Tuer.

Meurtre. Tuerie. Mort. C'est le quotidien sur cette planète. Que ce soit animal humain ou non humain.

Tuer, pour le plaisir d'un instant. Le chasseur a l'animal au bout de son fusil. Il tire, la vie s'en va. L'être qui vient d'être tué est magnifique, unique. Sa vie était la sienne, personne ne pouvait s'octroyer le droit de la lui enlever... Juste pour un instant.
Tuer, pour la satisfaction d'un estomac, d'un palais. Dans l'abattoir, une vache, un veau, un agneau, regarde mourir les siens. Dans les cris, le bruit, la peur, le sang qui gicle. Juste pour un estomac, déjà certainement bien rempli, rien de vital, simplement une envie, une habitude. Tuer juste pour ça.
Tuer, dans une arène enflammée, enfiévrée, un veau tout juste de quelques années. Pacifique, il ne sait pas ce qui lui arrive. Les souffrances ont été atroces avant qu'il ne rentre dans ce lieu qui pue le sang la sueur et la mort. Tuer pour un instant de gloire, devant un public devenu fou et avide de sang. Juste pour ça.

taureau-1

 Tuer, pour le plaisir d'une vie prise en bataillant au bout d'une canne à pêche. Il s’asphyxie, il agonise, gros ou petit poisson...Certains n'ont même pas de nom, on les appelle "friture"... Juste pour ce moment éphémère de gavage de panse, dont personne n'a besoin.

Tuer, pour la mode. Pour une fourrure portée dans une soirée, pour la parade nuptiale... Une idée de la séduction avec la peau d'une bête maltraitée, torturée, assassinée. Pour ça, pour la mode...
Tuer pour rien. Tuer pour le plaisir. Tuer parce que c'est ce qu'on a appris. Tuer parce qu'on ne veut pas changer son regard. Tuer parce que l'on se croit tout en haut d'une pyramide dans laquelle nous n'avons même pas atteint les premières marches... 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.