Elsa Lévy
www.elsa-levy.com, pas sur twitter, pas sur insta, pas sur linkedin & Co, sur Paris et sure de rien
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2013

Elsa Lévy
www.elsa-levy.com, pas sur twitter, pas sur insta, pas sur linkedin & Co, sur Paris et sure de rien
Abonné·e de Mediapart

Moi, chômeur de la République

Moi, chômeur de la République, je ne suis pas, de mon propre chef, le chef de la majorité ni de la minorité, je suis un numéro.

Elsa Lévy
www.elsa-levy.com, pas sur twitter, pas sur insta, pas sur linkedin & Co, sur Paris et sure de rien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Moi, chômeur de la République, je ne suis pas, de mon propre chef, le chef de la majorité ni de la minorité, je suis un numéro.

Moi, chômeur de la République, je ne suis pas un numéro de loto, ni un numéro de téléphone mais un mauvais numéro. Un numéro à sept chiffres qui ne peut pas faire son numéro mais seulement taper sur le 3949 (partiellement gratuit puisque le fixe me taxe).

Moi, chômeur de la République, je ne traite pas le premier ministre de collaborateur, je ne traite d’ailleurs personne de rien, j'ai trop peu de voix, je suis vouée à me taire et à laisser parler les chiffres.

Moi, chômeur de la République, je ne participe pas à des collectes de fonds pour mon propre parti, je me contente de toucher le fond avec toutes mes parties.

Moi, chômeur de la République, je fais fonctionner la justice de manière indépendante, en effet je n’attends rien d’elle, je la laisse faire son travail tranquillement puisqu’elle en a. Je n’ai aucun droit sur elle, juste quelques devoirs, alors je me contente de lui ressembler: à défaut d’être demandée je suis demandeuse, je suis parfois bafouée, souvent manipulée, de temps en temps recherchée mais jamais saisie.

Moi, chômeur de la République, je fais en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire puisque je m’actualise chaque mois en double exemplaire sur un site en tant qu’exemplaire numéroté et invendu. Je rends des comptes que je ne compte plus, je donne des entretiens à défaut de m’entretenir et des justificatifs pour éviter de perdre celui d’un domicile.

Moi, chômeur de la République, je ne cumule pas mes mandats pour me consacrer pleinement à ma tâche, je cumule juste mes dettes, mon stress et la détresse de tous les autres non mandatés qui font tâche.

Moi, chômeur de la République, j’essaie d’avoir de la hauteur de vue, et ce n’est pas compliqué vu que tout le monde me prend de haut.

Moi, chômeur de la République, j’ai le souci de la proximité avec les français, en effet j’ai plus de 3 millions de personnes qui savent de quoi je parle, et ça vaut largement les 65 millions de certains qui ne pipent rien, et ce, pas seulement parce qu’ils seraient enfants, ados, actifs ou retraités.

Enfin, moi, chômeur de la République, je ne meurs pas, mais c’est chaud puisque on me fait vivre dans la raie (du cul) publique.

Mais moi, chômeur de la République, je me relis. Et, comme on prend un chiffre au hasard, comme on  justifie, comme on liquide, je me demande si moi, travaillant, cotisant et trimant, mon sentiment n'aurait pas été le même, mon billet semblable et son titre plus général « Moi, citoyen de la République »?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Comment l’exportation de lait et viande « bas de gamme » démultiplie la catastrophe écologique
Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Greenpeace, Oxfam et Réseau Action Climat analysent les conséquences de l’élevage français destiné au marché international. Un désastre environnemental et une concurrence déloyale pour les pays importateurs.
par Amélie Poinssot
Journal — Politique économique
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost