ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

5 Éditions

Billet de blog 22 déc. 2021

ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

Paternoster, le roman d’un patriarcat à l’agonie

Parmi les romans qui ont atterri sur ma table cet automne, il y a celui d’Adrien Girard : "Paternoster", publié au Diable Vauvert. L’impression est assez forte pour que je vous en parle. Il est pour moi le roman d’un nouveau monde où les hommes laissent voir une corde sensible que le patriarcat les empêchait jusque-là de faire vibrer.

ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est l’histoire d’un père défaillant, un père qui se meurt à la bien mal nommée île de la Réunion. 

Son fils vient à son chevet et s’abîme dans l’attente d’une mort qui refuse de mettre ses habits du dimanche. C’est la mort qui pue, qui gargouille, qui nous harcèle et qui nous tue. Bref, la mort dans son plus simple appareil, qu’Adrien Girard scrute au jour le jour dans cet hôpital où règne déjà l’épidémie de Covid. C’est la mort drôle comme dans les films et surtout comme dans la vie, où tout est cocasse, absurde, dérisoire et pourtant profond. Le rire n’en finit jamais de côtoyer le pire, et Adrien Girard sait rendre ce paradoxe avec un talent rare.

Lisez le premier chapitre à voix haute et vous verrez que ce roman s’installe dans des rythmiques très anciennes. C’est le chant du duende, celui qui se perd hors du temps, dans des virilités magiques et merveilleuses, comme les corps fins des toreros dansant dans la lumière. 

Oui, je suis désolée pour celles et ceux que cet art révulse, il y a de la tauromachie dans ce roman qui tente d’apprivoiser la mort au cours d’une danse brève. Il ne faut ni un mot, ni un geste de trop pour faire vivre l’indicible. A chaque phrase de "Paternoster", j'ai été prise par l’angoisse d’un coup de corne fatal qui emporterait le narrateur dans son au-delà mythique. 

Parce que je suis féministe et que la tauromachie était, contre mon gré, la passion de ma mère, je ne peux m’empêcher de voir dans ce roman la mort du père, et partant, celle du patriarcat. 

Au moment où l'on fête le solstice, ce livre est un parcours entre ombre et lumière qui se lit tout seul.

C'est mon cadeau de Noël avant un dernier billet prévu pour demain, un recueil de poésie au titre merveilleux : "Rage tendre", de Jérôme Bertin.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel