Eliot Thibault
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2021

4 incohérences dans le résultat à gauche du sondage Ipsos d'Avril pour 2022

Le sondage Ipsos du 24 Avril apporte un résultat différent de TOUS les autres sondages du mois précédent et suivant, et ce uniquement pour les 3 candidatures de "gauche".

Eliot Thibault
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comment expliquer que seul le sondage Ipsos du 24 avril, pourtant sur un échantillon plus important que la moyenne, propose ces quatre résultats étonnants, alors que absolument TOUTES les enquêtes sorties un mois avant et après, proposent une observation différente ? D'autant plus que ces quatre "bizarreries" se trouvent uniquement chez les 3 candidats de gauche alors que pour les 8 autres sondés on observe des résultats conforment aux enquêtes des autres sondeurs.

  • Dans les 3 cas testés par Ipsos, Hidalgo réalise 8 ou 9%, soit 1 à 3 points de plus que TOUS les autres sondages de cette même période qui, additionnés, proposent une moyenne de ~6.5% soit 1.5 à 2.5 points de moins que cette enquête;
  • Dans les 3 cas testés par Ipsos, Jadot réalise 10%, soit 3 à 4 points de plus que TOUS les autres sondages de cette même période qui, additionnés, proposent une moyenne de ~6.4% soit 3.6 points de moins que cette enquête;
  • Dans les 3 cas testés par Ipsos, l'addition (pas l'alliance) du résultat de Hidalgo + Jadot réalise 18% ou 19%, soit 3 à 9 points de plus que TOUS les autres sondages de cette même période qui, additionnés, proposent une moyenne de ~13%, soit 5 à 5 points de moins que cette enquête;
  • Dans les 3 cas testés par Ipsos, Mélenchon réalise 8%, soit 2 à 4 points en dessous de TOUS les autres sondages de cette même période qui, additionnés, proposent une moyenne de ~11.1%, soit 3 points de plus que cette enquête;

La réponse ne peut pas provenir de la marge d'erreur puisque celle-ci est inférieure à 1 point dans l'enquête Ipsos, et inférieure à 2 points dans toutes les autres.
La réponse ne peut pas non plus provenir des écarts chez les autres candidatures puisque Ipsos sonde tout le monde, sauf Jadot, Hidalgo et Mélenchon, dans la moyenne. C'est à dire que Ipsos sonde (toutes les comparaisons proviennent d'enquêtes comparables, réalisées durant le mois d'avant et le mois d'après) :

  • Roussel à 2% (~2% en moyenne chez les autres sur 13 sondages de cette même période)
  • Macron entre 25 et 29% (~26.5% en moyenne chez les autres sur 13 sondages de cette même période))
  • Bertrand à 16% (~16.5% en moyenne chez les autres sur 10 sondages de cette même période))
  • Pécresse à 11% (~11.5% en moyenne chez les autres sur 6 sondages de cette même période))
  • Dupont-Aignan entre 4 et 5% (~5% en moyenne chez les autres sur 13 sondages de cette même période))
  • Le Pen entre 26 et 28% (~26.5% en moyenne chez les autres sur 13 sondages de cette même période))

Finalement il existe bien un début d'explication, en revanche je ne sais pas si je dois la mettre sur le dos de l'incompétence ou bien sur la volonté d'influencer le résultat. Le sondage Ipsos, pourtant réalisé sur un panel bien plus important que la moyenne (10 000 personnes contre 1000 à 2000 généralement), a finalement décidé de ne publier les résultats de "entre 4416 et 6128 personnes certaines d’aller voter et exprimant une opinion".  Cela revient à considérer qu'il y aurait seulement 44% de participation à la présidentielle, alors qu'au plus bas des 20 dernières années on était à ~72% (2002) et au plus haut à ~84% (2007), soit près du double.
Egalement, à quoi cela rime de ne prendre que les réponses 100% certaines d'aller voter, d'autant que 10 semaines avant l'élection de 2017, Ipsos mesurait encore 50% d'indécis et toujours plus d'un tiers 3 semaines avant le 1er tour.

Exclure tous les hésitants (qui ont pourtant répondu au sondage), défavorise naturellement la "gauche" où l'incertitude est aujourd'hui la plus importante et dont la porosité électorale d'une candidature à une autre, dans l'esprit de ce qu'on pourrait appeler "vote utile à gauche", produit une indécision jusqu'aux derniers moments.

Source du Sondage de la médiocrité : IPSOS NOTICE TECHNIQUE sondage Avril 2021 pour 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Histoire
Sous les tapis des tisseuses, l’écho de la domination coloniale
En 1964, une soixantaine de familles de harkis ont été parquées dans une cité à l’écart de Lodève pour faire tourner ce qui allait devenir l’annexe de la manufacture de la Savonnerie de Paris, et raviver la tradition textile locale. Mais côté coulisses, l’Algérie française y a joué quelques prolongations.
par Prisca Borrel
Journal — Europe
Royaume-Uni : un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti n’ont guère d’idées face à la hausse des prix qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal