Eliot Thibault
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2021

Pourquoi la "Primaire Populaire" est déjà un échec ?

Un collectif a mis en place une plateforme ayant pour objectif de "permettre aux citoyens et citoyennes de faire émerger une candidature de rassemblement, gagnante, autour d’un projet écologique, démocratique et social. Une désignation citoyenne inédite, pour redonner la parole à tous et toutes." La première étape de cette "primaire populaire" se termine le 11 Octobre, bien loin de ses ambitions.

Eliot Thibault
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette première étape consiste à proposer des candidatures et/ou à soutenir des candidatures déjà annoncées. C'est celle-ci qui se terminera le 11 octobre, soit 3 mois après son lancement.

L'association organisatrice compte ensuite extraire "les 5 femmes et 5 hommes qui arrivent en tête des parrainages, ce qui leur permettra de devenir officiellement candidates et candidats à la Primaire en novembre".  Mais attention, "si l’une des 10 personnes désignées ne souhaite pas se porter candidate, la Haute Autorité de la Primaire Populaire validera alors la candidature des personnes suivantes, dans l’ordre de la liste d’attente établie". Pour finir, tout le monde sera appelé à voter début décembre pour départager ces 10 candidats. S1

Malheureusement, pour ceux qui en attendaient quelque chose, cette primaire se trouve être une grosse désillusion. Désillusion prévisible puisque la Primaire Populaire permet finalement d'appeler à la candidature des gens qui ne sont pas candidats, voir même des gens qui ne veulent pas l'être, et ce alors même que d'autres, provenant parfois de formations politiques communes à certains noms proposés, sont eux réellement candidats. De plus, cette plateforme, hormis un "socle commun" de 10 mesures très vagues***, ne parle absolument pas programme.

***Rapidement sur le "socle commun", on y trouve des petites pastilles comme, par exemple, lorsque la diminution du temps de travail est évoquée: "(différentes selon les candidats et candidates : semaine de quatre jours, 32h, davantage de congés payés ou retraite à 60 ans)". On comprend bien que tout cela n'a absolument rien à voir, et donc qu'il n'y a pas de réelles exigences idéologiques pour être candidat. S2

Autrement dit, le principe même de la Primaire Populaire pousse à soutenir des non-candidats qu'on apprécie uniquement sur la sympathie ou l'intérêt qu'on peut porter à ces figures, peu importe les programmes, le respect des processus de désignation interne aux partis, ou même la propre volonté des personnes appelées à se présenter.

La Primaire Populaire connait avant tout un échec de participation. Cette "primaire" visait "300 000 parrainages d’ici au 11 octobre" selon sa co-organisatrice au lancement de la collecte en juillet. A 24h de la fin de cette étape, il n'y a toujours pas 130 000 participants. S3

A noter qu'il est autorisé de parrainer tous les candidats si on le souhaite, dans la limite de 1 parrainage par candidat. S4

C'est également un échec sur les candidatures proposées. Plusieurs points permettent ainsi de relativiser les près de 130 000 participants, et les candidatures, pourtant parfois populaires, qui sont sollicitées :

  • -Plus d'un quart des parrainages (~26%) sont pour Taubira, qui ne veut pas être candidate. S5
  • -Près d'un cinquième (+19%) sont pour Ruffin qui ne veut pas non plus être candidat. S6
  • -Autain et Glucksmann ne seront vraisemblablement pas candidats (plusieurs déclarations dans ce sens, mais pas de confirmation) et Montebourg est allé jusqu'à demander que son image soit retirée du site. Cela représente encore plus d'un huitième (+13%). S7
  • -Rousseau, qui recueillait plusieurs milliers de parrainages, n'est plus sur la plateforme suite à sa défaite de la primaire écolo et à son ralliement à Jadot. Même chose pour Piolle. 

Il reste alors à peine ~60 000 parrainages, soit ~46%***, qui sont apportés aux 11 derniers candidats potentiels. Parmi ces 11 derniers candidats, seulement 4 ont déjà accepté de participer à cette primaire, réunissant un total de ~19 000 voix soit ~32% des parrainages restants , et 2 ne sont pas annoncés (bien que cela reste possible), réunissant un total de +17 500 parrainages, soit ~29% .

***Le total atteint 104%, ce qui est très probablement lié à la possibilité de parrainer plusieurs candidats.

lI risque alors de se produire plusieurs déconvenues. La Primaire Populaire souhaitant un nombre paritaire de candidatures homme/femme, il n'y aura qu'un maximum de 3 femmes (puisqu'il n'y en a pas plus), et ainsi que 3 hommes pour respecter cette règle. A moins que les organisateurs reviennent sur ce point pour proposer plus de candidatures et se rapprocher de l'ambition originelle qui était de proposer 10 noms (5 hommes et 5 femmes), mais ce n'est pas ce qui a été annoncé.

Au mieux, la primaire réunira donc :

  • -Anne Hidalgo, Charlotte Marchandise et Anna Agueb-Porterie, pour les femmes
  • -Pierre Larrouturou, Gaël Giraud (qui n'est pas encore candidat) et Jean-Luc Mélenchon, pour les hommes

Bien évidemment ce scénario est extrêmement improbable. La deuxième candidature la plus importante chez les hommes au sein de cette primaire n'est toujours pas officiellement en campagne, et les deux plus solides en dehors de la primaire, Hidalgo et Mélenchon, ne semblent pas intéressées, d'autant plus qu'ils proviennent déjà d'un processus de sélection interne à leurs formations politiques respectives.

Si Hidalgo refuse d'y participer cela amènera vraisemblablement le nombre de candidatures à 2 femmes et 2 hommes, si l'organisation respecte ses engagements de parité.

Voila alors l'ensemble des scénarios réalistes :

  • -Hidalgo (~6300 voix mais ne participera probablement pas), Marchandise (~1500 voix) et Agueb-Porterie  (~600 voix) pour les femmes.
  • -Larrouturou (~14000 voix) et, dans l'ordre, Giraud (~13000 voix mais toujours pas candidat), ou Mélenchon (~9200 voix mais ne participera probablement pas), ou Jadot (~5900 voix mais déjà vainqueur d'une primaire), ou Jancovici (~4200 voix mais toujours pas candidat), ou Filoche (~2600 voix), pour les hommes.

Bref, un maximum de même pas 45 000 parrainages représentés sur les 130 000, soit moins de 35%, et un minimum de 18 700, soit moins de 15%.

Lorsque 22 000 votants se sont prononcés pour choisir la démarche du PS, 30 000 pour choisir celle du PCF, 100 000 celle de EELV ou que, encore, 250 000 personnes ont manifesté le choix de voir Mélenchon candidat, il est évident que cette primaire, qui voulait contrecarrer l'ensemble des processus de désignation par une mobilisation importante, se retrouve être finalement un non-évènement qui n'a alors aucune raison de peser dans la présidentielle à venir. S8

Tous les chiffres de cet article proviennent du dimanche 10 Octobre à 16h45, soit moins d'une journée avant la fin des parrainages, pour un total de 129 947.

SOURCES :
S1 : L'ensemble des informations sur l'organisation de la primaire et ses règles => https://primairepopulaire.fr/happ/

S2 : Le "Socle Commun" => https://primairepopulaire.fr/le-socle-commun

S3 : "Elle espère en effet pouvoir compter sur 300 000 parrainages d’ici au 11 octobre. De quoi « créer une pression populaire que les partis politiques ne peuvent pas ignorer », poursuit-elle." => Juillet 2021 - Le Parisien : «Primaire populaire» : quand des citoyens veulent peser sur la présidentielle

S4 : "apporter des parrainages à autant de candidatures que vous le souhaitez (dans la limite de 1 parrainage pour chaque candidature)." => https://www.parrainages-primairepopulaire.fr/

S5 : Septembre 2021 - La 1ere : Présidentielle : Taubira ne sera pas candidate en 2022

S6 : Janvier 2021 - Libé : Ruffin confirme qu’il ne sera pas candidat en 2022

S7 :
-Glucksmann s'est engagé à rester député européen jusqu'à la fin de son mandat (2024) => Avril 209 - Grand débat France 2 Européennes
-Autain dit que Jean-Luc Mélenchon est le mieux placé => Octobre 2021 - Interview BFMTV

S8 :
- Hidalgo et le PS : "72 % des 22 000 militants socialistes ayant voté ont approuvé sa candidature soutenue par Olivier Faure." => Septembre 2021 - Gala : « Maintenant, c'est bon ! » : Anne Hidalgo fait faux-bond au PS
-Roussel et le PCF : "30 217 de ces électrices et électeurs inscrit·e·s ont voté, soit 68,85 % des inscrit·e·s." => Mai 2021 - site du PCF : Vote des communistes sur les choix du PCF pour les élections de 2022

-Jadot et EELV : "Jadot a remporté de justesse la primaire avec 51,03% des voix, [...] une participation de 85,41% des 122 000 inscrits à cette primaire" => Septembre 2021 - Le Parisien : Jadot remporte la primaire écologiste

-Mélenchon  et LFI : "256 680 soutiens" en octobre 2021  => https://melenchon2022.fr/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française