ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

5 Éditions

Billet de blog 21 janv. 2022

Rage tendre, en vers et contre tout

La jeunesse est une fiction qu’on réalise dans le meilleur des cas, comme la vieillesse ou la mort. Des poètes parviennent parfois à saisir son mystère. C’est le cas de Jérôme Bertin.

ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand j’étais jeune je lisais de la poésie.

Je lisais Verlaine et Rimbaud, Baudelaire, Apollinaire, Mallarmé ou Villon. Pas de femmes, à part Colette qui n’était pas poète ou Elsa Morante qui est depuis que je l’ai découverte à vingt ans la plus grande de toutes. La Storia m’a plaquée au sol quand je l’ai lu. Il y avait la vie dans chaque phrase, chaque mot, chaque regard porté sur un tout petit enfant, un bébé, pendant que se déroulait « la storia », la grande Histoire, durant laquelle mes parents étaient nés dans la réalité.

Les poètes vous font ça même quand ils n’écrivent pas de poésie.

Jérôme Bertin vous fait ça quand il écrit Rage tendre et accomplit dans ce recueil la promesse du titre, pendant qu’on rit et qu’on grince des dents. Raconter l’enfance et la prime jeunesse, avec les mot crus, le glauque, la vie de famille, les pulsions, les désirs, l'humour, les déchirements, les blagues, les coups pendables et les accidents d'amour propre dont on ne se relève jamais vraiment.

Il ne fait pas joli Jérôme Bertin, il fait pire, selon la formule de Victor Hugo, qui n'a rien à faire dans ce billet, pardonnez-moi.

Il y a le rythme, le son, l’odeur, la brûlure de Rage tendre.

En racontant la vie d’un gosse de la France profonde, ses coups de cœur et ses coups de queue, ses frustrations, ses désirs plus grands que lui, Jérôme Bertin parle de moi et de vous, à un endroit que nous avons tous et toutes un jour connu.

Alors que j’ai six dizaines d'années au compteur et que je bois du thé earl grey en me demandant si c'est vrai, cette histoire de vieillesse et de mort, mon coeur bat comme si j'avais moi aussi douze ans, une Marie Chadou dans ma vie, et le goût âpre d'une première clope dans ma tronche adolescente.

Je suis ces mots qu’il hurle ou qu’il murmure comme on se touche tard dans le lit en cachette, comme on s’égratigne dans les bois, dans les bras de mecs maladroits, égoïstes et rances.

Rage tendre, c’est la voix d’une génération, n’importe laquelle, qui vous met directement le nez sur l'adolescence et ça marche quel que soit votre âge, votre genre, votre classe, votre origine. L’enfrance profonde, oui, avec un « r », la vie brute et sans fard des gosses de la Creuse, des violences qui nous dépassent, des émois sans moi et des envies sans vie.

C’est une poésie de la lutte des classes où l’on bosse à l’usine, à la mine, où l’on traîne dans les rues en fumant des joints. Où on aime le vélo, la moto, faire des conneries, des sales coups, des trucs pas trop nets.

C’est surtout la voix d’un poète un vrai même pas tatoué, qui n’est jamais du côté des vainqueurs et des malins, des bons mots et des piques spirituelles.

C’est une poésie d’aujourd’hui qui se fout de tout mais qui fout les poils, de celles qui resteront sûrement après que les faussaires à grand tirage auront disparu.

Autant que je sache Jérôme Bertin est né en 1975 et vit à Limoges où il écrit jour et nuit.

Son dixième livre, Rage tendre, est dans toutes les bonnes librairies.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac