ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

5 Éditions

Billet de blog 21 janv. 2022

Rage tendre, en vers et contre tout

La jeunesse est une fiction qu’on réalise dans le meilleur des cas, comme la vieillesse ou la mort. Des poètes parviennent parfois à saisir son mystère. C’est le cas de Jérôme Bertin.

ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand j’étais jeune je lisais de la poésie.

Je lisais Verlaine et Rimbaud, Baudelaire, Apollinaire, Mallarmé ou Villon. Pas de femmes, à part Colette qui n’était pas poète ou Elsa Morante qui est depuis que je l’ai découverte à vingt ans la plus grande de toutes. La Storia m’a plaquée au sol quand je l’ai lu. Il y avait la vie dans chaque phrase, chaque mot, chaque regard porté sur un tout petit enfant, un bébé, pendant que se déroulait « la storia », la grande Histoire, durant laquelle mes parents étaient nés dans la réalité.

Les poètes vous font ça même quand ils n’écrivent pas de poésie.

Jérôme Bertin vous fait ça quand il écrit Rage tendre et accomplit dans ce recueil la promesse du titre, pendant qu’on rit et qu’on grince des dents. Raconter l’enfance et la prime jeunesse, avec les mot crus, le glauque, la vie de famille, les pulsions, les désirs, l'humour, les déchirements, les blagues, les coups pendables et les accidents d'amour propre dont on ne se relève jamais vraiment.

Il ne fait pas joli Jérôme Bertin, il fait pire, selon la formule de Victor Hugo, qui n'a rien à faire dans ce billet, pardonnez-moi.

Il y a le rythme, le son, l’odeur, la brûlure de Rage tendre.

En racontant la vie d’un gosse de la France profonde, ses coups de cœur et ses coups de queue, ses frustrations, ses désirs plus grands que lui, Jérôme Bertin parle de moi et de vous, à un endroit que nous avons tous et toutes un jour connu.

Alors que j’ai six dizaines d'années au compteur et que je bois du thé earl grey en me demandant si c'est vrai, cette histoire de vieillesse et de mort, mon coeur bat comme si j'avais moi aussi douze ans, une Marie Chadou dans ma vie, et le goût âpre d'une première clope dans ma tronche adolescente.

Je suis ces mots qu’il hurle ou qu’il murmure comme on se touche tard dans le lit en cachette, comme on s’égratigne dans les bois, dans les bras de mecs maladroits, égoïstes et rances.

Rage tendre, c’est la voix d’une génération, n’importe laquelle, qui vous met directement le nez sur l'adolescence et ça marche quel que soit votre âge, votre genre, votre classe, votre origine. L’enfrance profonde, oui, avec un « r », la vie brute et sans fard des gosses de la Creuse, des violences qui nous dépassent, des émois sans moi et des envies sans vie.

C’est une poésie de la lutte des classes où l’on bosse à l’usine, à la mine, où l’on traîne dans les rues en fumant des joints. Où on aime le vélo, la moto, faire des conneries, des sales coups, des trucs pas trop nets.

C’est surtout la voix d’un poète un vrai même pas tatoué, qui n’est jamais du côté des vainqueurs et des malins, des bons mots et des piques spirituelles.

C’est une poésie d’aujourd’hui qui se fout de tout mais qui fout les poils, de celles qui resteront sûrement après que les faussaires à grand tirage auront disparu.

Autant que je sache Jérôme Bertin est né en 1975 et vit à Limoges où il écrit jour et nuit.

Son dixième livre, Rage tendre, est dans toutes les bonnes librairies.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse