emancipation
Président du Comité de Réflexion et d'action laïque de Seine-Maritime www.creal76.fr
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 août 2019

Henri Peña-Ruiz et islamophobie à Toulouse le 23.08

Lors de l’université d’été de La France insoumise à Toulouse, le philosophe Henri Peña-Ruiz était invité à animer le 23 août un atelier sur la laïcité. Une phrase sortie de son contexte (« On a le droit d’être islamophobe ») a servi de prétexte à des imputations injurieuses non-dénuées d’arrières pensées politiciennes.

emancipation
Président du Comité de Réflexion et d'action laïque de Seine-Maritime www.creal76.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Laïcité : le CREAL 76* soutient Henri-Peña-Ruiz

Lors de l’université d’été de La France insoumise à Toulouse, le philosophe Henri Peña-Ruiz était invité à animer le 23 août un atelier sur la laïcité. Une phrase sortie de son contexte (« On a le droit d’être islamophobe ») a servi de prétexte à des  imputations injurieuses non-dénuées d’arrières pensées politiciennes. Le philosophe avait en effet dit : « on a le droit d’être cathophobe, islamophobe, athéophobe, mais on n’ a pas le droit de discriminer les gens pour ce qu’ils sont ».

Ce positionnement est dans le droit fil de l’article 10 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 : « Nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. » C’est bien dans ce distinguo entre l’opinion et la personne que se développe l’argumentation d’Henri Peña-Ruiz : si la religion est une opinion, donc  ouverte à la critique, une personne ne peut être inquiétée en raison de son appartenance à cette religion.

Hélas ! Des militant-e-s d’une gauche identitaire et racialiste croyant défendre des personnes en défendant leur religion font flèche de tout bois et à grand bruit entendent disqualifier l’universalisme et la laïcité au travers de l’un de ses plus éminents penseurs, auteur, entre autres ouvrages de référence, du Dictionnaire amoureux de la Laïcité (éd. Plon). C'est pourtant pour ouvrir des espaces de liberté et d'égalité que Marième Hélie-Lucas (sociologue algérienne), Karima Bennoune (rapporteure à l’ONU sur les droits culturels) revendiquent la séparation du politique et du religieux. Notons qu'elles classent les fondamentalistes religieux à l’extrême droite de l’échiquier politique.

Nous sommes inquiet-e-s : le développement du différencialisme sur fond identitaire ou religieux  entrave de plus en plus souvent l’unité nécessaire pour mener à bien les actions antiracistes, féministes, laïques et sociales.

Nous devons poursuivre aux côtés d’Henri Peña-Ruiz les combats humanistes émancipateurs – sans nier les singularités et particularités – dont l’unité ne peut que s’inscrire dans l’universalisme.

le 27 août

*Comité de réflexion et d’action laïque de Seine-Maritime – CREAL 76

 creal76@creal76.fr

http://www.creal76.fr/medias/files/communique-pena-ruiz-27.08.2019.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart