VENTS DE LIBERTÉ

Liée à la lie malléée d’Éole, tabassant l’estrade, collant à l’école, On se la gondole On se la racole On se la raconte, grevé jusqu’au col; & tu te la chopes, te l’engazellant, hors boudin & tu la vois passer, passant dédoublé & te retournes sur toi & tu (te) prends un vent que jamais ne pris, aux prises avec elle, jamais déprise de Louis ou de l’Icelui lié à ses louis & à ses huissiers- E’M.C.

 

Sur un Serment de la Paume de J.L. David [inachevé...], 1791 

                 & d’un certain 20 juin 1789...

& puis, tout fut ultérieur, si dépaysant qu’on sloughi souka au socle!

                 Ainsi On nous catéchète au choses. 

                    L’Assemblée croise les bras 

                     Le peuple croise les doigts 

                                        • 

                        Le vent de la liberté 

                      Retourne les parapluies 

                      & y en a qui sont dorés

                      & y en qui sont de suie

 

                                 E’M.C. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.