Elif Kayi
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

3 Éditions

Billet de blog 23 avr. 2015

Quand le rideau de fer a la vie dure

A une certaine époque, parler des « communistes », c’était parler des méchants. Tout simplement. Il y avait le camp des gens « normaux », qui prônaient des valeurs « normales » avec des méthodes « normales » – dont la guerre par exemple.

Elif Kayi
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A une certaine époque, parler des « communistes », c’était parler des méchants. Tout simplement. Il y avait le camp des gens « normaux », qui prônaient des valeurs « normales » avec des méthodes « normales » – dont la guerre par exemple.

Peut-être qu’en France, le terme était plus acceptable. Encore que, tout dépendait du milieu dans lequel on évoluait. Mais dans de nombreux pays, « communisme », ça voulait dire « danger ». De l’autre côté, on parlait bien sûr des affreux « impérialistes ».

C’était facile. Avoir un monde scindé en deux blocs, qu’est-ce que c’était bien. ll suffisait de choisir un camp et l’autre, c’est le camp des vilains. Casse pas la tête ! Comme on dit ici, sur le Caillou.

Après la chute du mur de Berlin, du rideau de fer et tout ce qui séparait les deux mondes, on s’est petit à petit rendu compte que ça allait devenir plus compliqué. Des troisièmes voies se sont annoncées. Et puis des quatrièmes, et d’autres encore.

Quand on est très moyennement intéressé par la politique et tout ce qui touche aux stratèges et enjeux internationaux, on patauge. Sans compte que le terrorisme international et toutes ces nébuleuses aux acronymes bizarres ont rajouté une couche de brouillard. Des spécialistes de toutes sortes émergent régulièrement pour commenter, disséquer, rédiger. Mais on a beau essayer de s’accrocher, on faut juste semblant. Parce que voilà encore un domaine auquel on ne comprend rien.

Eh bien, vous qui aimez les choses simples et la dualité facile, sachez qu’il est des endroits où le temps avance plus lentement qu’ailleurs. Il existe ainsi des contrées où ce fameux rideau de fer – qui nous manque tant, à nous qui faisons semblant de comprendre « l’univers politique » – existe encore. A tel point que même si on nous rabâche qu’Internet a cassé les distances temporelles et géographiques, on se dit que si, la distance joue encore un rôle dans l’information. Nous pouvons donc souffler : il existe encore des irréductibles qui aiment voir le monde en pôles, et à fortiori en deux pôles. Des bipolaires donc.

En Nouvelle-Calédonie, on peut voir le monde par le petit bout de la lorgnette entre les indépendantistes et les loyalistes (ou non-indépendantistes, pour ceux qui trouveraient que le terme « loyaliste » rappelle la monarchie… ). Ca, c’est pour la politique nationale.

Mais au niveau de la politique internationale, nous sommes toujours en pleine Guerre froide ici. Nicolae Ceaușescu n’a pas été fusillé. Enver Hoxha continue de faire rédiger de petites phrases éducatives par les écoliers albanais, comme « Les Etats impérialistes Unis sont des tigres de papier ». On place encore les artistes sur écoute en Deutsche Demokratische Republik. Et puis, la preuve que tout ça existe encore : Fidel est toujours là ! Il aurait discuté récemment avec Barack Obama ? Des rumeurs ! Nous, on ne croit que ce qu’on voit !

Depuis plusieurs semaines, en Nouvelle-Calédonie, il n’est question que du gouvernement français. Je vous vois venir d’ici ! Passionnant, n’est pas ? Mais là où ça devient intéressant, c’est que l’adjectif « socialiste » est toujours accolé au terme « gouvernement ». Aucun politicien non-indépendantiste qui se respecte n’osera évoquer simplement le « gouvernement ». On parle du « gouvernement socialiste ».

Bon, on n’est pas nul, on sait bien que François Hollande et la plupart de ses acolytes du gouvernement ont leur carte de membre du parti socialiste. On a compris depuis le mois de mai 2012. Et même avant, tiens ! Alors, arrêtez de nous prendre pour des cruches, aurait-on tendance à dire rapidement.

Eh bien, nous dégainons trop rapidement justement. Car ici, sur ce cher petit Caillou, les deux blocs existent encore et rappeler son camp est indispensable. Si on insiste ici sur l’adjectif « socialiste », c’est parce que ça sonne plus géopolitique que « vilain ».

Demain, vendredi, une marche aura lieu à Nouméa,  pour « montrer au gouvernement socialiste qu’une majorité de Calédoniens veulent rester Français ». Parce que « montrer au gouvernement qu’une majorité de Calédoniens veulent rester Français » dans le « socialiste », ça aurait été un peu fade. Avec « socialiste », on donne la couleur de son bloc. On est du bon côté du rideau.

A l’heure où les gens marcheront ici à Nouméa, les métropolitains dormiront encore (enfin pour la plupart). Là-bas, il n’y a que peu de personnes pour penser encore qu’il s’agit d’un gouvernement socialiste. Mais on l’aime ce fichu « iron curtain » qui nous bouche la vue sur le Lagon !

Ce billet a été posté sur le blog Dolma & Bougna.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat