Ellen Salvi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2012

Égalité des droits: l'UMP inaudible

L’UMP persona non grata dans les réunions sur l’égalité des droits ? La question mérite d’être posée au regard de l’accueil réservé aux représentants du candidat Sarkozy lors des récents rendez-vous sur le sujet. Sifflés, hués, ces derniers ont, à chaque fois, tenté de défendre la position de leur candidat sur le terrain des discriminations face à des salles électrisées. En vain. La voix de la colère porte désormais plus loin que celle du président sortant.

Ellen Salvi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

L’UMP persona non grata dans les réunions sur l’égalité des droits ? La question mérite d’être posée au regard de l’accueil réservé aux représentants du candidat Sarkozy lors des récents rendez-vous sur le sujet. Sifflés, hués, ces derniers ont, à chaque fois, tenté de défendre la position de leur candidat sur le terrain des discriminations face à des salles électrisées. En vain. La voix de la colère porte désormais plus loin que celle du président sortant.

Au débat politique organisé par l’APGL (Association des parents gays et lesbiens) le 11 février, mais aussi au grand meeting LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi et Trans) fin mars aux Folies Bergères (Paris IXe), ou encore au forum Elle pour l'égalité hommes-femmes, le 5 avril à Sciences-Po Paris, le même scenario s’est répété, rencontre après rencontre.

Débat d'Act Up-Paris aux Beaux-Arts © ES © 

L'association Act Up-Paris, qui organisait, le jeudi 12 avril aux Beaux-Arts (Paris VIe), une discussion publique sur le thème « Le sida, la gauche et le sujets qui fâchent (les questions liées aux drogues, aux malades en prison, au travail du sexe et à l’impact de la politique migratoire sur la santé des personnes, ndlr) », a pris quant à elle le parti de n’inviter aucun représentant de l’UMP.

Le président de l’association, Jérôme Martin, s’en est expliqué en introduction du débat : « Il faut savoir arrêter de dialoguer avec ses ennemis, a-t-il dit. Nous avons préféré nous adresser à des personnes avec qui on a une chance de voir les choses bouger. »

Le choix d’Act Up-Paris aura évité à un énième représentant de Nicolas Sarkozy de subir le même sort que Camille Bedin, secrétaire nationale de l’UMP en charge de l’égalité des chances, au débat de l’APGL, que Geoffroy Didier, conseiller régional UMP d'Ile-de-France, au meeting LGBT (écouter le son ci-dessous) et, plus récemment, que Nathalie Koscisuko-Morizet au forum Elle.

G. Didier au « Meeting LGBT pour l'égalité » © ES

La porte-parole de Nicolas Sarkozy, venue en remplacement de ce dernier, avait justifié l'absence du candidat UMP en expliquant que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies pour sa venue (voir vidéo ci-dessous). Devant l'Institut d'Etudes Politiques et dans le hall d'entrée, des manifestants attendaient en effet le chef d’État, pancartes à la main, comme ils l'avaient fait avec d’autres candidats dans l'après-midi, dont Marine Le Pen. Début mars déjà, le président sortant ne s’était pas rendu à la soirée organisée à La Cigale (Paris XVIIIe) par « Les Féministes en mouvement », collectif de 45 associations féministes, pour interpeler les candidats.

© ELLE

« Vous comprendrez que, compte tenu de ce qui était préparé ici et du traquenard qui était mis en place, il n’ait pas été très tenté… », avait déclaré NKM au forum Elle. Comme Geoffroy Didier et Camille Bedin avant elle, la porte-parole s’était cependant dite très heureuse d’avoir pu représenter la voix du candidat UMP. Une phrase de circonstance car cette voix, si décalée des attentes des associations qui luttent contre les discriminations, ne peut plus être entendue après cinq ans de statut quo en matière d'égalité des droits.

Meeting LGBT aux Folies Bergères © ES © 

« Je comprends que j’étais minoritaire, je le savais très bien en venant, expliquait en février Camille Bedin à Mediapart à l’issue du débat de l’APGL. J’exprime une position qui est radicalement différente des personnes qui étaient dans la salle, c’est normal. Moi ce que je souhaite c’est qu’on le fasse sans agressivité. Et surtout, il n’y a pas de convictions qui soient supérieures aux autres et l’espèce de mépris condescendant d’une partie de la table aujourd’hui (composée de Clémentine Autain pour le Front de gauche, Véronique Dubarry pour EELV, George Pau-Langevin pour le PS et Dominique Versini pour le MoDem, ndlr), moi me choque beaucoup. Je suis là pour débattre, pas pour me faire agresser. »

Interrogée sur l’intervention de Geoffroy Didier au meeting LGBT, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de François Hollande et représentante du candidat PS à la soirée, reconnaissait que « ce n’est jamais agréable de faire face à une salle hostile » : « Il a eu le courage de venir, mais il est venu défendre des choses un peu indéfendables… »

La multiplication de ce type d’événements est symptomatique du dialogue de sourd qui s'est installé entre la majorité présidentielle et les associations qui luttent pour l’égalité des droits. Une non-relation que le porte-parole et directeur général adjoint du Sidaction, Eric Fleutelot, avait résumé en ces mots au meeting LGBT : « Oui, ils donnent l'égalité. L'égalité d'être méprisés au même titre que les autres. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Genre
Mineurs trans : des groupuscules conservateurs passent à l’offensive
Après la prétendue « théorie du genre », le mariage pour tous et la PMA, c’est la transidentité des mineurs qui attise une nouvelle panique morale en France. En 2021, plusieurs collectifs se sont fédérés autour de cette question et tentent d’influencer médecins et politiques dans leurs décisions.
par Rozenn Le Carboulec
Journal
Pédocriminalité : un an après sa création, la commission inceste au milieu du gué
Installée en mars 2021 à la suite de l’émergence du mouvement #MeToo inceste, la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants poursuit son recueil de la parole des victimes, tout en faisant face aux premières résistances de la société.
par Hugo Lemonier

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale