ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

5 Éditions

Billet de blog 13 déc. 2021

Sous les plumes des Oiselles sauvages

Pauline Gonthier a publié « Les Oiselles sauvages », son premier roman, le 14 octobre aux éditions Julliard, en même temps que paraissait la réédition du « Complexe de Diane » de Françoise d’Eaubonne chez le même éditeur. Et ce n’est pas tout à fait un hasard. C'est le premier de mes billets de Noël avant, je l'espère, une plus grande régularité en 2022.

ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand les Oiselles sauvages jouent à domicile © P.G.

Le titre seul devrait vous donner envie de le lire. Il est volé à Monique Wittig, non pas  comme on vole en passant un livre sur un étalage faute de pouvoir se le payer, mais comme on vole dans le ciel, de branche en branche, d’arbre en arbre et peut-être même de planète en planète.

Voici comment Monique Wittig, l’autrice géniale de L’Opoponax (prix Médicis 1964) et de La Pensée Straight semait en 1969 la graine du roman de Pauline Gonthier dans Les Guérillères :

"Elles disent, tu es loin d'avoir la fierté des oiselles sauvages qui lorsqu'on les a emprisonnées refusent de couver leurs œufs. Elles disent, prends exemple sur les oiselles sauvages qui, si elles s'accouplent avec les mâles pour tromper leur ennui, refusent de se reproduire tant qu'elles ne sont pas en liberté."
Le roman de Pauline Gonthier commence un an plus tard en 1970, avec le personnage de Madeleine, qui traverse la révolution féministe sans parvenir à libérer son propre désir. Il se poursuit avec la figure de Mathilde, en 2017, qui quitte les bras d’Aurélien pour ceux d’une femme, Alix, sans être plus politisée que ça. La lutte de la première, sage-femme engagée dans la défense de l’IVG, va faire le bonheur de la seconde, bientôt tentée par la PMA afin de donner à son amour lesbien la descendance qu’il attend.

Au fil des pages se racontent les combats, les réflexions des débuts du MLF, d’une plume délicate qui puise dans la mémoire des récits de l'époque. A plusieurs reprises apparaît la figure iconoclaste de Françoise d’Eaubonne, et c’est au départ une coïncidence, comme le raconte l’éditrice Vanessa Springora, alors directrice des éditions Julliard : « J’avais décidé de republier des œuvres oubliées du fonds Julliard et Françoise d’Eaubonne était tout de suite remontée à la surface. J’ai eu un choc en recevant le manuscrit de Pauline Gonthier, une jeune femme de trente ans, qui parlait du MLF et de Françoise d’Eaubonne. Une date de parution commune s’imposait : le 14 octobre 2021. »

Je suis préfacière de cette édition du Complexe de Diane – le premier essai de Françoise d'Eaubonne paru en 1951 pour défendre et prolonger le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir, que je vous invite à lire évidemment. Mais il se trouve que le roman de Pauline Gonthier en est aussi un prolongement très actuel. On pourra me reprocher un conflit d’intérêt ou je ne sais quel venin du même genre. Pour une personne qui, comme moi, gagne péniblement le Smic en écrivant des livres et des articles, l’ironie serait tordante. Vu ce que j'y gagne, je peux bien écrire sur ce qui me plaît !

En ce soir de décembre, alors que je lutte contre une dépression post covid, je me suis replongée entre les pages des Oiselles pour me réconforter. Je dis que je lutte contre la dépression, et vous voyez sans doute une sorte d'Amazone Eperdue bravant un sombre Chagrin Patriarcal à Poil Long. Rien n'est plus faux (bien que l'idée me séduise). La vérité, c'est qu'on ne lutte pas contre la dépression. On la traverse, elle nous traverse, et le meilleur remède, pour moi, c'est encore de lire de belles histoires, de celles qui changeront peut-être nos perceptions, nos futurs toujours incertains.

Les Oiselles sauvages ont soufflé un vent de liberté dans mon coeur. Il y a un tel naturel dans ce texte, une simplicité qui ressemble au véritable amour. Très loin du roman à thèse ou de la reconstitution artificielle, Pauline Gonthier a tissé les fils de l'histoire, la grande, la petite, les nôtres et celles des autres... Pour une fois qu'on transmet des émotions plutôt que des virus, je n'allais pas passer à côté !

Alors voilà, j’aime les Oiselles sauvages et j'espère que vous les aimerez aussi. C’est un beau cadeau à faire, et il paraît que c’est la période des cadeaux.

Appelez-moi la Mère Noëlle !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart