Abattre Daech : une stratégie d'étranglement à deux volets



Si les bombardements aériens sur les camps d'entraînement, bâtiments administratifs et autres édifices de Daech étaient efficaces, l'organisation terroriste aurait été depuis belle lurette très fortement affaiblie, pour ne pas dire détruite. Comme on le dit ici ou là, il ne faut pas prendre ces gens pour plus cons qu'ils ne sont. Ils auront certainement et rapidement appris à se mettre à l'abri.

Donc, les bombardements aériens actuels ne marchen pas. De plus, ils sont contre-productifs, puisque, si "chirurgicales" que puissent être ces frappes, les fameux "dommages collatéraux" sont inévitables, et le ressentiment que cela crée dans les populations victimes constitue un vivier renouvelé de recrutement pour Daech.

Alors que faire ? Il y aurait une solution, qui consisterait à étrangler Daech à plus ou ou moins brève échéance, et à relativement peu de frais, en tout cas comparé à ce que ça coûte aujourd'hui.

Il s'agirait d'une stratégie à deux volets.

1. Nous avons bien vu des vidéos où apparaissent des files de centaines de camions-citrernes qui sillonnent les routes d'Irak et de Syrie pour aller écouler dans les pays voisins à vil prix le brut extrait en territoire contrôlé par Daech comme pour en ramener le carburant nécessaire aux véhicules de l'Etat islamiste.

Il "suffirait" de détruire systématiquement ce traffic routier. Ce  ne sont pas là de larges autoroutes mais des routes étroites à une seule voie dans chaque sens. Un premier passage d'un jet de combat, tirant éventuellement dans le sable une salve d'avertissement, et tous les automobilistes prendront vite leurs distances avec les camions. Au deuxième passage : BOUM !

2. Entourer les territoires contrôlés par Daech d'une barrière virtuelle infranchissable. En altitude, des AWACS surveillent et informent de toute tentative de passer cette frontière, et intervention immédiate, de nuit comme de jour par temps clair ou couvert, de l'aviation de chasse pour détruire tout véhicule sortant ou entrant.

Comme on n'a pas, à ce jour, trouvé le moyen de transformer des montagnes de dollars en carburant ou en munitions par la seule prière, relativement rapidement Daech ne pourra plus ni faire tourner ses véhicules quels qu'ils soient, ni approvisionner ses armes,

Et relativement rapidement ces difficultés daéchiennes n'échapperont plus à personne. Autant un Daech conquérant et victorieux attire des candidats au djihad par milliers, autant sa mise en berne fera réfléchir les volontaires potentiels. Mieux, les combattants présents de Daech, comme ils ne sont pas plus cons que vous et moi, finiront les uns après les autres par déserter, y compris dans les rangs des hauts responsables. Sans compter que les temps difficiles résulteront obligatoirement en luttes fratricides à l'intérieur de l'organisation. Il ne restera plus qu'à cueillir tout ce monde à la sortie.

Une telle stratégie me paraît avoir une chance de réussir que n'ont pas les bombardements aériens menés jusqu'ici. La question est pourquoi une telle stratégie n'a pas été, du moins en apparence, abordée ni par les US, ni par la France, ni par personne... Sauf peut-être, et partiellement, par les Russes. Ce sont eux et eux seuls qui ont publié une vidéo d'une bonne douzaine de camions-citernes détruits par un raid de Sukhoï sur un parking quelque part dans le désert... Etait-ce juste un coup ou cela fait-il partie d'une stratégie ? Qui peut le dire?...

M. de Villepin a préconisé récemment de laisser les pays arabes s'occuper de Daech, notamment les pétromonarchies du Golfe... L'ancien chef de la diplomatie n'imagine sans doute pas que, dans pareil cas, au moins quelques appareils des armées de l'air de ces pays finiront chez Daech direct, pilotes compris !... Et là, avec une force de frappe aérienne, la menace daéchienne prendrait de toutes autres proportions !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.