TONI MORRISON LA DERNIÈRE DÉLIVRANCE

Chloe Ardelia Wolford - Toni Morrison - la fracasseuse de blafardise - Première femme Afro-américaine Prix Nobel de Littérature (1993) née le 18 février 1931 à Louvain (Ohio) - déposant ses clés [à Chloe] délivre son dernier souffle - au Montefiore Medical Center - New York, nuit du 5 au 6 août 2019 à 88 ans - Mémoire incarnée - E’M.C.

                          QUELQUES ŒUVRES MAJEURES 

• L’Œil le plus bleu, 1970 Premier roman -

                                             •

• 1  Le chant de Salomon, 1977

•  2 Beloved  1987 Prix Pulitzer 1988 (*) 

[(*) Égorger sa petite fille par [amour] geste de Sethe [y est réduite] pour lui [épargner] l’esclavage dans l’Amérique de la fin du XIX siècle.

Fiction inspirée de [l’histoire vraie de Margaret Garner, une esclave fugitive qui tua sa fille en 1856] & qui fut adaptée au cinéma  par Jonathan Demme en 1998 & interprétée par Oprah Winfrey -]

 

•  3 Jazz, 1992 - obtenant le National book critics circle award -

•  4 Home, 2012 - roman condensé d’un voyage-retour à soi - 

                                                    •

                                                ESSAI 

• The Source of Self-Regard - La source de l’amour-propre, son ultime essai-bilan - à paraître - le 3 septembre 2019, chez Christian Bourgeois, traduit en français par Christine Laferrière - 

                                                    •

                                       QUELQUES MOTS 

• Les États Unis ont fait de la couleur de peau le ciment de la nation américaine. 

• De Bill Clinton en octobre 1998 « premier président noir des États Unis « - Il présente toutes les caractéristiques des citoyens noirs. Un foyer monoparental, une origine très modeste, une enfance dans la classe ouvrière, une grande connaissance du saxophone et un amour de la junk food digne d’un garçon de l’Arkansas. 

• Je veux voir un flic tirer sur un garçon blanc et sans défense. Je veux voir un homme blanc incarcéré pour avoir violé une femme noire. Alors, seulement si vous me demandez: « En a-t-on fini avec les distinctions raciales ? » je vous répondrai oui. » Londres - 2015 - lors de la promotion de son dernier roman Help the Child - La Délivrance - 

• C’est la haine qui fait cet effet. Elle consume tout sauf elle-même, si bien que quel que soit votre chagrin, votre visage devient exactement le même que celui de votre ennemi. Love 2004 -

• Sur Trump [qu’elle nomme] «Numéro 45» - C’est la personne la plus rétrograde et la plus mal informée que je connaisse. C’est douloureux. Et surtout c’est dangereux. Il sourit, il fronce les sourcils mais il ne sait pas rire. Rire est une expérience profondément humaine et il en est incapable. 

& son vœu pieux de survivre à son maintien au pouvoir. 

• That may be the meaning of Life. But we do language. That may be the measure of our lives - Nous mourons. C’est peut-être le sens de la vie. Mais nous créons la langue. C’est peut-être la mesure de nos vies. 

                                                    •

                                      HOMMAG’OBAMA 

                                        [Toni Morrison]

Un trésor national, aussi bonne conteuse, aussi captivante en tant que personne qu’elle l’était dans son œuvre. Twitter 

Son écriture représentait un défi magnifique et plein de sens pour notre conscience morale et notre imaginaire. 

Quel cadeau d’avoir pu respirer le même air qu’elle, ne serait-ce qu’un moment - 

 


TONI MORRISON AVEC BARAK OBAMA LUI DÉCERNANT LA MÉDAILLE DE LA LIBERTÉ - LA PLUS HAUTE DISTINCTION CIVILE AMÉRICAINE - EN MAI 2012 - KEVIN LAMARQUE - REUTERS © EXEQUATUR E’M.C. TONI MORRISON AVEC BARAK OBAMA LUI DÉCERNANT LA MÉDAILLE DE LA LIBERTÉ - LA PLUS HAUTE DISTINCTION CIVILE AMÉRICAINE - EN MAI 2012 - KEVIN LAMARQUE - REUTERS © EXEQUATUR E’M.C.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.