ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

5 Éditions

Billet de blog 16 déc. 2021

A la recherche du Nouvel An perdu

Karen Guillorel est ce qu’on appelle « une écrivaine voyageuse ». Elle vit la vie que je rêvais de vivre et que je n’ai jamais vraiment vécue. Il y a deux ans, juste avant cette vacherie de Covid, elle est partie au Népal pour fêter le Nouvel An tibétain. Elle en a rapporté un livre et un film. Les deux sont magnifiques et bien utiles pour soigner la dépression.

ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Karen Guillorel

Si vous détestez le Nouvel an autant que moi, vous aimerez sûrement ce livre qui part d’un présupposé étrange : Karen Guillorel part à l’autre bout du monde pour fuir le sien – ou le trouver, va savoir, mêlant le regard intérieur et le regard extérieur. Quand je l’interroge , Karen est la première à dire que le voyage est un sujet « touchy »  : ce qui fait qu’on part à la rencontre d’autres cultures, d’autres terres, d’autres peuples et d’autres esprits est souvent empêtré de considérations politiques et de rapports de domination que Karen ne prétend pas esquiver. En l’écoutant, je pense à mon père qui disait qu’il ne voyait pas pourquoi il irait dans un pays où il n’avait rien à faire. Il regardait mes rêves d’Egérie (dont je vous rappelle qu’elle fut non seulement une muse inspiratrice dans l’Antiquité grecque, mais aussi une pèlerine au IVe siècle qui a écrit un guide de voyage vers Jérusalem) d’un œil désapprobateur. Il n’a pris l’avion qu’une fois pour aller au Vietnam assister à un mystérieux rassemblement politique dont il est revenu avec une griffe de tigre. Son indifférence envers moi était telle que lorsque je suis partie au Maroc en 1982 à l’âge de vingt ans, pour un reportage sur l’architecture des ksours, il lui a fallu quatre mois pour s’inquiéter de ne pas avoir de mes nouvelles (en réalité j’avais juste rencontré un jeune sage musulman visionnaire qui m’a fait parler avec les esprits, mais ceci est une autre histoire).

Le chaman, ses règles et les nôtres

J’ai fait quelques voyages dans ma vie, mais aucun n’égale ceux que Karen Guillorel a pu accomplir. La meuf est quand même allée jusqu’à Istanbul à pied, avant de poursuivre à vélo jusqu’à Jérusalem. Elle a pris le Transsibérien, et accompli un périple en Mongolie à cheval pendant six jours (« mais c’était juste touristique, même si c’était un peu sportif et tape-cul », commente-t-elle). Elle a cherché un chaman en Sibérie qui a refusé de la recevoir parce qu’elle avait ses règles, et n’a obtenu les réponses à sa quête spirituelle qu’à son retour, auprès d’une chamane de Tuva qui vivait paisiblement en banlieue parisienne. Cet été, pendant que je prenais quelques jours de farniente sur la Côte d’Azur, elle a décidé de descendre une rivière du cercle polaire jusqu’à la frontière finlandaise en canoé – une aventure qui n’a finalement pas été possible sur place, ce qui ne m’a pas empêché d’avoir le tournis en pensant à elle avec son canoé gonflable, son vélo, son mètre quatre-vingt et sa façon audacieuse d’arpenter l’invisible. Pour s’entraîner, elle avait fait en juillet le tour de la Bretagne à vélo, et envisageait à son retour de reprendre le chemin de Compostelle. A l’heure où j’écris ces lignes, elle est en train de préparer un autre voyage en Himalaya, pour ramener son film et son livre aux personnes qu’elle a rencontrées sur place en 2020, et, accessoirement, s’initier à la peinture de tangka. Car Karen peint aussi. Elle enseigne l’écriture et le scénario, écrit des séries d’animation et ne perd pas une occasion de tenter l’impossible. Comme beaucoup de personnes qualifiées d’hyperactives, elle a des méthodes pour « se canaliser », selon ses propres termes. L’une d’elles consiste à diviser ses tâches en quartiers de tomate. Elle assure que c’est très efficace, même si je n’ai jamais réussi à l’appliquer en ce qui me concerne, car quand je coupe les tomates, c’est juste pour les cuisiner.

© Karen Guillorel

Vers un lac

Son livre, paru en septembre dernier aux éditions du Passeur, s’intitule « Losar », qui signifie « Nouvel An » en tibétain. Un texte étrange et inclassable qui commence par un ratage presque comique : chaque fois que Karen Guillorel se pointe quelque part, on lui dit que Losar est passé, ou dépassé, ou repassé. A la recherche du Nouvel An Perdu, Karen nous fait part de ses réflexions et sensations directes, avec une sincérité et une authenticité qu’on ne trouve guère en littérature. Jamais de pause, jamais de mise en scène, juste une recherche de vérité qui frappe par son humilité. A la suite d’un rêve qui la guide, elle décide de se rendre au Dolpo pour marcher le long de la rivière Suligad vers le lac de Phoksundo et ses multiples légendes. Avec son guide népalais, prénommé Santosh, s’improvise une marche semée d’embûches et d’incompréhensions, de solidarité et de regards clairs.

Car l'autrice se préoccupe sans cesse de l’autre, de sa situation, de ses liens, de sa culture, sans en faire des préjugés et sans en tirer de leçons. Cette qualité de regard n’est pas si fréquente et j’avoue qu’elle me fascine.

Karen Guillorel se pense elle-même dans ce rapport de distance et de proximité paradoxal, qui fait qu’on n’est jamais étranger qu’à soi-même, et que les rapports de domination ou d’exploitation ne sont jamais tout à fait absents de nos quêtes d’absolus. Guidée par la rivière, aspirée par le ciel, la neige, le froid, vers ce lac mystérieux, elle suit un fil imaginaire qui nous emporte peu à peu dans son sillage.

Des dessins à la plume noire accompagnent ce texte qui vous restera dans la tête comme une musique ancienne, un chant intime et lancinant qui dit nos proximités spirituelles dans un monde déchiré et toujours magnifique. Son film, « Dolpo – vers un lac » (42 mn), programmé dans les festivals, donne à voir ces images sous une autre forme, mêlant dessin, récit et images en couleur ou en noir et blanc, avec une délicatesse extrême.

PS. Si vous voulez rencontrer Karen Guillorel, elle sera avec moi le 18 décembre 2021 à Ground Control 81 rue du Charolais, 75012 Paris de 16h à 17h pour signer ses livres lors du Festival de Noël féministe. Je vous promets qu’une rencontre, même brève, avec elle vaut beaucoup de voyages.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo