plaisir de plus lire ce genre d'inepties de votre part,

Elias Awad

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.